goutté


Recherches associées à goutté: acide urique, arthrite, goutte d'eau, goutter

goutte

GOUTTE. n. f. Petite partie d'une chose liquide. Goutte d'eau de vin, de bouillon, d'huile, d'encre, de suif, de plomb fondu, etc. Ce vin se conservera bon jusqu'à la dernière goutte. Il n'en reste pas une goutte. Des gouttes de pluie commençaient à tomber. Il pleut à grosses gouttes. Des gouttes de rosée. Suer à grosses gouttes.

goutte

GOUTTE. n. f. T. de Médecine. Maladie constitutionnelle et souvent héréditaire qu'on attribuait autrefois à l'action sur l'organisme de gouttes d'humeur, caractérisée par des troubles viscéraux et des gonflements articulaires avec dépôts d'urates et qui s'accompagne de douleurs aiguës. Attaque, accès de goutte, Avoir la goutte aux pieds, aux mains. Souffrir de la goutte.

goutte

une Goutte, Gutta.

Une goutte d'eauë, ou d'autre liqueur qui chet, Stilla.

Goutte d'eauë qui est gelée és bords, Stiria stiriae.

Une goutte d'ambre, Gutta succina.

Goutte à goutte, Guttatim.

L'eauë chet goutte à goutte sur les pierres, Instillant guttae saxa.

¶ Mere goutte, Potropum vinum.

¶ Goutte, Quia res est minuta, sermoni vernaculo additur ad maiorem negationem, Je n'en ay grain ne goutte, id est huius nihil habeo, Je ne voy grain ne goutte, id est, non video voyez en Grain, Mie, Pas, Point.

Je ne voy goutte, Parum oculi prospiciunt.

Je n'y voy goutte, Mihi tenebrae sunt.

¶ Gouttes nouées ou crampes, Morbus articularis.

La goutte és pieds, Podagra.

Avoir les gouttes, Habere dolores articulorum.

Avoir la goutte aux pieds, Laborare ex pedibus.

Qui a la goutte és pieds, Podagricus, vel Podagrosus.

Estre grandement vexé ou travaillé des gouttes, Ardere podagrae doloribus.

Goutte crampe, Spasmus spasmi, Spasma spasmatis.

Qui a la goutte crampe, Spasticus.

Une goutte sciatique, Ischias, siue Ischiachus, siue Ischiadicus dolor.

goutte

Goutte de lin, Cassutha, herbariis vulgo Cuscuta, et Podagra lini, C'est une petite herbe qui croist parmi le lin, et le suffoque.

goutte


GOUTTE, s. f. GOUTTELETTE, s. f. GOUTTEUX, EûSE, adj. et subst. [Gou-te, telè-te, teû, teû-ze: 2e e muet aux deux premiers, lon. aux 2 dern. 3eè moy. au 2d.] Goutte, est 1°. petite partie d'une chôse liquide. "Petite ou grosse goutte. "Une goutte d'eau, de vin, d'huile, etc. Verser goutte à goutte. = 2°. Fluxion âcre et douloureûse, qui s'atache aux jointûres des piés, des mains, des genoux. "Avoir la goute aux piés, à un pié, aux mains, etc. = Goutte-sereine, maladie qui cause subitement la perte de la vûe.
   GOUTTELETTE, petite goutte, a raport au 1er sens, et goutteux, qui est sujet à la goutte, se prend dans le second. "Une gouttelette d'eau. "Il est goutteux; c'est un goutteux. = gouttelette, est peu usité.
   Rem. On dit figurément, goutte à goutte, lentement et avec persévérance. "Ils sont réservés à la vengeance, qui distille sur eux goutte à goutte, et qui ne tarira jamais. Télém.
   Dans le style proverb. on dit, de ce qui achève de ruiner, ou de faire perdre patience; c'est la dernière goutte d'eau, qui fait verser le verre. — Et quand on ne done que de petits secours pour de grands besoins, c'est, dit-on, une goutte d' eau dans la mer. — On dit aussi, de deux persones, qu'elles se ressemblent comme deux gouttes d'eau. — "Je regarde la fin de cette automne avec une horreur, qui me fait suer les grosses gouttes. Voy. SUER.
   2°. Goutte, maladie, se dit toujours au singulier. Anciènement on disait assez indiféremment, la goutte ou les gouttes, et on le dit encore dans certaines Provinces. L' Acad. dit mangé de gouttes; expression unique où le pluriel soit employé.
   3°. Goutte, adv. n'a, dans sa signification, aucun rapport avec les deux sens du subst. Il signifie proprement, pas ou point. "Ne voir goutte, n'entendre goutte. "Il ne voit goutte, il n'y voit goutte: il n'entend goutte. "On ne voit, on n'entend goutte dans cette afaire. "Ces phrâses ne sont que du style familier, sur-tout, n'entendre goutte.