gaze

gaze

n.f. [ de Gaza, ville de Palestine ]
1. Étoffe légère et transparente, de soie ou de coton, employée dans la mode ou la confection.
2. Tissu de coton très lâche, utilisé pour les compresses, les pansements, les bandages : Le médecin a appliqué de la gaze sur sa plaie.

gaze

(gɑz)
nom féminin
tissu fin dont on se sert pour faire des pansements mettre une bande de gaze sur une plaie

GAZE

(ga-z') s. f.
Espèce d'étoffe fort claire, faite de soie ou de fil d'or et d'argent.
La vieille lui baisa les franges de sa robe de gaze [VOLT., Taureau, 2]
On doit à leurs travaux réunis [de Montigni et de Holker] la perfection actuelle de nos quincailleries et de nos fabriques de gaze [CONDORCET, Montigni.]
J'aime un sein qui palpite et soulève une gaze [A. CHÉN., Poésies diverses, p. 231]
Par analogie.
Ceux-là [des poissons] dorment dans un rayon de soleil qui pénètre la gaze argentée des flots [CHATEAUB., Génie, I, v, 4]
Terme de point d'Alençon. Voy. REMPLI.
Fig. Voile, adoucissement.
Nuls traits à découvert n'auront ici de place ; Tout y sera voilé, mais de gaze, et si bien Que je crois qu'on n'en perdra rien [LA FONT., Tabl.]
Le cardinal de Bouillon prétexta quelques affaires à Naples ; cette gaze n'empêcha pas tout Rome de voir fort clair à travers [SAINT-SIMON, 148, 167]
Quoi qu'il en soit, ma Minerve sévère Adoucira ces grotesques portraits, Et, les voilant d'une gaze légère, Ne montrera que la moitié des traits [GRESSET, le Lutrin vivant.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Dessus la toille ou sur la gaze peinte De fil en fil pressoit la laine teinte [RONS., 686]

ÉTYMOLOGIE

  • Normand, gaze, la vesce, ainsi dite à cause de la finesse de son feuillage ; bas-lat. gazzatum, gaze ; de Gaza, d'après du Cange, ville d'Orient où l'on fabriquait cette étoffe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GAZE. Ajoutez :
    Nom, dans l'Oise, du vesceron, ervum hirsutum, L., [, les Primes d'honneur, Paris, 1872, p. 64]

gaze

GAZE. n. f. Espèce d'étoffe légère et transparente, faite de soie ou de fil d'or, ou d'argent. Gaze de soie. Gaze d'argent. Voile de gaze. Moustiquaire de gaze.

gaze

Gaze, est une maniere de toile dont les damoiselles usent à faire leurs ouvrages. Ronsard.

gâze


GâZE, s. f. GAZER, v. a. [1re lon. au 1er, 2e e muet au subst., é fer. au verbe.] Gâze est une étofe fort claire de soie, ou de fil d'or ou d'argent. Gazer, c'est couvrir avec une gâze. = On les emploie au fig. mais seulement dans le st. médiocre. "Gazer un conte, une histoire; en adoucir ce qu'il y aurait de trop libre, d'indécent. "La gâze est trop légère et le conte n'en est pas moins révoltant. "En gazant cette histoire licencieuse, on l'a rendûe encore plus dangereûse pour les moeurs. = M. L'Abé Dusserre-Figon a employé cette métaphore dans son excellent panégyrique de Ste. Thérese: "le vice, dont autrefois une gaze légère voiloit en partie les horreurs, se montre avec toute son effronterie. — Un goût sévère pourrait trouver cette expression peu digne de la gravité d'un discours religieux.

Traductions

gaze

gauze

gaze

gaas

gaze

harsokangas

gaze

kötszer

gaze

gaze

얇은천

gaze

газ

gaze

obväz

gaze

vải the

gaze

薄纱

gaze

garza

gaze

Gaze

gaze

gáza

gaze

gaze

gaze

Gauze

gaze

[gɑz] nfgauze