gaule

gaule

n.f. [ du frq. walu ]
1. Longue perche : Il se sert d'une gaule pour faire tomber les fruits de l'arbre.
2. Canne à pêche.

gaule

(gol)
nom féminin
grande perche faire tomber des noix à l'aide d'une gaule

GAULE

(gô-l') s. f.
Grande perche. C'est avec une gaule qu'on abat les noix.
Si j'avais tué une dinde sauvage, un ramier, un faisan des bois, nous le suspendions devant le chêne embrasé, au bout d'une gaule plantée en terre, et nous abandon nions au vent le soin de tourner la proie du chasseur [CHATEAUBR., Atala, le Récit, les Chasseurs]
Bâton.
Tu peux choisir, ou de manger trente aulx, Ou de souffrir trente bons coups de gaules, Bien appliqués sur tes larges épaules.... [LA FONT., Paysan.]
Il ne me fallait pas payer en coups de gaule [MOL., l'Ét. II, 9]
Champagne un beau matin reçut cent coups de gaule, Que depuis plus d'un an lui promettait Lafleur : Dieu soit loué ! dit-il, en se frottant l'épaule, Me voilà guéri de la peur [PONS, (de Verdun), Contes et poés. div. p. 93]
Terme de manége. Petite branche de houx, ou baguette très flexible servant à instruire ou à châtier les chevaux.
La gaule est la houssine que le cavalier tient de la main droite, tant pour représenter l'épée que pour conduire le cheval [RICHELET, ]
Et tenant une gaule, Ainsi qu'à leurs chevaux nous en flattent l'épaule [RÉGNIER, Sat. IV]
Main de la gaule, la main droite du cavalier, celle qui tient la houssine. Aider de la gaule, en frapper légèrement sur l'épaule du cheval.
Terme de pêche. Manche de la ligne.
Terme de marine. Levier qui meut le piston d'une pompe. Gaule d'enseigne, bâton de pavillon de poupe.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Item pour quatre cens de waules [DU CANGE, waula.]
    L'exposant happe ou embrace une vaule ou fourche [ID., vallo.]
  • XVe s.
    Ma damoyselle par maniere Se façonne comme une gaule, Et porte ung long touret derriere Pour musser une faulce espaule [COQUILL., Droits nouv.]
  • XVIe s.
    Souple et droite comme une gaule [MAROT, I, 202]
    Les mestaiers, qui là auprès challoient les noiz, accoururent avecques leurs grandes gaules [RAB., Garg. I, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Normand et picard, vaule ; Hainaut, waule ; probablement du latin vallus, pieu. Diez, remarquant que le mot paraît appartenir au nord de la France, préfère le goth. valus, en frison walu, bâton. On peut aussi songer au celtique : breton, gwalen, verge ; kymri, gwialen ; cornw. guaylen.

gaule

GAULE. n. f. Grande perche. Abattre des noix, des amandes avec la gaule.

Par extension, il se dit aussi d'une Houssine dont on se sert pour faire aller un animal; d'une Branche dont se servent aux champs les gardeurs d'oies.

gaule

GAULE. f. Gallia.

Gaule Celtique, voyez Gaulois.

Gaulois, Galli, C'est un mot Latin, lequel à present est seulement prins pour tous ceux qui sont naturels de Gaule, là où les Romains, dont ledit mot dépend, le prenoient sans plus, pour ceux lesquels en ancien langage François estoient appelez Celtes. dont le païs estoit celuy qui sied entre les rivieres de garonne, du Rosne, du Rein, de Marne, et de Seine, et la mer Oceane et Britanique. Cesar au commencement de ses Commentaires, de la guerre de Gaule: Gallia est omnis diuisa in partes tres, quarum vnam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur.

¶ Une gaule, Pertica, Fustis.

gaûle


GAûLE, s. f. GAULER, v. a. [Gôle, golé: 1re lon. au 1er, dout. au 2d. 2e e muet dans le subst. é fer. dans le verbe.] Gaûle est, 1°. une grande perche: et gauler, c'est batre avec une gaûle. Gauler un noyer, un chataignier, etc. Gauler des noix, des chataignes, des amandes, etc. = 2°. Gaûle, houssine, dont on se sert pour faire aler un cheval.

Traductions

gaule

barra, pal, vara

gaule

stango

gaule

barra, vara

gaule

barra

gaule

asser, contus, hasta, trudis

gaule

stang

Gaule

[gol] nf
la Gaule → Gaul

gaule

[gol] nf
(= perche) → long pole, pole
(= canne à pêche) → fishing rod