gaumine

GAUMINE

(gô-mi-n') s. f.
Mariage à la gaumine, mariage qui, contracté par des protestants en présence d'un prêtre catholique, mais sans qu'il bénît les époux, était pourtant réputé valide, [, Mém. sur le mariage de protestants, p. 82, dans LACURNE]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GAUMINE. Ajoutez :
    Nous répondrons, d'après une foule d'autorités..., que ceux qu'on appelait mariages à la gaumine, c'est-à-dire les mariages contractés en présence du curé, à la vérité, mais malgré lui et sans aucune bénédiction, ni de lui, ni d'un autre, étaient réputés valides comme les autres, [, Mémoire théologique et politique au sujet des mariages clandestins des protestants de France, p. 82]
    Je ne sais comment ceux-là [les protestants] se sont mariés ; ils ont peut-être contracté de ces unions que les lois ont déclarées illicites, qu'on nommait mariages par paroles de présent, ou mariages à la gaumine, [MALESHERBES, Second mémoire sur le mariage des protestants, p. 138]

ÉTYMOLOGIE

  • Quelques-uns [parmi les protestants] se marièrent sans la bénédiction nuptiale, par un simple contrat civil, usage très ancien dans le royaume, que les ordonnances rendues à la fin du siècle précédent n'avaient point encore aboli ; usage fréquent parmi les catholiques eux-mêmes, et dont le doyen des maîtres des requêtes et des intendants des provinces avait donné si hautement l'exemple que, du nom de cet homme fort connu par ses emplois, par ses écrits, par le rôle qu'il avait joué un moment pendant la Fronde, et qui s'appelait Michel Gaumin, ces sortes de mariages s'appelaient des mariages à la gaumine, [RULHIÈRES, Éclaircissements hist. 2e partie, 1788, p. 174]