gorgerin

(Mot repris de gorgerins)

GORGERIN

(gor-je-rin) s. m.
Pièce de l'armure qui couvrait la gorge de l'homme d'armes. Par extension, collier épais qui défend la gorge d'un chien.
Témoin maître Mouflar armé d'un gorgerin ; Du reste ayant d'oreille autant que sur ma main, Un loup n'eût su par où le prendre [LA FONT., Fabl. X, 9]
Terme d'architecture. Partie du chapiteau dorique, au-dessus de l'astragale de la colonne.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Ung gorgerin de mailles d'or, garny de deux platines esmaillées [DE LABORDE, Émaux, p. 333]
  • XVIe s.
    Ce que gantelet amasse, gorgerin depend [ce qui a été gagné par le bras est dépensé par la gorge] [EXPILLY, Suppl. à l'hist. de Bayard, p. 433]

ÉTYMOLOGIE

  • Dérivé de gorge.

gorgerin

GORGERIN. n. m. Pièce de l'armure qui servait autrefois pour couvrir et défendre la gorge d'un homme d'armes.

En termes d'Architecture, il désigne la Partie du chapiteau dorique, au-dessus de l'astragale de la colonne.

gorgerin

Gorgerin, Est la piece que l'homme de guerre met autour de sa gorge, Gutturarium, vel Gutturale, ce qu'on dit en fait de haubert, ou maille gorgerin, on l'appelle haussecol, en fait de lame de fer.

Gorgerin en architecture, est un petit membre rond avec son petit quarré contre le bout d'enhaut d'une colomne, Hypotrachelium.