gloire

(Mot repris de gloires)

gloire

n.f. [ lat. gloria ]
1. Renommée, répandue dans un public très vaste, résultant des actions, des qualités de qqn : Se couvrir de gloire. Une actrice au sommet de sa gloire célébrité, notoriété
2. Mérite, honneur qui revient à qqn : Toute la gloire de cette découverte lui revient éclat, prestige ; déshonneur, infamie
3. Ce qui assure le renom, suscite la fierté : Ce nouvel Opéra est la gloire de la capitale fleuron ; honte
4. Personne illustre, dont la renommée est incontestée : Ce peintre est une des gloires de son temps lumière, phare
5. En théologie, splendeur de la majesté divine, telle qu'elle se reflète dans sa création.
6. Dans le domaine des beaux-arts, auréole lumineuse entourant l'image du Christ ; peinture d'un ciel avec anges et saints.
Pour la gloire,
sans espérer de profit matériel.
Rendre gloire à,
rendre un hommage mêlé d'admiration à : Le pays a rendu gloire à ses footballeurs.
Se faire gloire ou tirer gloire de,
tirer vanité, se vanter de : Elle se fait gloire d'avoir participé à cette émission de radio.

GLOIRE

(gloi-r') s. f.
Célébrité grande et honorable, en parlant des personnes.
S'il n'y avait pas de gloire, je n'aurais pas d'éloquence [BALZ., 7e lett. 4e liv.]
Dans les murs, hors des murs, tout parle de sa gloire [CORN., Hor. V, 3]
Joignons à la douceur de venger nos parents La gloire qu'on remporte à punir les tyrans [ID., Cinna, I, 2]
La gloire est plus solide après la calomnie, Et brille d'autant mieux qu'elle s'en vit ternie [ID., Nicom. IV, 1]
Un héros arrêté n'a que deux bras à lui, Et souvent trop de gloire est un débile appui [ID., Suréna, IV, 1]
Avec un peu de peine on achète la gloire [ROTR., Vencesl. II, 3]
Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire [LA FONT., Fabl. X, 14]
Les travaux de la guerre où ils faisaient leur gloire [BOSSUET, Hist. I, 8]
Quand les princes, négligeant de connaître leurs affaires et leurs armées, ne travaillent qu'à la chasse, comme disait cet historien, et n'ont de gloire que pour le luxe ni d'esprit que pour inventer des plaisirs [BOSSUET, Reine d'Angl.]
Louis, qui, assuré de sa gloire, dont la sagesse de ses conseils et la droiture de ses intentions lui répondent toujours malgré l'incertitude des événements.... [ID., ib.]
Que d'années elle [la mort] va ravir à cette jeunesse ! que de joie elle enlève à cette fortune ! que de gloire elle ôte à ce mérite ! [ID., Duch. d'Orl.]
Ne puis-je pas dire, messieurs, pour me servir des paroles fortes du plus grave des historiens, qu'elle allait être précipitée dans la gloire ? [ID., ib.]
On ne l'eût point vue s'attirer la gloire avec une ardeur inquiète et précipitée ; elle l'eût attendue sans impatience, comme sûre de la posséder [ID., ib.]
La grandeur et la gloire ? pouvons-nous encore entendre ces noms dans ce triomphe de la mort ? non, messieurs, je ne puis plus soutenir ces grandes paroles par lesquelles l'arrogance humaine tâche de s'étourdir elle-même, pour ne pas apercevoir son néant [ID., ib.]
Je me suis arraché moi-même aux douceurs de la gloire humaine, peu capables de me soutenir, pour donner à mon esprit une nourriture plus solide [BOSSUET, Marie-Thér.]
Toujours vive pour ce grand prince [Louis XIV], toujours jalouse de sa gloire, uniquement attachée aux intérêts de son État, infatigable dans les voyages, et heureuse pourvu qu'elle fût en sa compagnie [ID., ib.]
Le jeune prince fléchit le genou, et dans le champ de bataille il rend au dieu des armées la gloire qu'il lui envoyait [ID., Louis de Bourbon.]
Qu'il est beau après les combats et le tumulte des armes de savoir encore goûter ces vertus paisibles et cette gloire tranquille qu'on n'a point à partager avec le soldat, non plus qu'avec la fortune ! [ID., ib.]
Au plus haut point de sa gloire, sa joie [de Mazarin] est troublée par la triste apparition de la mort [ID., le Tellier.]
Je n'attendais pas moins de cet amour de gloire Qui partout après vous attacha la victoire [RAC., Bérén. II, 2]
Ma gloire inexorable à toute heure me suit [ID., ib. V, 6]
Il vit chargé de gloire, accablé de douleurs [ID., Mithr. V, 4]
La gloire des méchants en un moment s'éteint [ID., Esth. II, 9]
Ô Pisistrate, la gloire est belle ; heureux ceux qui la savent trouver, mais qu'il est pernicieux de la vouloir trouver où elle n'est pas ! [FÉN., Dial. des morts, XI, Solon, Pisist.]
Il faut poser pour principe que la gloire ne peut jamais être séparée de la justice [ROLLIN, Traité des Ét. V, I, 6]
La gloire est la réputation jointe à l'estime ; elle est au comble quand l'admiration s'y joint [VOLT., Dict. phil. Gloire.]
Romains, j'aime la gloire, et ne veux point m'en taire ; Des travaux des humains c'est le digne salaire [ID., Catilina, V, 2]
Etes-vous digne enfin, seigneur, de votre gloire ? [ID., Orphel. V, 6]
Le czar perdit près de dix mille hommes dans ces cinq combats où il eut la gloire de vaincre les Suédois, et Levenhaupt celle de disputer trois jours la victoire et de se retirer sans avoir été forcé dans son dernier retranchement [ID., Charles XII, 4]
La vraie gloire ne consiste ni à mourir ni à vivre, mais à bien faire l'un et l'autre [DIDEROT, Claude et Nér. I, 46]
Dans l'âge où l'on a le plus de sentiment de ses forces, où l'on est le plus sûr d'obtenir de la gloire, où l'on est si tenté de la confondre avec le bonheur [CONDORCET, Bertin.]
La gloire aux criminels ne sert point de refuge [DUCIS, Othello, I, 6]
La gloire veut qu'on ose où le péril est grand [M. J. CHÉN., Gracques, I, 4]
En cherchant la gloire, j'ai toujours espéré qu'elle me ferait aimer ; à quoi servirait-elle, du moins aux femmes, sans cet espoir ? [STAËL, Corinne, IV, 3]
Il était un roi d'Yvetot, Peu connu dans l'histoire, Se levant tard, se couchant tôt, Dormant fort bien sans gloire [BÉRANG., Roi d'Yvetot.]
Aux jeunes gens racontes-en l'histoire [des trois journées de juillet] ; Guide leur nef, instruis-les de l'écueil ; Et, de la France un jour font-ils l'orgueil, Va réchauffer ta vieillesse à leur gloire [ID., Adieu chansons.]
On était exalté par ce qu'il y a de mieux après la vertu, par la gloire [SÉGUR, Hist de Nap. VIII, 5]
De quelle gloire nous serons comblés, et que dira le monde entier, quand il apprendra qu'en trois mois nous avons conquis les deux grandes capitales du nord ! [paroles de Napoléon à ses soldats pour les conduire de Moscou à St-Pétersbourg] [ID., ib. VIII, 9]
Ces simples soldats se dévouaient pour ne pas se manquer à eux-mêmes, par cet instinct qui veut du courage dans l'homme ; enfin par habitude et par amour de la gloire, mot bien éclatant pour une position si obscure ! car qu'est-ce que la gloire d'un tirailleur, qui n'est loué, blâmé ou regretté que par une escouade ; mais le cercle de chacun lui suffit, une petite association renferme autant de passions qu'une grande [ID., ib. IX, 13]
Généreux favoris des filles de Mémoire, Deux sentiers différents devant vous vont s'ouvrir, L'un conduit au bonheur, l'autre mène à la gloire ; Mortels, il faut choisir [LAMART., Méd. I, 14]
Non loin des mêmes bords, plus tard il [le Tasse] vint mourir ; La gloire l'appelait, il arrive, il succombe ; La palme qui l'attend devant lui semble fuir, Et son laurier tardif n'ombrage que sa tombe [ID., ib. I, 21]
Mais le temps ? il n'est plus. -Mais la gloire ? qu'importe Cet écho d'un vain son qu'un siècle au siècle apporte, Ce nom, brillant jouet de la postérité ? [ID., ib. II, 5]
Dans le stérile espoir d'une gloire incertaine, L'homme livre, en passant, au courant qui l'entraîne, Un nom de jour en jour dans sa course affaibli ; De ce brillant débris le flot du temps se joue ; De siècle en siècle il flotte, il avance, il échoue Dans les abîmes de l'oubli [ID., ib.]
Gloire, honneur, liberté, ces mots que l'homme adore, Retentissaient pour toi [Napoléon], comme l'airain sonore Dont un stupide écho répète au loin le son [ID., ib. II, 7]
Non, la lyre aux tombeaux n'a jamais insulté ; La mort de tout temps fut l'asile de la gloire ; Rien ne doit jusqu'ici poursuivre une mémoire ; Rien.... excepté la vérité [ID., ib. II, 7]
La gloire efface tout.... tout excepté le crime [ID., ib.]
Et je marche effaré des crimes de la gloire [V. HUGO, Contempl. V, 11]
Dire, publier quelque chose à la gloire de quelqu'un, dire, publier quelque chose qui lui fait honneur, qui lui tourne à gloire.
Il faut dire à sa gloire que.... [BOSSUET, Hist. III, 5]
Il se dit au pluriel. Il aspire à toutes les gloires. C'est gloire de.... il est glorieux de.
C'est gloire de passer pour un cœur abattu Quand la brutalité fait la haute vertu [CORN., Hor. IV, 4]
Faire gloire, se faire gloire, se faire une gloire, tenir à gloire, mettre sa gloire à, se vanter d'une chose, en faire vanité.
Les meilleurs soldats et les chefs les plus braves Mettaient toute leur gloire à devenir esclaves [CORN., Cinna, I, 3]
On m'appelle soldat, je fais gloire de l'être [ID., D. Sanche, I, 3]
On me croit son disciple et je le tiens à gloire [ID., Nicom. II, 3]
Vous n'avez qu'à parler, et ma main sur-le-champ fera gloire d'exécuter l'arrêt que vous prononcerez [MOL., Princ. d'Él. V, 2]
On me laisse tout croire ; on fait gloire de tout [ID., Mis. IV, 3]
C'est où je mets aussi ma gloire la plus haute [ID., Tart. II, 1]
Faisant gloire de votre indocilité [BOURDALOUE, Sur la fausse consc. 1er avent, p. 180]
Ces dieux qui se sont fait une gloire cruelle De séduire le cœur d'une faible mortelle [RAC., Phèdre, II, 5]
Peut-on de nos malheurs leur dérober l'histoire ? Tout l'univers les sait, vous-même en faites gloire [ID., Athal. II, 7]
Si les sciences n'inspirent aux Grecs que l'injustice, nous [Manduriens] nous ferons gloire d'être toujours ignorants et barbares [FÉN., Tél. X]
Titre honorifique qui a été donné aux rois mérovingiens. Votre Gloire.
Éclat digne de louange, en parlant des choses.
Dites-moi qu'elle est chaste et qu'elle en a la gloire [RÉGNIER, Élég. I]
J'ai vu dans son malheur la gloire de sa mort [CORN., Pomp. II, 2]
Si vous trouvez des charmes à pousser plus avant la gloire de vos armes [ID., Nicom. II, 3]
La gloire de son nom et de ses actions immortelles [du prince de Condé] [BOSSUET, le Tellier.]
Industrieux à se cacher dans les actions éclatantes, il en renvoyait la gloire au ministre [Mazarin] [ID., ib.]
Il [le prince de Condé en exil] aura du moins la gloire de n'avoir pas laissé avilir la grandeur de sa maison chez les étrangers [ID., Louis de Bourbon.]
Cet attachement immuable à la religion de ses ancêtres faisait la gloire de sa maison, aussi bien que celle de toute la France [ID., Reine d'Anglet.]
L'amour ne règle point le sort d'une princesse ; La gloire d'obéir est tout ce qu'on nous laisse [RAC., Andr. II, 2]
Ah ! que sous de beaux noms cette gloire est cruelle [de vaincre ses passions] ! Combien mes tristes yeux la trouveraient plus belle, S'il ne fallait encor qu'affronter le trépas ! [ID., Bérén. II, 2]
C'est notre patrie qui a la gloire d'avoir inventé la navigation [FÉN., Tel. III]
Exploits glorieux.
Je viens remercier et mon père et mon roi D'avoir eu la bonté de s'y servir de moi, D'avoir choisi mon bras pour une telle gloire, Et fait tomber sur moi l'honneur de sa victoire [CORN., Nicom. II, 2]
Il se dit quelquefois, par exagération, dans le style poétique, pour considération, réputation.
Éclate, mon amour, tu n'as plus rien à craindre ; Mon père est satisfait, cesse de te contraindre ; Un même coup a mis ma gloire en sûreté, Mon âme au désespoir, ma flamme en liberté [CORN., Cid, V, 5]
Pourquoi voulez-vous croire Que de ce cas fortuit dépende notre gloire ? [MOL., École des f. IV, 8]
Ma gloire vous serait moins chère que ma vie ! [RAC., Iphig. V, 2]
Alors, ne voyant que la gloire de la dame dont nous parlions, je répondis sur-le-champ.... [MARIVAUX, Pays. parv. 7e part.]
Sentiment élevé et fier que la gloire inspire à celui qui la possède.
La gloire, il est vrai, les défend [les grands] de quelques faiblesses ; mais la gloire les défend-elle de la gloire même ? [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Quel péril n'eût pas trouvé cette princesse dans sa propre gloire ? la gloire : qu'y a-t-il pour le chrétien de plus pernicieux et de plus mortel ? quel appas plus dangereux ? quelle fumée plus capable de faire tourner les meilleures têtes ? [ID., ib.]
En mauvaise part, vain orgueil (sens plus usité autrefois qu'aujourd'hui).
La Rappinière.... avait de la mauvaise gloire autant que barbier de la ville [SCARR., Rom. com. I, 4]
Il croyait qu'il y avait de la gloire à votre fait [SÉV., 215]
Encore que les philosophes fussent des animaux de gloire, comme les appelle Tertullien [BOSSUET, 2e panég. St Fr. de Paule, Préambule.]
Le bien public, l'ordre ou plutôt tous les différents établissements particuliers d'ordre que la société demande, toujours sacrifiés sans scrupule, et même violés par une mauvaise gloire, étaient pour lui des objets d'une passion vive et délicate [FONTEN., des Billettes.]
Grand soif, bon appétit, et surtout point de gloire, C'est ma devise.... [DESTOUCH., Glor. II, 14]
Il ne respecte rien, ne ménage personne, Et plus je le connais, plus sa gloire m'étonne [ID., ib. IV, 3]
Si les hommes sont si glorieux, ce n'est pas à une dame aussi pieuse et aussi charitable que vous à approuver leur mauvaise gloire [MARIVAUX, Marianne, 6e part.]
Un point de gloire, un point sur lequel l'amour-propre met son orgueil.
Mais faut-il nous brouiller pour un sot point de gloire ? - Oh ! le vin est tiré, monsieur, il le faut boire [REGNARD, Joueur, III, 11]
Vaine gloire, le sentiment trop avantageux de soi-même que la vanité inspire.
La vaine gloire est cette petite ambition qui se contente des apparences, qui s'étale dans le grand faste et qui ne s'élève jamais aux grandes choses [VOLT., Dict. phil. Gloire, § 1]
Fausse gloire, fausse opinion de l'honneur, ambition déplacée.
La fausse gloire tient souvent à la vaine, mais souvent elle porte à des excès ; et la vaine se renferme plus dans les petitesses ; un prince qui mettra son honneur à se venger, cherchera une gloire fausse plutôt qu'une gloire vaine [VOLT., Dict. phil. Gloire, § 1]
Il se dit des personnes justement célèbres. Il fut la gloire de son siècle.
Pour vous, ma chère sœur, sage et pieuse fille, Gloire du sang d'Œdipe, honneur de sa famille [ROTR., Antig. II, 2]
Nerva est le premier des bons et Trajan le premier des grands empereurs romains ; après lui il y en eut deux autres, les deux Antonins ; trois sur soixante-dix, tel est à Rome le bilan des gloires morales de l'empire [AMPÈRE, Hist. rom. à Rome, Introd. p. LIII]
Éclat, splendeur.
Je souhaitais qu'on vous vît dans votre gloire, au moins votre gloire de campagne, car celle d'Aix est encore plus grande [SÉV., 582]
Quand, après de si étranges humiliations, elle fut encore contrainte de paraître au monde, et d'étaler, pour ainsi dire, à la France même et au Louvre où elle était née avec tant de gloire, toute l'étendue de sa misère [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
La voilà, malgré ce grand cœur, cette princesse si admirée et si chérie ; la voilà telle que la mort nous l'a faite ; encore ce reste tel quel va-t-il disparaître, cette ombre de gloire va s'évanouir, et nous l'allons voir dépouillée même de cette triste décoration [ID., Duch. d'Orl.]
Venez dans mon palais, vous y verrez ma gloire [RAC., Athal. II, 7]
Vous voulez essayer ce bandeau sur mon front ? Ah ! princesse, gardez d'en profaner la gloire ! Du roi qui l'a porté respectez la mémoire [ID., ib. IV, 1]
Il vaudrait mieux que Troie fût encore dans toute sa gloire [FÉN., Tél. X]
Oui, c'est un Dieu caché que le Dieu qu'il faut croire ; Mais, tout caché qu'il est, pour révéler sa gloire, Quels témoins éclatants devant moi rassemblés ! Répondez, cieux et mers, et vous, terre, parlez [L. RAC., Religion, I]
L'honneur, les hommages rendus à la divinité. Dieu est jaloux de sa gloire.
Celui qui règne dans les cieux, à qui seul appartient la gloire, la majesté et l'indépendance [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
À Dieu ne plaise que nous apprenions par les oracles trompeurs la gloire du fils de Dieu, qui les a fait taire en naissant ! [ID., Hist. II, 12]
Ô Dieu que la gloire couronne.... Tu vois nos pressants dangers ; Donne à ton nom la victoire ; Ne souffre point que ta gloire Passe à des dieux étrangers [RAC., Esther, I, 5]
On a osé dire : la gloire de Dieu, il travaille pour la gloire de Dieu ; Dieu a créé le monde pour sa gloire ; ce n'est pas que l'être suprême puisse avoir de la gloire ; mais les hommes, n'ayant point d'expression qui lui convienne, emploient pour lui celles dont ils sont le plus flattés [VOLT., Dict. phil. Gloire.]
Pour la plus grande gloire de Dieu, sorte de formule pieuse qu'on emploie pour exprimer qu'on rapporte à Dieu la gloire de telle ou telle chose.
Je prierai Dieu pour vous, et j'espère que tout se passera à sa plus grande gloire [VOLT., l'Ingénu, 16]
Rendre gloire à Dieu, lui rendre hommage, le confesser.
Vous n'avez pas voulu rendre gloire à ma puissance et à ma sainteté devant Israël au sujet des eaux [SACI, Bible, Nombres, XXVII, 14]
Au Dieu que vous servez, princesse, rendez gloire [RAC., Athal. III, 4]
Fig. Rendre gloire à la vérité, lui rendre un éclatant hommage, la confesser hautement.
Si quelque orthodoxe ou hétérodoxe m'accusait d'avoir la moindre part à l'article Genève, je vous supplie instamment de rendre gloire à la vérité ; j'ai appris le dernier toute cette affaire [VOLT., Lett. Vernes, 29 déc. 1757]
Dans un sens analogue.
Un petit nombre d'esprits frivoles ou licencieux, qui encore, au fond du cœur, rendent gloire à la vertu [MASS., Carême, Resp. hum.]
À la gloire de la vérité, pour rendre à la vérité la gloire qui lui appartient.
À la gloire de la vérité, montrons dans un prince admiré de tout l'univers, que ce qui fait les héros.... [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Terme biblique. La splendeur dont Dieu s'environne quand il se manifeste. Le fils de Dieu viendra dans sa gloire, dans la majesté de sa gloire.
Alors, tout le peuple jetant de grands cris et voulant les lapider [Josué et Caleb], la gloire du Seigneur parut à tous les enfants d'Israël sur le tabernacle de l'alliance [SACI, Bible, Nomb. XIV, 40]
Je vis paraître en ce même lieu la gloire du Dieu d'Israël selon la vision que j'avais eue dans le champ [ID., Ezéchiel, VIII, 4]
Par extension, les riches palais, les meubles brillants, les vêtements magnifiques des princes. Salomon dans toute sa gloire. La gloire de Niquée, expression très usitée au XVIIe et au XVIIIe siècle pour dire une gloire immense, et qu'on croit ne devoir pas finir.
Mme d'Heudicourt est dans la gloire de Niquée, elle y oublie qu'elle est prête d'accoucher [SÉV., ]
Mon imagination sera toujours pour vous cette gloire de Niquée où vous savez qu'on ne changeait point [SAINT-ÉVREMOND, à Ninon de Lenclos]
Vous voilà donc, mon cher enfant, dans votre gloire de Niquée [VOLT., Lettre à d'Arnaud]
Niquée est une des héroïnes d'Amadis de Gaule ; la fée Zirphée, sa tante, pour la soustraire à l'amour incestueux d'Anastarax, la plaça sur un trône étincelant, dans ses plus beaux habits, et, Anastarax se jetant à genoux sur une des marches du trône, elle les enchanta eux et leur cortége dans cette position, jusqu'à ce qu'une dame de grande beauté vint détourner Anastarax et qu'un illustre chevalier vint rompre le charme (Ces exemples et ces explications sur la gloire de Niquée sont empruntés à BOISSONADE, Morceaux de critique, t. II, p. 60).
La béatitude céleste. Il est dans le séjour de la gloire. La gloire des élus.
Comme, dans la gloire éternelle, les fautes des saints pénitents, couvertes de ce qu'ils ont fait pour les réparer et de l'éclat infini de la divine miséricorde, ne paraissent plus [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
10° Terme de peinture. Cercle de lumière, qui se met autour de la tête des saints ou des personnes illustres par leurs vertus. Représentation du ciel ouvert avec les personnages divins, les anges, etc. Une gloire du Titien.
Il a le visage tranquille et tourné vers une gloire qui éclaire l'angle supérieur gauche de la toile [DIDEROT, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 78, dans POUGENS]
Dans le langage soutenu, miracle qui présente dans le ciel le même aspect que la gloire dans la peinture.
On ne vit point un dieu imaginaire lever la tête au-dessus des vagues et leur commander le silence ; mais une lumière surnaturelle entr'ouvrit les nuées ; au milieu d'une gloire on aperçut une femme céleste portant un enfant dans ses bras, et calmant les flots par un sourire [CHATEAUBR., Mart. XIX.]
Terme de sculpture. Assemblage de rayons divergents au centre desquels apparaît un triangle, symbole de la Trinité.
11° Machine de théâtre entourée de rayons lumineux sur laquelle se placent les acteurs qui représentent des dieux, etc.
12° Terme d'artificier. Soleil fixe, non tournant, d'une grandeur extraordinaire. Assemblage de fusées qui jettent leurs feux en rayons.
13° Terme de zoologie. Gloire de mer, mollusque du genre cône.

SYNONYME

  • GLOIRE, HONNEUR. La gloire dit quelque chose de plus que l'honneur ; c'est une célébrité plus étendue et plus éclatante. Gloire, dans le sens de sentiment qu'inspire la gloire (acception plus usitée au XVIIe siècle qu'elle ne l'est aujourd'hui) confine à l'honneur signifiant aussi un sentiment qui nous oblige à nous honorer nous-mêmes ; mais ici encore la nuance se maintient : l'honneur appartient à toutes les conditions, la gloire n'appartient qu'aux conditions élevées et dans lesquelles il importe de soutenir sa gloire aussi bien que son honneur. Se faire gloire d'une chose, c'est s'en vanter ; se faire honneur d'une chose, c'est en tirer honneur.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Al roi de gloire merci prist à crier [, Roncisv. p. 109]
    La glorie d'icest munt n'est longement durant [, Th. le mart. 30]
  • XIIIe s.
    Gloire est la bone renomée qui cort par maintes terres de aucun home puissant et de grant afaire, ou de savoir bien son art [BRUN. LATINI, Trésor, p. 450]
  • XIVe s.
    Adoncques il habunde en autre plus grant bien, c'est assavoir en glore [ORESME, Eth. 160]
    L'empereur de Constantinople fist appareiller au dehors de la porte de la cité, en une grant place, la noblesse de toutes manieres de richesses et toute la gloire de pierres precieuses [, Chron. de St-Denys, t. I, f° 129, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Il y a de bonnes gens qui ont ceste gloire qu'il leur semble qu'ils vuyderont des choses là où ilz n'entendent rien [COMM., I, 16]
  • XVIe s.
    La response fut longue comme il falloit, et enfin espagnolle, pleine de gloire et de refus [D'AUB., Hist. I, 91]
    Il monta en une presumption et une gloire encore plus grande que n'estoit sa puissance [AMYOT, Lysand. 34]
    Il attribuoit toute la gloire de ses faicts à la fortune, soit qu'il le fist par une maniere de vaine gloire, ou que veritablement.... [ID., Sylla, 11]
    Gloire vaine assez fleurit, porte feuille et point de fruit [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, glore ; provenç. espagn. et ital. gloria ; du lat. gloria, qui est le sanscrit védique çravasya, gloire, de çru, grec, entendre. L'o ( avec un accent long) représente l'av sanscrit ; et l'r se permute souvent en s. gloria ou glosia. Dans l'ancien français, glorie ne se prononçait pas glo-ri-e en trois syllabes, mais gloire ou glore en deux ; c'est ce que montrent les vers, et entre autres le vers de Th. le mart. cité à l'historique ; glorie était une orthographe rappelant l'étymologie, non la prononciation.

gloire

GLOIRE. n. f. La renommée brillante, universelle et durable, l'éclat que les vertus, le mérite, les grandes qualités, les grandes actions ou les grandes oeuvres attirent à quelqu'un. Aimer la gloire. Chercher la gloire. Être avide de gloire. Acquérir de la gloire. L'amour de la gloire. Tous les genres de gloire. La gloire militaire. Gloire immortelle. La vraie gloire. La fausse gloire. Faire une ample moisson de gloire. Étendre bien loin, porter bien loin la gloire de son nom, de ses armes. Se couvrir de gloire. Être jaloux de sa gloire. Avoir soin de sa gloire. Ternir, obscurcir, souiller, flétrir la gloire de quelqu'un. Il s'efforce de rabaisser leur gloire. Il a toute la gloire de cette action. Il eut la gloire d'être le libérateur de son pays. Mettre sa gloire à telle ou telle chose. C'est une triste gloire que celle-là. Quelle gloire, d'accabler un si faible ennemi! La gloire du monde passe vite. Il se dit surtout au singulier, mais il s'emploie aussi au pluriel. Il aspire à toutes les gloires, À tous les genres de gloire.

Être la gloire de son pays, de son siècle, etc., se dit d'une Personne dont les actions, les talents, les oeuvres, etc., sont un sujet de gloire pour son pays, pour son siècle, etc. On dit aussi, au pluriel, Ce poète, ce savant est une des gloires de son pays.

Dire, publier quelque chose à la gloire de quelqu'un, Dire, publier une chose qui lui fait honneur.

Rendre gloire à la vérité, Rendre témoignage à la vérité. On dit quelquefois dans un sens analogue Rendre gloire à Dieu.

Se faire gloire de quelque chose, S'en faire honneur, ou en tirer vanité.

Ce n'est pas par gloire qu'il a dit cela, qu'il a fait cela, Ce n'est pas par ostentation.

Il se dit aussi des Hommages qu'on rend à Dieu. La gloire n'appartient proprement qu'à Dieu seul. Il faut que toutes nos actions tendent à la gloire de Dieu, à la plus grande gloire de Dieu. Gloire soit à Dieu. Il ne cherche que la gloire de Dieu.

Il se dit encore pour Éclat, splendeur. Le Fils de Dieu viendra dans sa gloire, dans la majesté de sa gloire.

Il signifie aussi Béatitude dont on jouit dans le paradis. Les âmes qui jouissent de la gloire, de la gloire éternelle. La gloire que Dieu a préparée à ses élus.

En termes de Peinture, il désigne un Cercle de lumière qui se met autour de la tête des saints ou des personnes illustres par leurs vertus (Voyez AURÉOLE). Il signifie encore Représentation du ciel ouvert, avec les personnes divines, les anges et les bienheureux. Une gloire du Titien, du Tintoret. La gloire du Val-de-Grâce.

Il se dit pareillement, en termes de Sculpture, d'un Assemblage de rayons divergents, entourés de nuages, et au centre desquels on figure ordinairement la Trinité sous la forme d'un triangle.

Il se dit encore, en termes de Théâtre, d'une Machine suspendue et entourée de nuages, sur laquelle se placent les personnages surhumains qui doivent descendre du ciel ou y monter. On fait descendre et monter les gloires au moyen de contrepoids. Descendre dans une gloire.

gloire

Gloire, et loüange qu'on acquiert par bien faire, Gloria.

La gloire d'avoir vaincu, Gloria palmae.

La gloire et loz qu'on a d'avoir eu la victoire sur la mer, Naualis gloria.

Gloire plus abondante, Cumulatior gloria.

Ta grande gloire, Numerosa gloria tua.

Vaine gloire, Gloria ventosissima, Inanis gloria.

Gloire du monde, Theatrum populare. B.

Une sotte gloire, Circulatoria iactatio.

Qui n'aime point vaine gloire, Ab inani laude remotus.

Gloire commence à estre enviée, In inuidiam vertit se gloria.

Gloire est de longue durée, Radices agit gloria.

Le lieu où je pren ma gloire, Seges ac materia gloriae.

Dequoy on reçoit gloire et loüange, Praeclarum et gloriosum.

Acquerir gloire, Gloriam consequi.

S'attribuer la gloire d'autruy, Labore alieno partam gloriam in se transmouere.

De là il eut gloire, Inde gloriam petiit.

Estimer gloire et loüange, In gloria ponere.

Estre convoiteux de gloire, Gloriae seruire.

Estre mené et meu de gloire. Duci gloria.

Donner gloire, Afficere gloria.

Tu entretiens cette gloire d'estre tousjours chiche, Seruas gloriam aritudinis.

Je n'estime pas cela gloire, Non equidem illud in gloria posuerim.

Perdre sa gloire, Facere iacturam gloriae.

S'efforcer de parvenir à gloire immortelle, Niti ad gloriam immortalem.

Remporter la gloire et le loz d'avoir mis fin à une guerre, Ferre gloriam belli perpetrati.

Suyvre la gloire, Ferri ad gloriam.

Tourner à gloire, In gloria ponere.

Tu as pensé que cela te tourneroit à gloire, Hoc tibi gloriae fore putasti.

Plein de gloire, Gloriosus.

Avec gloire et loüange, Gloriose.

Parler pour avoir gloire et loüange, Gloriose loqui.

gloire


GLOIRE, s. fém. GLORIEUX, EûSE, adj. GLORIEûSEMENT, adv. [Gloâ-re, glo-ri-eû, eûze, eûzeman: 1re lon au 1er; 3e lon. aux 3 derniers.] Gloire n'a point de pl. excepté en Peintûre, où l'on dit des gloires admirables, etc. = Gloire est, 1°. l'honeur, la réputation, l'estime des hommes. La gloire dit quelque chôse de plus que l' honeur. Elle a pour objet ce qui est au-delà du devoir. L' honeur se renferme plus dans ce qui est du devoir. Un homme peut être indiférent pour la gloire: mais il ne lui est pas permis de l'être pour l'honeur. "Aimer, chercher la gloire. Aquérir de la gloire: être comblé de gloire. "Ils ne perdent la gloire, à laquelle ils aspirent, que par l'aveugle impatience qu'ils ont de l'aquérir. D'Aguess. = 2°. Éclat, splendeur. "Le Fils de Dieu viendra dans sa gloire. — Il ne se dit, en ce sens, que dans cette ocasion. = 3°. Orgueil, sote vanité. "Sote gloire. "La gloire le perdra. Dans cette acception, on dit sur-tout, la vaine gloire. = 4°. La béatitude céleste. "Jouir de la gloire, de la gloire éternelle, etc. = 5°. En termes de Peintûre, la représentation du Ciel ouvert, des persones divines et de la Cour céleste. = Sur le Théâtre, l'endroit élevé et illuminé, où l'on représente les divinités fabuleûses.
   Gloire forme, avec quelques verbes, des expressions qui sont du beau style. — Doner ou rendre gloire à Dieu, à la vérité. Le 2d est le meilleur. "Mes frères, donnez gloire à Dieu, dit Bossuet. * Il dit aussi, tenir à gloire, comme on dit, tenir à honeur, à grand honeur de faire, etc. "Tout le monde tient à gloire de souscrire cette confession de foi. Tenir à gloire ne se dit plus. — On dit élégamment, mettre sa gloire dans, avec les noms, et à avec les verbes. "Les Saints mettent leur gloire dans les humiliations. "Il a fait des faûtes, mais il met sa gloire à les reconnoître. TÉLÉM. = Tirer sa gloire de. "Les Saints ont tiré leur gloire de leurs abaissemens mêmes. = Faire gloire, ou se faire une gloire de, avec l'infinitif:
   Et la fortune permanente,
   À~ son étoile dominante,
   Fit toujours gloire d'obéir.
       Rousseau.
"Ne vous ferez-vous pas une gloire de m'afranchir. MARM. — Les Gascons disent, se faire gloire, pour, faire gloire de. "Je me fais gloire de l'avouer; c'est un barbarisme d'expression. = M. Rollin dit, tourner à gloire; cette locution est suranée. "La témérité d'Alexandre lui tournoit à gloire.
   REM. Gloire régit à ou de devant les verbes, suivant l'article qu'il s'associe. On dit, il trouve de la gloire, ou une grande gloire à doner la paix; et il a eu la gloire de doner la paix à l'Europe.
   En la gloire ou à la gloire de, adv. On ne dit que le second. Voy. EN.
   GLORIEUX est, 1°. qui s'est aquis beaucoup de gloire. "Il revient glorieux et triomphant. = 2°. Qui mérite beaucoup de gloire, de louange. "De glorieux travaux, des actions glorieûses. = Qui jouit de la gloire céleste. "La glorieûse Vierge Marie, le glorieux St. Joseph. = 4°. Glorifié. "Les corps des bienheureux, après la mort, seront des corps glorieux. = 5°. Vain, superbe. La Comédie du Glorieux: il fait bon batre un glorieux; car il ne s'en plaindra pas. = Glorieux, orgueilleux, avantageux, fier, (synon.) Le glorieux veut paraître quelque chôse; l'orgueilleux croit être quelque chôse; (Encycl.) l' avantageux agit comme s'il étoit quelque chôse; le fier croit que lui seul est quelque chôse, et que les autres ne sont rien.
   GLORIEûSEMENT, d'une manière glorieûse, et qui mérite estime et louange. "Il est mort glorieûsement.

Synonymes et Contraires

gloire

nom féminin gloire
1.  Renommée éclatante.
2.  Ce qui suscite la fierté.
3.  Personne illustre.
4.  Littéraire. Éclat de quelque chose.
Traductions

gloire

Berühmtheit, Blendwerk, Glorie, Verdienst, Ruhm, Ehreglory, fame, glamour, merit, prestige, renown, glamor, honour, illustriousness, worth, praiseglorie, roem, autoriteit, beroemdheid, gezag, lof, prestige, verdienste, pracht, trots, vermaardheidגאון (ז), גדולה (נ), הוד (ז), תהילה (נ), תפארת (נ), תְּהִלָּה, תִּפְאֶרֶת, הוֹד, גָּאוֹן, גְּדוּלָהberoemdheid, gesagglòriaδόξα, αίγληgloro, merito, prestiĝogloria, fama, mérito, prestigiogloriaglória, importância social, merecimento, mérito, prestígioslavăславаdebdebe, ihtişam, şan, zafergloria, vantoمَجْدslávaærekunniaslava栄誉영광æresławaäraความมีชื่อเสียงsự huy hoàng荣誉слава榮耀 (glwaʀ)
nom féminin
1. fait d'être très connu être au sommet de la gloire
2. personne très connue Cet artiste est la gloire de son village.

gloire

[glwaʀ] nf
(= grand renom acquis par des actes remarquables) → glory
la gloire de la France → the glory of France
se couvrir de gloire → to cover o.s. with glory
au sommet de sa gloire [poète, auteur] → at the height of his fame
l'amour, la gloire, l'argent → love, fame, money
(= personne) → celebrity