goulu, ue


Recherches associées à goulu, ue: affabulateur, glouton, gourmand

GOULU, UE

(gou-lu, lue) adj.
Qui aime à manger, qui mange avec avidité. Le canard est un oiseau très goulu.
Pourtant, si l'on avait l'art De m'accommoder au lard Un bon plat de ces lentilles, Si petites, si gentilles, J'aurais le tort qu'Ésaü A eu, Aussi goulu que velu [ARM. GOUFFÉ, Chanson.]
Par extension.
Donnez-moi cette main qu'il ne baisera plus, Je veux la dévorer de mes baisers goulus [SCARR., D. Japhet d'Arm. III, 4]
Fig.
C'est que chacun n'a pas cette amitié goulue Qui n'en veut que pour soi [MOL., Éc. des femmes, II, 3]
Terme de maréchalerie. Tenailles goulues, ou, substantivement, les goulues (voy. TENAILLES). Substantivement. Un vilain goulu. Une goulue.
Il n'avait qu'un œil, le goulu, Et duquel il ne voyait goutte [SCARR., Virg. III]
Pois goulu, espèce de pois dont on mange les cosses.
S. m. Animal sauvage de Laponie et de Moscovie. Goulu de mer, le requin.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Plusieurs humains, comme goulus, Sont en manger fort dissolus [COQUILLART, dans le Dict. de DOCHEZ.]
  • XVIe s.
    Il les nourrit si diversement [deux chiens], qu'il en rendit l'un gourmand et goulu, et l'autre bon à la chasse et à la queste [AMYOT, Comm. il faut nourrir les enfants, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Goule, aujourd'hui gueule ; provenç. golut.