glose


Recherches associées à glose: gloser

glose

n.f. [ lat. glosa, du gr. glôssa, langue ]
1. Explication de quelques mots obscurs d'une langue par d'autres mots plus compréhensibles.
2. Annotation ajoutée à un texte pour en éclairer les mots ou les passages obscurs : Écrire des gloses en marge d'un texte commentaire, explication
3. (Surtout au pl.) Critique, interprétation malveillante : Il fait des gloses sur tous ses collègues médisance ; compliment

GLOSE

(glô-z') s. f.
Mot vieilli ou difficile recueilli dans les auteurs grecs et expliqué. Érotien a donné un recueil des gloses d'Hippocrate.
Par extension, note explicative sur les mots ou sur le sens d'un texte, dans la même langue que le texte, et mise d'ordinaire à la marge.
Faisons donc quelques récits Qu'elle déchiffre sans glose [LA FONT., Fabl. VIII, 13]
Concevez, monsieur, huit pages sans points ni virgules, les gloses confondues avec le texte [P. L. COUR., Lett. à M. Renouard.]
Glose ordinaire, le commentaire de Nicolas de Lyra sur la Bible. Glose interlinéaire, glose placée entre les lignes du texte. La glose se dit spécialement aussi des commentaires des glossateurs qui accompagnent certaines anciennes éditions du Corpus juris. L'édition principale se nomme la grande glose.
Notes servant à l'éclaircissement d'un texte. La Glose d'Accurse.
Cette fable n'est point dans le texte, mais dans la glose [DIDEROT, Opin. des anc. phil. (juifs).]
C'est la glose d'Orléans qui est plus obscure que le texte, s'est dit d'explications peu claires et embrouillant le texte au lieu de l'éclaircir ; locution née des écoles de droit d'Orléans qui ont été longtemps célèbres.
Parodie rimée d'une pièce de poésie dont on répète un vers à la fin de chaque stance. La glose a autant de stances que le texte parodié a de vers. La glose de Sarazin sur le sonnet de Job. Par extension, récit.
On dit pourtant, pour terminer ma glose En peu de mots, que l'ombre de l'oiseau Ne loge plus dans le susdit tombeau [GRESS., Vert-vert, IV]
Réflexions, interprétations critiques.
Je sais que c'est un texte où chacun fait sa glose [BOILEAU, Sat. X]

SYNONYME

  • GLOSE, COMMENTAIRE.
    Ils sont tous les deux des interprétations ou des explications d'un texte ; mais la glose est plus littérale et se fait presque mot à mot ; le commentaire est plus libre, et moins scrupuleux de s'écarter de la lettre, [GUIZOT, ]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Ensi estoient dont les choses Entre les testes [textes] et les gloses [G. DE CAMBRAI, Barl. et Jos. p. 5]
    Car sachiés que cist nobles songes, Où fausse glose volés metre, Doit estre entendus à la letre [, la Rose, 6633]
    Et Leonce tantost la glose Li demanda de ceste chose [, ib. 8793]
  • XVe s.
    Quant tu es courcé d'aultres choses, Cueur, mieulx te vault en paix laisser ; Car s'on te vient araisonner, Tost y trouves d'estranges gloses [CH. D'ORL., Rondeau.]
  • XVIe s.
    Il me faut ici adjurer les lecteurs, non pas d'escouter à mes gloses, mais de donner quelque lieu à la parole de Dieu [CALV., Inst. 511]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. glosa ; portug. glossa ; du latin glossa, qui est le grec, proprement langue, puis mot ancien tombé en désuétude, difficile à comprendre, de là glose.

glose

GLOSE. n. f. Explication de quelques mots obscurs d'une langue par d'autres mots plus intelligibles de la même langue. Glose interlinéaire. Glose marginale. Il est souvent arrivé que la glose a passé dans le texte, a été insérée dans le texte, est entrée, s'est introduite dans le texte.

Glose ordinaire, La glose faite sur le latin de la Vulgate.

Il se prend également pour Commentaire, ou notes servant à l'éclaircissement d'un texte. la Glose du Droit canon. La glose vaut mieux que le texte. Fig. et par ironie, La glose est plus obscure que le texte.

Il se dit, figurément et familièrement, des Réflexions, des critiques, des interprétations ajoutées à un récit. Dites le fait simplement sans y ajouter de glose.

Il s'est dit aussi d'un Petit ouvrage de poésie qui est une espèce de parodie de la pièce d'un autre auteur, dont on répète un vers à la fin de chaque stance; en sorte que la glose a autant de stances que le texte a de vers. La glose de Sarrasin sur le sonnet de Job. Les poètes espagnols ont fait beaucoup de gloses.

glose

Glose, Glossema, glossematis.

Les gloses gastent le texte, Attexta glossemata contextum saepe corrumpunt. B.

glôse


GLôSE, s. fém. GLOSER, v. act. GLOSEUR, EûSE, s. m. et fém. [Glôze, glozé, zeur, zeû-ze: 1re lon. au 1er: 2e e muet au 1er, é fer. au 2d, lon. au dern.] Glôse est une explication faite fidèlement et mot-à-mot sur le texte. Gloser, c'est faire une glôse. "La glôse est souvent plus obscûre que le texte. "Les Auteurs qui ont glosé la Bible. = Glôse, Comentaire (synon.) Ils sont tous les deux des interprétations d'un texte; mais la glôse est plus litérale, et se fait presque mot-à-mot: le comentaire est plus libre et moins scrupuleux à s'écarter de la lettre. Il leur est assez ordinaire d'être difus sur ce qui s'entend aisément, et de garder le silence sur les endroits dificiles. GIR. Synon. = Gloser est sur-tout en usage pour critiquer, censurer; et gloseur n' a que ce sens. Dans la première acception, on dit glossateur. "Il glôse sur tout: "Que trouvez-vous à gloser là-dessus. "Il n'y a rien à gloser. "C'est un gloseur perpétuel; une gloseûse insuportable.

Synonymes et Contraires

glose

nom féminin glose
Traductions

glose

גלוסה (נ) [הערה], הערת שוליים (נ), התבררות (נ), פירוש (ז), הִתְבָּרְרוּת, פֵּרוּשׁ

glose

glosa

glose

gloss

glose

glosa

glose

glosa

glose

glossa

glose

glans

glose

połysk

glose

гланц

glose

光泽

glose

光澤

glose

광택

glose

[gloz] nfgloss