gourmade

GOURMADE

(gour-ma-d') s. f.
Terme familier. Coup de poing, particulièrement sur la figure.
Butès aussi fort qu'un taureau Et très expert à la gourmade [SCARR., Virg. v.]
Si soufflet ne suffit, user de la gourmade ; Si la gourmade est peu, lors de la bastonnade [ID., Jodelet ou le maîtr. val. IV, 4]
Estimez-vous beaucoup l'air dont vous affectez D'estropier les gens par vos civilités, Ces compliments de main, ces rudes embrassades, Ces saluts qui font peur, ces bonjours à gourmades ? [QUINAULT, Mère coquette, I, 3]
On se donna des gourmades dans le sanctuaire de la justice [VOLT., Louis XIV, 5]
Fig.
Sans préjudice des gourmades à poing fermé que vous leur appliquez si bien d'ailleurs [D'ALEMB., Lett. à Volt. 14 juillet 1767]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Gantelets et brassarts avec lesquels, aux premieres grommades, ils assommoient les plus forts de leurs ennemis [LA COLOMBIÈRE, Théâtre d'honneur, t. II, p. 253]

ÉTYMOLOGIE

  • Gourmer.

gourmade

GOURMADE. n. f. Coup de poing sur la figure. Il lui donna deux ou trois gourmades. Une gourmade dans les dents, sur le nez. Il est familier.

gourmade


GOURMADE, s. f. Coup de poing. "Il lui donna deux ou trois gourmades bien assenées.