goberge

GOBERGE1

(go-bèr-j') s. f.
Nom d'une perche, ou d'un instrument de bois, qui sert à tenir quelque chose en presse, surtout chez les menuisiers ; un des bouts de la goberge touche au mur, ou au plancher, et l'autre est fortement appuyé sur ce qui doit être pressé.
Pour un millier de goberges réduites à quatre pieds, le millier faisant deux voies, est dû 18 livres, 8 sols [, Décl. 22 oct. 1715, Tarif.]
Perche dont les ébénistes se servent pour maintenir le placage fraîchement collé.
Petite planche mince dont les layetiers se servent.
Au plur. Nom des petits ais qui soutiennent la paillasse et les matelas sur un bois de lit.

ÉTYMOLOGIE

  • Ce paraît être une corruption de écoperche (voy. ce mot).

GOBERGE2

(go-bèr-j') s. f.
Morue la plus large et la plus grande de l'océan.

ÉTYMOLOGIE

  • Peut-être ainsi dite de goberger, parce que c'est un beau poisson qui sert à se goberger.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GOBERGE. Ajoutez :
    Nom d'un ancien navire.
    Il [Gourgues, capitaine protestant, dans le XVIe siècle] vendit son bien, emprunta à ses amis et obtint de son frère des avances qui lui permirent d'armer deux petits navires en forme de goberges et une patache assez semblable aux frégates du Levant [FRÉD. RICHARD, Journ. offic. 1er déc. 1876, p. 8886, 3e col.]

goberge

GOBERGE. n. f. Perche ou instrument de bois, qui sert à tenir quelque chose en presse, surtout chez les menuisiers.

Au pluriel, il se dit des Petites pièces de bois qui soutiennent la paillasse et les matelas sur un bois de lit.

goberge

Goberge, espece de poisson de mer, Gobergus.

Traductions

goberge

Köhler