gaufre

gaufre

n.f. [ du frq. wafla ]
1. Pâtisserie légère, ornée d'alvéoles : Une gaufre à la chantilly.
2. Ensemble des alvéoles de cire que fabriquent les abeilles

GAUFRE

(gô-fr') s. f.
Rayon, gâteau de miel. Manger une gaufre de miel.
Pâtisserie mince et légère, cuite entre deux fers, dite ainsi par comparaison à la gaufre, rayon de miel.
Il y avait aussi dans cette île [des Plaisirs] de grands arbres d'où tombaient des gaufres que le vent emportait dans la bouche des voyageurs [FÉN., t. XIX, p. 38]
Les femmes ne vivent que de crème, de thé, de café, de beurre, de gaufres [GENLIS, Veillées du château, les Deux réput.]
Fig. Être la gaufre dans une affaire, se trouver entre deux extrémités fâcheuses, entre deux personnes puissantes et opposées, être la victime dans une affaire, par allusion aux deux fers dans lesquels se fait la gaufre.
Façon qu'on donne à une étoffe, à une reliure, en y faisant plusieurs figures avec un fer chaud.
Alors qu'on gaufre un livre, il faut qu'il soit bien fait, Ou la gaufre produit un détestable effet [LESNÉ, la Reliure, p. 76]
Nom de plusieurs coquilles.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et ne puent [peuvent] ne ne doivent les mestres ne les vallez donner que deux goffres pour un denier [, Liv. des mét. 351]
  • XIVe s.
    Gauffres fourrées, faites de fleur de farine pettrie aux œufs et de lesches de frommage mises dedens [, Ménagier, II, 4]
  • XVIe s.
    Il estimoit estre tenu d'y vacquer et avoir l'œil plus soigneusement, que ne fait l'abeille à bastir ses goffres de cire où elle fait le miel [AMYOT, Cat. d'Utiq. 29]
    De quoy M. d'Angouleme fut pour l'heure bien esbahy, et demeura comme une gauffre entre deux fers [JEAN DE ST-GELAIS, Hist. de Louis XII, p. 57, dans LACURNE]
    Les mutins.... eurent loisir de s'armer et de renfermer comme entre deux gauffres [gauffriers] ceux qu'ils n'osoyent auparavant regarder en face [, Sat. Mén. Harangue d'Aubray]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, waf ; picard (Béthune), offre ; anc. espagn. guaffla ; bas-lat. gafrum ; de l'allem. Waffel ; angl. wafer ; de même radical que wabe, ruche à miel.

gaufre

GAUFRE. n. f. Gâteau de cire des abeilles.

Par analogie, il se dit d'une Sorte de pâtisserie mince et légère, cuite entre deux fers, et dont la surface présente ordinairement de petits carreaux ou des dessins en relief. Moule à gaufres. Marchande de gaufres.

Figurément, il signifie Disposition présentant des figures empreintes à l'aide de fers sur une étoffe, sur du papier.

gaûfre


GAûFRE, s. f. GAUFRER, v. a. [Gôfre, gofré: 1re lon. au 1er. dout. au 2d. 2e e muet dans le subst. é fer. dans le verbe.] Gaûfre, est 1°. un rayon, un gâteau de miel. = 2°. Une pièce de pâtisserie fort mince, cuite entre deux fers, qu'on apèle gaufrier. = En st. prov. être la gaufre dans une afaire, c'est se trouver entre deux extrémités fâcheuses, entre deux persones puissantes et oposées.
   Gaufrer, c'est imprimer de certaines figures sur des étofes avec des fers fait exprès. On dit, en ce sens, gaufreur, de l'ouvrier qui gaûfre; et gaufrûre, de l'empreinte qu'on fait sur une étofe en la gaufrant.
   Rem. On écrivait autrefois tous ces mots avec deux f. Aujourd'hui on n'en met plus qu'une.

Traductions

gaufre

Waffelwafflewafel, oblieופל (ז) [אפיפית], ופלה (נ), וַפְלָהvaflevaffelvaflobarquillovohveliédes, ostyakue, wafelcialdavaffelwafelfolhadolalanghităвафляvåfflahelva, kâgıt (gofʀ)
nom féminin
préparation sucrée une gaufre au sucre

gaufre

[gofʀ] nf
(= pâtisserie) → waffle
[cire] → honeycomb