goguenard, arde


Recherches associées à goguenard, arde: goguenardise

GOGUENARD, ARDE

(go-ghe-nar, nar-d') adj.
Qui plaisante en se moquant.
Le marquis : Et comme c'est un air à demi goguenard, Je l'ai pris sur un ton entre doux et hagard [BOURSAULT, Merc. gal. V, 4]
Et toujours avec lui sera Muse goguenarde et caustique, Qui, tandis que fat il sera, Sans cesse les chansonnera [CHAULIEU, Au cheval. de Bouill.]
Satirique et goguenard dans ses poésies [HAMILT., Gramm. 8]
Vous allez voir quelle différence il y a d'elle à vos goguenardes de femmes qui ne songent qu'à la bagatelle ! [BRUEYS, Grondeur, II, 14]
Elle lui demanda, d'un air fort délibéré, si nous coucherions sur le plancher [à la Bastille] ; il répondit sur un ton goguenard assez déplacé et nous laissa [STAAL, Mém. t. II, p. 93]
Cette destinée qui m'a fait tantôt goguenard, tantôt sérieux [VOLT., Lett. Cideville, 21 juillet 1762]
Il devint même railleur, goguenard [J. J. ROUSS., Conf. II]
Substantivement.
Riez donc, beau rieur ; oh ! que cela doit plaire De voir un goguenard presque sexagénaire ! [MOL., Éc. des maris, I, 3]
Courbé sur un bâton, le bon petit vieillard Tousse, crache, se mouche, et fait le goguenard, De contes du vieux temps étourdit Isabelle [QUINAULT, Mère coquette, I, 2]
Toutefois n'allez pas, goguenard dangereux, Faire Dieu le sujet d'un badinage affreux [BOILEAU, Art p. II]
Les goguenards de Basse-Bretagne dirent qu'il ne fallait pas baptiser son vin [VOLT., l'Ingénu, 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé de gogue, par le même procédé que le génevois goguinette, et le lorain goguenettes.