glacis

glacis

[ glasi] n.m.
1. Terrain découvert aménagé en pente douce pour protéger une fortification.
2. Zone protectrice formée par des États dépendant militairement d'une autre puissance : L'ancien glacis soviétique.

GLACIS1

(gla-sî) s. m.
Talus, pente douce et unie. Le glacis d'un étang.
Il portait la passion du bien public à un tel point, et en même temps cette sorte de passion est si rare, qu'il est peut-être dangereux d'exposer au public que, quand il passait sur les marches du Pont-Neuf, il en prenait les bouts qui étaient moins usés, afin que le milieu, qui l'est toujours davantage, ne devînt pas trop tôt un glacis [FONTEN., des Billettes.]
Avignon a une bonne lieue de tour ; presque tout le glacis est planté de deux rangs d'arbres qui forment un cours assez médiocre [DE BROSSES, Lettres sur l'Italie, t. I, lett. 2]
Terme de fortification. Pente adoucie, qui descend du haut du chemin couvert jusqu'à la campagne ouverte.
.... Ce chemin terrible Qu'un glacis teint de sang rendait inaccessible [VOLT., Henr. VI]
Terme d'architecture. Glacis de corniche, petite pente ménagée sur la cymaise d'une corniche, pour l'écoulement des eaux de pluie.
Terme de raffinerie. Plan horizontal en maçonnerie qui sert à exposer des pains de sucre au soleil. Évasement qui augmente la capacité des chaudières.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et si failloit abattre une engine ou ung arc-boutant, qui estoit appoincté contre le dit clochier.... à l'egal de glichy [plate-forme] [DU CANGE, glatia.]

ÉTYMOLOGIE

  • L'ancien verbe glacer, qui signifiait glisser, et qui vient de glace.

GLACIS2

(gla-sî) s. m.
Terme de peinture. Préparation de couleurs légères et fuyantes qu'on applique avec un pinceau fort délié sur d'autres couleurs pour leur donner plus d'éclat.
Terme de maçonnerie. Enduit en pente fait sur la tête d'un mur de clôture ou de dossier de cheminée. Terme de couvreur. Enduit que l'on fait sur la volige ou sur un lattis jointif pour recevoir le plomb d'un faîtage, d'un arêtier.
Terme de tailleur. Rang de points pour faire tenir la doublure en état avec l'étoffe. Passer au glacis.
Terme de passementier. Traînée de clinquant, etc. qui couvre un assez long espace sans être arrêtée. Partie des soies de chaînes servant seulement à lier la trame.
Terme de maréchal. Circonférence et étendue de la sole de corne.

ÉTYMOLOGIE

  • Glace.

glacis

GLACIS. n. m. Talus, pente douce et unie. Les glacis d'un étang.

En termes de Fortification, il se dit spécialement de la Pente douce qui part de la crête du chemin couvert et se perd dans la campagne.

En termes d'Architecture, Glacis de corniche, Pente qu'on donne à la surface supérieure d'une cimaise pour faciliter l'écoulement des eaux.

En termes de Peinture, GLACIS se dit des Couleurs légères et transparentes que les peintres appliquent quelquefois sur les couleurs déjà sèches d'un tableau pour leur donner ainsi plus d'éclat, de vigueur, etc.

En termes de Couture, il se dit, par extension, d'une Rangée de points qui fixent la doublure sur une étoffe et l'empêchent de plisser.

glacis


GLACIS, s. m. [Glaci.] Pente douce et unie. "Le glacis d'un étang, de la contr'escarpe.