gaupe

(Mot repris de gaupes)

GAUPE

(gô-p') s. f.
Terme d'injure et de mépris. Femme malpropre et désagréable.
Jour de Dieu ! je saurai vous frotter les oreilles ; Marchons, gaupe, marchons [MOL., Tart. I, 1]
Trois juges sournois.... Qu'accompagnaient trois gaupes effroyables [VOLT., Songe creux.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Villain, tu as appelé Agnès qui est ici, gauppe, et as dit villenie d'elle [DU CANGE, gausape.]
  • XVIe s.
    Maintenant celui qui aura une belle femme s'ira accointer de sa chambriere, qui sera un touillon, un salisson, une gaupe [, Les neuf matinées du seigneur de Cholières, édit. 1586, f° 140 recto, mat. v, Des laides et belles femmes]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. une belle gaupe, grosse femme, grosse fille, sans aucun sens défavorable. Du Cange le tire du latin gausape qui s'est dit dans le moyen âge pour une sorte de manteau, le nom du vêtement ayant passé à celle qui le portait ; mais tout intermédiaire manque. Diez le rattache à l'ancien anglais wallop, morceau de graisse ; mais cela est peu plausible, les intermédiaires de sens et de forme manquant ici aussi. Il rejette l'ancien haut allemand wulpâ, louve, qui, dit-il, aurait donné goupe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GAUPE. - ÉTYM. Ajoutez : M. Devic, Dict. étym., signale guappa, qui, dans le patois napolitain, signifie une femme hardie ; et il demande si gaupe ne viendrait pas de l'arabe gahba, vieille femme. Mais on ne voit pas comment ce mot se serait introduit chez nous dès le XVe siècle.

gaupe

GAUPE. n. f. Femme de bas étage, méprisable. Il est populaire et ancien.

gaûpe


GAûPE, s. f. [Gôpe: 1re lon. 2e e muet.] Terme d'injûre et de mépris. Femme mal-propre et désagréable. "O la vilaine gaûpe! la sale gaûpe. Il est bas et populaire. L'Acad. se contente de dire qu'il est du st. fam.