goupille

goupille

[ gupij] n.f. [ de goupil ]
Cheville ou broche métallique servant à assembler deux pièces percées d'un trou : Une goupille cylindrique.

GOUPILLE

(gou-pi-ll', ll mouillées, et non goupi-ye) s. f.
Petite fiche ou cheville de laiton ou de fer, pour fixer les parties d'un ouvrage d'horlogerie, etc.
Toutes autres pièces d'or et d'argent des poids susdits, soit d'assemblage ou d'applique par charnières, coulisses, goupilles, vis, écrous, agrafes, cliquets, crampons, boucles, clous et rivûres.... seront marquées et contremarquées, [, Régl. orfév. 30 déc. 1679]
Petite pièce de métal en forme de clavette, qu'on passe dans les chevilles de fer et autres métaux pour les tenir fermes.
On se sert aussi de goupilles pour fixer le canon du fusil sur le bois.
Petit morceau de cuir, mis au bout d'une cheville pour qu'elle ne s'échappe point.

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. coupille ; du lat. cuspicula, diminutif de cuspis, pointe. Mais Diez le tire de goupil, renard, la goupille étant considérée comme la queue d'un clou par rapport à sa tête. La forme coupille et le sens parlent pour cuspicula.

goupille

GOUPILLE. n. f. T. d'Arts. Petite fiche, petite cheville de laiton ou d'autre métal, dont on se sert dans l'horlogerie, dans l'armurerie, dans les constructions mécaniques ou métalliques, pour arrêter quelques parties d'un assemblage mécanique.

goupille


GOUPILLE, s. f. [Gou-pi-glie: dern. e muet; mouillez les ll] petite fiche, dont on se sert pour arrêter quelques parties d'une montre ou aûtres petits ouvrages.

Traductions

goupille

luns, pen, pin, stift

goupille

פין (ז)

goupille

Splint, Stift

goupille

pin, linchpin

goupille

[gupij] nf [grenade] → (metal) pin