goût

(Mot repris de gout)

goût

n.m. [ lat. gustus ]
1. Celui des cinq sens par lequel on perçoit les saveurs : Quand on a perdu le goût, on est atteint d'agueusie.
2. Saveur d'un aliment : Le café a un goût amer. Cette sauce a un goût une saveur désagréable
3. Attirance pour un aliment : Il n'a aucun goût pour les abats appétence [sout.] ; dégoût, inappétence, répugnance
4. Discernement, sentiment de ce qui est bon, beau, etc. ; sens intuitif des valeurs esthétiques : Une femme de goût. Son salon est décoré avec goût, sans goût. Il a beaucoup de goût. Elle n'a aucun goût. Une plaisanterie de mauvais goût grossière ou vulgaire
5. Penchant particulier pour qqch ; préférence : Elle a du goût pour l'informatique attirance, attrait, inclination ; aversion, indifférence passion, prédilection ; obligation
Dans ce goût-là,
Fam. de cette sorte : Elle voudrait un manteau bleu marine ou noir, enfin quelque chose dans ce goût-là qui ressemble à ça
Dans le goût de,
dans le style de : Des films dans le goût de ceux de Buñuel genre
Des goûts et des couleurs, on ne discute pas,
proverbe signifiant que chacun est libre d'avoir ses préférences.
Faire passer le goût du pain à qqn,
Fam. le tuer.
Tous les goûts sont dans la nature,
proverbe signifiant que l'on ne doit reprocher à personne son goût (s'emploie parfois ironiquement).

GOÛT

(goû ; le t ne se lie pas dans le parler ordinaire ; au pluriel, l's se lie : des goû-z étranges) s. m.
Celui des cinq sens par lequel l'homme et les animaux perçoivent les saveurs et dont la langue est l'organe principal. Les épices réveillent le goût.
La chair [du rhinocéros] est excellente au goût des Indiens et des nègres ; Kolbe dit en avoir souvent mangé avec beaucoup de plaisir [BUFF., Quadrup. t. IV, p. 342]
Le goût paraît encore plus dégradé que l'odorat dans un grand nombre d'oiseaux, surtout chez les granivores ; leur langue, presque cartilagineuse, ne semble pas devoir être bien sensible [BONNET, Contempl. nat. III, 28]
L'organe du goût a tant de rapport avec celui du toucher, que décrire l'un c'est presque décrire l'autre [ID., Ess. psychol. ch. 23]
Populairement. Il a perdu le goût du pain, il est mort. On lui fera passer le goût du pain, on le fera mourir. Terme de fauconnerie. Oiseau de bon goût, oiseau qui sait veiller sa proie et prendre son temps à propos pour fondre dessus.
Par extension, saveur. Ce pâté est d'un goût exquis.
Notre hôte cependant, s'adressant à la troupe : Que vous semble, a-t-il dit, du goût de cette soupe ? [BOILEAU, Sat. III]
Haut goût, tout ce qui réveille l'appétit et se met dans les sauces, comme le poivre, le citron, la muscade, le verjus, etc. Aimer le haut goût. Cette sauce est de haut goût, elle est salée, épicée. Fig. Des plaisanteries de haut goût. Cette sauce n'a point de goût, elle ne sent rien, elle est fade. Goût de queue de renard, mauvais goût que contracte parfois le vin de Bourgogne par l'effet d'une maladie, à la troisième ou quatrième année. Alcool bon goût, se dit, dans les mercuriales, d'un alcool dont la saveur est bonne. Fig.
Et le gain a bon goût de quelque endroit qu'il vienne [RÉGNIER, Sat. XII]
Quand l'avenir n'a plus de charmes, Qui fassent désirer demain, Et que l'amertume des larmes Est le seul goût de notre pain [LAMART., Harm. I, 9]
Goût se prend quelquefois, par abus, pour odeur. On sent un goût de renfermé. Ce tabac a un goût de pourri.
Appétence des aliments, plaisir qu'on trouve à boire et à manger. Ce malade ne trouve, ne prend goût à rien. Le goût ne lui est pas encore revenu.
Préférence dans le choix des aliments. Dites votre goût.
Fig. Faculté toute spontanée, qui précède la réflexion, que tout le monde possède, mais qui est différente chez chacun, et qui fait apprécier les beautés et les défauts dans les ouvrages d'esprit et dans les productions des arts, comme le goût fait apprécier les saveurs bonnes et mauvaises. Le goût ne va pas sans dégoût.
Vous avez le goût bon [MOL., Préc. 10]
Il est vrai que le goût des gens est étrangement gâté [ID., Critique, sc. 7]
Je n'ai pas si méchant goût que vous avez pensé [ID., Am. magn. II, 1]
Il y a dans l'art un point de perfection comme de bonté et de perfection dans la nature ; celui qui le sent et qui l'aime a le goût parfait ; celui qui ne le sent pas et qui aime en deçà ou au delà a le goût défectueux ; il y a donc un bon et un mauvais goût, et l'on dispute des goûts avec fondement [LA BRUY., I]
Entre le bon sens et le bon goût, il y a la différence de la cause à son effet [ID., XII]
Il est bien plus difficile de donner du goût à ceux qui n'en ont pas, que de former le goût de ceux qui ne l'ont pas encore tel qu'il doit être [FÉN., Éduc. fill. v.]
Mais ce goût du beau, c'est peut-être Moins ce qui nous le fait connaître Que ce qui nous le fait sentir [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 251, dans POUGENS]
La société des femmes gâte les mœurs et forme le goût : l'envie de plaire plus que les autres établit les parures, et l'envie de plaire plus que soi-même établit les modes [MONTESQ., Esp. XIX, 8]
Le climat qui fait qu'une nation aime à se communiquer, fait aussi qu'elle aime à changer ; et ce qui fait qu'une nation aime à changer, fait aussi qu'elle se forme le goût [ID., ib.]
[Le dieu du goût parlant : ] Ne souffrez pas que dans Paris Mon rival usurpe ma place ; Je sais qu'à vos yeux éclairés Le faux goût tremble de paraître ; Si jamais vous le rencontrez, Il est aisé de le connaître : Toujours accablé d'ornements, Composant sa voix, son visage, Affecté dans ses agréments, Et précieux dans son langage ; Il prend mon nom, mon étendard, Mais on voit assez l'imposture ; Car il n'est que le fils de l'art ; Moi, je le suis de la nature [VOLT., Temple du goût.]
Le goût, ce sens, ce don de discerner nos aliments, a produit, dans toutes les langues connues, la métaphore qui exprime, par le mot goût, le sentiment des beautés et des défauts dans tous les arts ; c'est un discernement prompt, comme celui de la langue et du palais, et qui prévient comme lui la réflexion.... il est souvent, comme lui, incertain et égaré, ignorant même si ce qu'on lui présente doit lui plaire, et ayant quelquefois besoin, comme lui, d'habitude pour se former [ID., Dict. phil. Goût, § 1]
En général, le goût fin et sûr consiste dans le sentiment prompt d'une beauté parmi des défauts, et d'un défaut parmi des beautés [ID., ib. § 2]
Le goût peut se gâter chez une nation ; ce malheur arrive d'ordinaire après les siècles de perfection ; les artistes, craignant d'être imitateurs, cherchent des routes écartées, ils s'éloignent de la belle nature que leurs prédécesseurs ont saisie.... on est entouré de nouveautés qui sont rapidement effacées les unes par les autres ; le public ne sait plus où il en est, et il regrette en vain le siècle du bon goût qui ne peut plus revenir [ID., ib. § 1]
Le goût dépravé dans les aliments est de choisir ceux qui dégoûtent les autres hommes, c'est une espèce de maladie ; le goût dépravé dans les arts est de se plaire à des sujets qui révoltent les esprits bien faits, de préférer le burlesque au noble, le précieux et l'affecté au beau simple et naturel ; c'est une maladie de l'esprit [ID., ib.]
Comme le mauvais goût, au physique, consiste à n'être flatté que par des assaisonnements trop piquants et trop recherchés, ainsi le mauvais goût, dans les arts, est de ne se plaire qu'aux ornements étudiés et de ne pas sentir la belle nature [ID., ib.]
Le bon goût est pour nous en littérature ce qu'il est pour les femmes en ajustements [ID., Dict. phil. Esprit.]
Le mauvais goût a levé l'étendard dans Paris ; vous en avez encore pour quelques années ; c'est une maladie épidémique qui doit avoir son cours, et l'on ne reviendra au bon que quand vous serez fatigués du mauvais [ID., Lett. d'Argental, 7 août 1750]
Prenez toujours le parti du bon goût ; tout le monde à la fin y reviendra [ID., la Harpe, 25 oct. 1777]
Peut-on avoir le goût pur quand on a le cœur corrompu ? [DIDEROT, Pensées sur la peint. Œuvres, t. XV, p. 168, dans POUGENS.]
Absolument. Goût se dit souvent pour bon goût. Les lois, les règles du goût. Manquer de goût. La décadence du goût. La magnificence et le goût présidèrent à ces fêtes.
Il n'y a qu'à se représenter, d'un côté, les biens sans nombre qui résultent de la vanité ; de là le luxe, l'industrie, les arts, les modes, la politesse, le goût ; et, d'un autre côté, les maux infinis qui naissent de l'orgueil de certaines nations, la paresse, la pauvreté.... [MONTESQ., Esp. XIX, 9]
Il faut la capitale d'un grand royaume pour y établir la demeure du goût ; encore n'est-il le partage que du très petit nombre [VOLT., Dict. phil. Goût, § 2]
Le Temple du goût, titre d'un opuscule de VOLTAIRE.
Une méprise très commune, c'est de confondre le luxe avec le goût [DUCLOS, Consid. goût, Œuvres, t. X, p. 118]
Le goût est en quelque manière le microscope du jugement ; c'est lui qui met les petits objets à sa portée, et ses opérations commencent où s'arrêtent celles du dernier [J. J. ROUSS., Hél. I, 12]
Ouvrages de goût, ouvrages, objets qui ne sont faits que pour l'agrément, pour l'ornement. Notes de goût, voy. NOTE.
Particulièrement. Bon goût, se dit de la faculté acquise ou innée qui nous fait discerner l'à-propos, la convenance de telle ou telle chose, de tel ou tel genre, de telle ou telle manière.
Elle ne trouve pas ce procédé d'un trop bon goût [SÉV., 239]
Je vous trouvais de bon goût d'avoir fait si peu d'attention à de si petites choses [BOSSUET, Lett. quiét. 410]
Il se dit, dans le même sens, des choses. La retraite était de bon goût en cette circonstance. Mauvais goût s'emploie dans le sens opposé. Il eût été de mauvais goût d'insister.
Sentiment d'appréciation propre à chacun. Il ne faut point disputer sur les goûts. Les hommes ont des goûts différents.
Selon l'objet divers le goût est différent [CORN., Othon, IV, 4]
[Elle] .... Laisse au goût public régler tous ses projets [ID., Tite et Bérén. v, 1]
Si je suivais mon goût, je saurais où buter [LA FONT., Fabl. III, 1]
Il est plus pour cela selon mon goût que vous [MOL., Éc. des femmes, v, 4]
Ce qui le charme, c'est qu'il voit que vous m'aimez ; il a tant d'amitié pour moi, qu'il est ravi que l'on soit dans son goût [SÉV., 26]
Il suivit son goût sans réflexion [FÉN., Tél. XVI]
Une vertu du goût du monde me serait suspecte [MASS., Carême, Respect humain.]
Une âme sensée qui ne se conduit ni par goût, ni par sentiment, ni par caprice [ID., Carême, Sur la rechute.]
La vertu qui n'est que dans le goût ne saurait se soutenir [ID., Carême, Prière 1]
En vain vous les avertirez qu'une famille va tomber.... qu'une jeune personne est sur le bord du précipice.... qu'un établissement utile va manquer, ce ne sont pas des misères de leur goût [ID., Carême, Aumône.]
Inclination qu'on a pour certaines choses et plaisir qu'on y trouve.
Il n'est faiblesse égale à nos infirmités ; Nos plus sages discours ne sont que vanités, Et nos sens corrompus n'ont goût qu'à des ordures [MALH., I, 1]
Elle a lu tout ce qu'elle a pu attraper de romans avec tout le goût que donne la difficulté et le plaisir de tromper [SÉV., 25 mai 1680]
Servius Tullius, qui donna comme un premier goût de la liberté au peuple romain [BOSSUET, Hist. III, 7]
S'il avait plu à Dieu de lui conserver le goût sensible de la piété qu'il avait renouvelé dans son cœur [ID., Anne de Gonz.]
Elle perdait le goût des romans et de leurs fades héros [ID., Duch. d'Orl.]
Il a du goût à se faire voir [LA BRUY., II]
Je n'ai de goût qu'aux pleurs que tu me vois répandre [RAC., Esth. I, 4]
Ils s'aiment, ils sont dans le goût de s'épouser ; y a-t-il rien là que de fort naturel ? [REGNARD, la Sérénade, sc. 7]
Alexandre, au milieu du tumulte des guerres, conservait toujours du goût et de la curiosité pour les sciences [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 366]
Vous qui passez sans cesse du goût de la vertu au goût du monde et des plaisirs [MASS., Car. Inconstance.]
On a laissé à certaines âmes d'un goût de vertu plus relevé ou plus farouche toutes ces pieuses délicatesses [ID., Conf. Amb. des clercs.]
À mesure que le monde s'enfuit et nous échappe, on court après lui avec plus de goût que jamais ; le long usage qu'on en a fait n'a servi qu'à nous le rendre plus nécessaire [ID., Avent, Délai.]
Vers enchanteurs, exacte prose, Je ne me borne point à vous ; N'avoir qu'un goût est peu de chose ; Beaux-arts, je vous invoque tous [VOLT., Temple du goût.]
Le goût de la chasse, de la pêche, des jardins, de l'agriculture, est un goût naturel à tous les hommes [BUFF., Quadrup. t. II, p. 16]
Virgile offrait dans ses vers deux caractères originaux : le goût des champs qui appartenait à la vie romaine, et un sentiment de tristesse qui a quelque chose de nouveau dans les mœurs brillantes du polythéisme méridional [VILLEM., Littér. fr. 18e siècle, 2e part. 2e leçon.]
Mettre en goût, donner envie, désir.
Or m'ayant mis en goût des hommes et du monde [RÉGNIER, Sat. XI]
Ce grand succès [d'Esther] mit Racine en goût, il voulut composer une autre pièce [Mme DE CAYLUS, Souven. p. 210, dans POUGENS]
Entrer en goût, commencer à se plaire à.
Fais tomber de la pluie [d'argent] et laisse faire à moi. - Tu viens d'entrer en goût [CORN., Menteur, IV, 7]
Être en goût, avoir envie, désir. Faire une chose par goût, la faire pour son plaisir. Être au goût, être de goût, être conforme à l'envie, au désir.
Les plus excellents ouvrages de peinture, de sculpture ne sont point à mon goût [VOIT., Lett. 97]
Les femmes docteurs ne sont pas de mon goût [MOL., Fem. sav. II, 3]
La vie retirée n'est pas de son goût [SÉV., 437]
Les fruits d'une salutaire pénitence.... ces fruits ne seront pas au goût de la nature [BOURD., Car. III, Comm. pascale, 213]
Prendre goût à, se plaire à.
Ils ne prenaient aucun goût à la chose [LA FONT., Rem.]
Ah ! tu prends donc, pendard, goût à la bastonnade [MOL., Amphit. I, 2]
Le goût que Sa Majesté prend au métier de la guerre [SÉV., 289]
10° Inclination pour les personnes et empressement à les rechercher.
Le goût qu'elle a pour vous n'est point d'une Allemande [SÉV., 222]
Il est marié à une personne toute à son goût [ID., 582]
Jamais rien ne m'a plus flattée que le goût que je vous ai toujours vu pour moi [MAINTENON, Lett. à Mme de Dangeau, t. VII, p. 115, dans POUGENS.]
Le chevalier fut bientôt de son goût et de son jeu [HAMILTON, Gramm. 5]
Il fut bientôt du goût de tout le monde [ID., ib. 6]
Nous avons perdu le chevalier du Druy, major fort en goût du roi [SAINT-SIMON, 13, 151]
Adaté a répondu avec esprit, et la princesse s'est prise d'un grand goût pour elle [VOLT., Amabed, Lett. 12]
Particulièrement, il se dit d'une inclination à laquelle on ne veut pas ou ne doit pas donner le nom d'amour. Ce n'est point de l'amour, c'est un goût passager.
Goût, en galanterie, simple inclination, amusement passager, mot des gens de cour [DE CAILLIÈRES, 1690]
C'est une petite bagatelle qui ne mérite pas de vous être dite ; c'est que j'ai pris du goût pour Arlequin [MARIVAUX, Double inconst. III, 1]
11° Manière dont une chose est faite, caractère particulier de quelque ouvrage. Des ornements d'un goût recherché, d'un goût mesquin. Le goût du jour.
L'architecture était du meilleur goût [FÉN., Tél. XI]
Le bon goût de la littérature se communique même aux mœurs publiques et à la manière de vivre [ROLLIN, Traité des Ét. Disc. prél. LXXXIX.]
L'excellent goût de leur littérature [des Français] leur soumet tous les esprits qui en ont ; et, dans la guerre si malheureuse dont ils sortent, j'ai vu leurs auteurs et leurs philosophes soutenir la gloire du nom français ternie par leurs guerriers [J. J. ROUSS., Conf. v.]
Absolument. Élégance, grâce, agrément. Un ouvrage fait avec goût. La magnificence et le goût présidèrent à ces fêtes. Le grand goût, manière grande et élevée dans la littérature et les beaux-arts.
Elle est dessinée de grand goût [DIDEROT, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 20]
Moi qui vois tous les jours nos maîtres et nos élèves perdre ici, dans la capitale, le grand goût qu'ils ont apporté de l'école romaine [ID., ib. p. 153]
Les acteurs mêmes de l'Opéra venaient se former au grand goût du chant sur ces excellents modèles [J. J. ROUSS., Confess. VII]
12° La manière propre à un artiste, le caractère d'un siècle, etc. Des vers dans le goût de Corneille.
Leurs ouvrages sont faits sur le goût de l'antiquité [LA BRUYÈRE, I]
Le goût national, goût particulier, propre à chaque nation. Terme de beaux-arts. Manière générale d'une école. Le goût flamand, la manière des peintres flamands. Familièrement, dans le goût de, semblable à.
C'était un caractère à peu près dans le goût du feu comte de Rochester [VOLT., Jenni, 7]
J'entreprends un nouveau procès dans le goût de celui des Calas, et je n'ai pas pu m'en dispenser [ID., Lett. Mme du Deffant, 24 sept. 1766]

PROVERBE

  • Le coût en fait perdre le goût, se dit d'une chose trop chère.
  • Le morceau avalé n'a plus de goût, une affaire fâcheuse terminée doit être oubliée.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme celui qui est sain du corps et a bien disposé le goust juge bien des saveurs [ORESME, Eth. XIX.]
  • XVIe s.
    Le premier goust que j'eus aux livres [MONT., I, 196]
    Ce bruvage a le goust un peu piquant [ID., I, 237]
    Ces fruits sont, nostre goust mesme, excellents [ID., I, 234]
    Tu as esprouvé la faveur du roy ; mais la liberté, quel goust elle a, combien elle est doulce, tu n'en sçais rien [LA BOËTIE, Servitude volont.]
    Il faut qu'ils se plaisent de son plaisir, qu'ils laissent leur goust pour le sien [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. gost ; catal. gust ; espagn. gusto ; portug. gosto ; ital. gusto ; du latin gustus. Comparez le grec traduit par, goûter. D'après Eug. Burnouf, Yaçna, p. 221, gustus représente le zend qaçtra ( le 1er a avec un accent long), goût, du verbe qâç, en sanscrit svad ( a avec un accent long), goûter. Bopp et Curtius rattachent le grec au sanscrit gush, aimer, trouver bon.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GOÛT. Ajoutez :
    13° Le goût de la mort, la sensation qu'on a qu'on va mourir.
    Et comme la pauvre fille voulait protester contre d'aussi tristes paroles : Faites cela, je vous prie, dit Mozart, j'ai le goût de la mort sur les lèvres [E. GAUTIER, d'après une lettre de Sophie Weber, dans Journ. offic. 9 juin 1874, p. 3864, 3e col.]

goût

GOÛT. n. m. Celui des cinq sens par lequel on discerne les saveurs. Le sens du goût. Avoir le goût bon, le goût fin, le goût sûr, le goût mauvais, le goût dépravé, le goût usé. Cela plaît au goût, chatouille le goût, flatte le goût.

Il signifie aussi Saveur. Viande de bon goût, de mauvais goût. Cela est d'un goût excellent, d'un goût fin, d'un goût délicat, d'un goût exquis, d'un goût relevé. Goût amer, aigre, plat fade, sucré, etc. Ce vin a un goût de terroir.

Cette sauce est de haut goût, Elle est très épicée. Cette sauce n'a point de goût, Elle est fade.

Pop., Faire passer le goût du pain à quelqu'un, Le faire mourir.

Il se prend quelquefois pour Odeur. On sent ici un goût de renfermé. Ce tabac a un goût de pourri.

Il se dit encore de l'Appétence des aliments, du plaisir qu'on trouve à boire et à manger. Ce malade ne trouve goût à rien, ne prend goût à rien. Il a entièrement perdu le goût. Le goût commence à lui revenir.

Il désigne au figuré la Faculté de sentir, de discerner les beautés et les défauts qui se trouvent dans les ouvrages d'esprit, dans les productions des arts. Il a le goût sûr, fin, délicat. Il a bon goût. Il y a en littérature un bon goût et un mauvais goût. C'est avoir le goût fort mauvais que de trouver de l'esprit à cela. Le faux goût. Le goût des pointes. Finesse de goût. Délicatesse de goût. Le goût particulier d'une nation. Le goût français. Absolument, il signifie Bon goût. Avoir du goût. Un homme de goût, plein de goût. Les lois, les règles du goût. C'est un critique du goût le plus sûr. Manquer de goût. Le goût s'épure. Le goût se perd. L'étude, la lecture forment le goût. La perversion du goût.

Il se dit, en général, pour le Sentiment agréable ou avantageux qu'on a de quelque chose. Satisfaire tous les goûts. Cet ouvrage est au goût de tout le monde. Cela n'est pas de mon goût. C'est une affaire ou C'est affaire de goût. Avoir le goût difficile. Prov., Des goûts et des couleurs il ne faut pas discuter.

Il se dit aussi de l'Attrait qui vous porte vers certaines choses et du plaisir qu'on y trouve. Il n'a aucun goût pour la musique. Le goût de la solitude. Inspirer à quelqu'un le goût d'une chose. Prendre goût à une chose. Il n'a point goût au travail qu'on lui impose. Son goût le porte à ce genre d'études, vers ce genre d'études. Avoir des goûts élevés, des goûts vulgaires. Satisfaire ses goûts.

Il se dit encore de l'Inclination qu'on a pour certaines personnes. On a remarqué qu'il avait du goût pour cette jeune fille et on pense qu'il l'épousera. Ce n'est point de l'amour, c'est un goût passager.

Mettre en goût d'une chose, En donner envie, désir et aussi Exciter à la faire. Ce qu'on lui dit de ce livre le mit en goût, et il voulut le lire. Ses premiers gains le mirent en goût. Ce facile succès le mit en goût de continuer.

Faire une chose par goût, La faire pour son plaisir.

Ouvrages de goût, Ouvrages, objets qui ne sont faits que pour l'agrément, pour l'ornement.

En termes de Musique, Notes de goût. Voyez NOTE.

Il se dit encore de la Manière dont une chose est faite, du caractère particulier de quelque ouvrage. Des ornements d'un goût recherché, d'un goût mesquin. Ce meuble est de bon goût, de mauvais goût, d'un goût nouveau. Le goût du jour. Voilà une plaisanterie d'assez mauvais goût. Des façons de bon goût. Une galanterie de bon goût. Une toilette de bon goût. Cet artiste travaille dans un fort mauvais goût. Un mobilier d'un goût sévère.

Il se dit quelquefois absolument pour Bon goût, agrément, grâce, élégance. Un ouvrage fait avec goût. Il y avait dans cette parure plus de richesse que de goût. La magnificence et le goût de ces fêtes. Le goût brille dans ses moindres ouvrages.

Il se dit particulièrement de la Manière propre à un auteur, à un Peintre, à un sculpteur; de la Manière d'une école; et même du Caractère général d'un siècle. Ces vers sont dans le goût de Racine. Ce tableau est dans le goût de Michel-Ange, de Raphaël. Le goût de la Renaissance. Ce tableau est dans le goût flamand vénitien. Cette pièce est bien du goût du XVe siècle. Il a écrit dans le goût de son siècle. Le goût du jour.

goût


GOûT, s. m. [Goû, monos. long.] 1°. Celui des cinq sens, par lequel on discerne les saveurs. "Avoir le goût bon ou mauvais. 2°. Saveur. "Viande de bon goût, de mauvais goût. = 2°. Odeur. "Ce tabac a un goût de pourri. = 4°. Apétence des alimens. "Il a entiérement perdu le goût. "Il entre en goût. "Le goût comence à lui revenir. = 5°. Fig. Discernement, finesse de jugement. "Avoir le goût, fin, délicat; ou avoir le goût fort mauvais. "Ce sont des chôses de goût. = 6°. Inclination, plaisir. "Il n'a pas de goût pour les vers, la musique, etc. = 7°. Opinion, aprobation. "Cela n'est pas de mon goût. "Cela est du goût de tout le monde. "Il ne faut pas disputer des goûts. = 8°. Manière, dont une chôse est faite. "Cela est de bon ou de mauvais goût. = 9°. Caractère d'un Auteur, d'un Artiste. "Ces vers sont dans le goût de Voltaire. "Ce tableau est dans le goût de Rubens, etc. = 10°. En goût de avec l'infinitif. "Il vit ce Prince assez en goût de l'entendre. = 11°. On dit, avoir ou prendre du goût pour.... Gresset dit, dans le même sens, se prendre de goût. C'est peut-être une expression du jargon à la mode qu'il emploie pour s'en moquer.
   Ce petit étourdi s'est pris de goût pour moi,
   Et me croit son ami, je ne sais pas pourquoi.
       Le Méchant.
On dit avoir du goût pour, et avoir le goût de: il a du goût pour la musique: il a le goût de la peintûre. Mais quand le goût est afecté d'une épithète, je pense qu'il régit pour et non pas de. "Il a le goût le plus vif de la Philosophie. L'Ab. Gauchat. Je voudrais dire, pour la Philosophie. Si l'épithète était après le régime, de pourrait être employé. "Il a le goût de la Philosophie le plus vif et le plus décidé. On dit d'une chôse trop chère, que le coût en fait perdre le goût, et qu'on n'a pas d'envie de l'acheter, dès qu'on en sait le prix.
   Bon sens, bon goût. (synon.) On borne la sphère du bon sens, aux chôses plus sensibles, et le bon goût à des objets plus fins et plus relevés. Encycl. Entre le bon sens et le bon goût, dit La Bruyère, il y a la diférence de la caûse à l'éfet. — La distinction de l'Encyclopédiste est plus juste.

Synonymes et Contraires

goût

nom masculin goût
1.  Saveur de quelque chose.
sapidité, saveur, senteur.
2.  Attirance pour.
antipathie, aversion, dégoût, désaffection, haine, horreur, répugnance, répulsion -littéraire: animadversion, incuriosité.
Traductions

goût

Geschmacktaste, liking, tastefulnesssmaak, lust, stijl, trant, voorliefdeטעם (ז), טַעַםgusto, saporeذَوْقchuťsmagγεύσηgustomakuokussmaksmakgostoвкусsmakรสชาติtatvị味道вкус (gu)
nom masculin
1. sens qui permet de déterminer une saveur un aliment agréable au goût
2. saveur Cette pomme a bon goût. Le gâteau a un goût de brûlé.
3. figuré fait d'apprécier ce qui est beau une personne qui a beaucoup de goût
4. fait d'aimer qqch avoir le goût du risque

goût

[gu] nm
[aliment] → taste
avoir bon/mauvais goût [aliment] → to taste nice/nasty
Ça n'a pas de goût → It's got no taste.
[personne] → taste
les goûts et les couleurs ne se discutent pas → there's no accounting for taste
avoir du goût → to have taste
manquer de goût → to lack taste
avoir bon goût → to have good taste
Elle a très bon goût → She's got very good taste.
le bon goût → good taste
de bon goût → in good taste, tasteful
de mauvais goût → in bad taste, tasteless
avoir du goût pour → to have a liking for
avoir le goût du risque → to be a risk-taker
prendre goût à → to develop a taste for, to develop a liking for