gourmand, ande


Recherches associées à gourmand, ande: gourmande, gourmandise

GOURMAND, ANDE

(gour-man, man-d') adj.
Qui mange avec avidité et avec excès.
Le chien se pique d'être Soigneux et fidèle à son maître, Mais il est sot, il est gourmand [LA FONT., Fabl. VIII, 25]
À l'égard du président, qui a huit ans plus que moi, et qui a été bien plus gourmand, je voudrais bien savoir s'il est fâché de son état [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 7 août 1769]
Je suis sensuel et non pas gourmand [J. J. ROUSS., Confess. I]
Substantivement. Un gourmand, une gourmande, celui, celle qui mange beaucoup.
Vous avez été gourmande ; et, quand les gourmands sont devenus sobres, ils vivent cent ans [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 17 sept. 1759]
Un amateur de bonne chère, un gastronome.
Les gourmands perdent la moitié de leur temps à être en peine de ce qu'ils mangeront ; ils ont là-dessus un souci machinal qui dissipe une grande partie de leur attention pour le reste [MARIVAUX, Pays. parv. 1re part.]
L'un [végétal, la truffe], caché dans la terre où son destin l'attache, Attend que d'un gourmand le luxe l'en arrache [DELILLE, Trois règnes, VI]
Gourmands, cessez de nous donner La carte de votre dîner ; Tant de gens qui sont au régime Ont droit de vous en faire un crime [BÉRANG., Gourmands.]
Par extension, qui aime un certain mets. Les connaisseurs sont gourmands de lièvres. Fig.
Vous connaissez comme je suis gourmand de vos ouvrages [VOLT., Lett. souverains, 8]
Terme d'agriculture. Qui occupe la terre aux dépens des plantes utiles.
L'autre errant dans les blés qui verdissent la terre Fait à l'herbe gourmande une implacable guerre [GILB., Mort d'Abel, VII]
Terme de jardinage. Branche gourmande, branche nouvelle détruisant par l'activité de sa végétation l'équilibre établi par la serpette dans les diverses parties d'un espalier, d'un arbre fruitier. Arbre gourmand, arbre qui pousse trop en branches.
Mettre à fruit des arbres gourmands et qui poussent trop vigoureusement en bois [BUFF., Expér. sur les végét. 2e mém.]
S. m. Un gourmand, rameau prenant un accroissement trop grand, en disproportion avec ceux qui l'avoisinent. On nomme aussi gourmands, dans les arbres fruitiers greffés, des rameaux qui poussent au-dessous de la greffe et qu'il faut supprimer.
Pois gourmands, ou pois goulus, pois dont la cosse est tendre et se mange.

SYNONYME

  • GOURMAND, GOINFRE, GOULU, GLOUTON. Le défaut commun exprimé par ces termes est celui de manger sans modération. Le gourmand est celui qui aime à manger. Le goinfre est un gourmand dont la gourmandise a quelque chose d'ignoble et de repoussant. Le goulu est celui qui jette dans sa goule ou bouche ce qu'il mange ; il n'y a pas dans ce mot l'idée de plaisir et de discernement en mangeant. Le glouton est celui qui engloutit, et est par conséquent très voisin du goulu.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et pevent estre diz en francois gloutons et gourmans [ORESME, Eth. 96]
  • XVe s.
    C'est la cause pourquoi j'evite D'estre sur le manger gourment [BASSELIN, III]
  • XVIe s.
    Les gourmands font leurs fosses avec leurs dents [H. EST., Précell. dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 199]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. gorman ; Berry, gormand. Origine incertaine. Diez le rattache à gourmet (voy. ce mot). Il faut aussi mentionner le celtique : irl. gioraman, glouton, de giorr, se gorger.