glai

GLAI

(glè) s. m.
Mot usité en quelques localités pour signifier une masse de glaïeuls formant une île dans un étang.
Que j'aime ce marais paisible ! Il est tout bordé d'alisiers, D'aunes, de saules et d'osiers, à qui le fer n'est point nuisible ; Les nymphes y cherchent le frais, S'y viennent fournir de quenouilles, De pipeaux, de joncs et de glais [ST-AMAND, dans LE ROUX, Dict. comique.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    À cestui [auprès de celle-là] ne savons la montance d'un glai [glaïeul] [, Berte, LVII]
  • XVe s.
    La flour du glay est plaisans et parfette [FROISS., Ballade.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. glai, glais, glaïeul ; du latin gladius, glaive, par l'assimilation qui se trouve dans gladiolus, glaïeul. Cependant on a indiqué le celtique : bas-breton, glâz, vert ; kimry, glâs ; irl. glas ; mais l's celtique ne se retrouve pas dans le glai roman ; ajoutez qu'on trouve glager, couvrir de glaïeuls, joncher, où le second g indique gladius.