goître

(Mot repris de goîtres)

GOÎTRE

(goi-tr') s. m.
Tumeur qui se développe au devant de la gorge dans le corps thyréoïde.
Elle avait le cou long [la duchesse de Bourgogne] avec un soupçon de goître qui ne lui seyait point mal [SAINT-SIMON, 321, 194]
Terme de zoologie. Expansion cutanée qui pend sous le cou de plusieurs reptiles sauriens.

REMARQUE

  • Pourquoi l'Académie met-elle un circonflexe sur goître et goîtreux ? Rien n'exige ni n'explique cet accent.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Gongrona signifie ce qu'on dit en françois gouetre ou gouetron [PARÉ, VI, 9]
    Les escrouelles en Espagne, le gouetron en Savoye [ID., XXIV, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. guttur, gosier, gorge. L'ancien français disait goitron au sens de gosier.

goitre

GOITRE. n. m. T. de Médecine. Tumeur formée par une augmentation du corps thyroïde au-devant de la trachée-artère et du larynx et qui déforme le cou. Le goitre est endémique dans certaines vallées des Alpes.

goître


GOîTRE, s. m. GOîTREUX, EUSE, adj. [Goâ-tre, treû, treû-ze. On trouve dans de très-bons livres gouetre. DICT. d'Orth. = L'Acad. ne met que goître, et celui-ci est plus conforme à l'analogie de l'usage actuel, où l'on n'écrit plus boete, coefe, etc. mais boite coife, etc.] Goître, est une tumeur spongieûse, qui vient sous le menton. On la croit causée par la mauvaise qualité des eaux qu'on boit. "Le goître est comun en Savoie. = Goitreux, qui est de la nature du goître.

Traductions

goître

gozzo