gouvernail

gouvernail

n.m. [ lat. gubernaculum ]
Appareil constitué d'une surface plane orientable solidaire d'un axe vertical, et servant à diriger un navire, un sous-marin : Des gouvernails très lourds.
Être au gouvernail ou tenir le gouvernail de,
diriger un processus, une entreprise être à la barre

GOUVERNAIL

(gou-vèr-nall, ll mouillées, et non gou-vèr-naye) s. m.
Nom d'une pièce de bois longue, plate et large, qui est placée à l'arrière des vaisseaux ou bateaux, plonge dans l'eau, divise les vagues par le mouvement qu'elle reçoit du timonier, et sert à la conduite du bâtiment, en faisant tourner l'avant du côté opposé à celui où l'on tourne le gouvernail. La barre du gouvernail.
Je pris le gouvernail en main [FÉN., Tél. IV]
Gouvernail de drisse, barre de fer nommée aussi guide de drisse. Gouvernail-fougue, sorte de gouvernail supplémentaire.
Fig. Il se dit en parlant du gouvernement d'un État. Abandonner le gouvernail.
Durant cette tempête, n'a-t-il pas [le cardinal de Richelieu] tenu le gouvernail d'une main et la boussole de l'autre ? [VOIT., Lett. 74]
Queue d'un moulin à vent servant à le faire tourner, de manière à présenter les ailes au vent.
Dans un paquet de barres à forger, celle du milieu, dont la longueur excède celle des autres.
Fil de fer qui sert à accorder des tuyaux d'anche.

REMARQUE

  • Autrefois le pluriel de ce mot était en aux, les gouvernaux, qui est dans Richelet. Aujourd'hui on dit les gouvernails.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    La neif veiz [tu vois] tutes parz en tempestes gesir ; J'en tieng le guvernail, tu me roves [demandes de] dormir [, Th. le mart. 87]
  • XIIIe s.
    Car à mervelle est bons li vens ; Li governaus siet bien et droit ; La nes [nef] s'en va à grant esploit [, Partonop. v. 736]
    En ces nefz de Marseille a deux gouvernaus qui sont attachez à deux tisons [poutres] si merveilleusement, que, si tost comme l'en auroit tourné un roncin, l'en peut tourner la nef à destre et à senestre [JOINV., 237]
  • XVIe s.
    Dieu tient le clou du gouvernail, pour tourner leurs effors à executer ses jugemens [CALV., Instit. 160]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. gubernaculum, de gubernare, gouverner.

gouvernail

GOUVERNAIL. n. m. Dispositif de bois ou de métal, mobile, attaché à l'arrière d'un navire, d'un bateau, d'un avion et qui sert à lui faire prendre telle ou telle direction, le faire aller du côté qu'on veut. Tenir le gouvernail d'un vaisseau. Être au gouvernail. Un coup de mer rompit le gouvernail. Le gouvernail d'une chaloupe. Le gouvernail d'avant. La barre du gouvernail. Ce navire est sensible au gouvernail, obéit au gouvernail. Des gouvernails.

Il s'emploie figurément en parlant du Gouvernement d'un l'État ou d'une grande entreprise. Les affaires allaient bien tandis que ce ministre tenait le gouvernail. Saisir le gouvernail. Être au gouvernail. Abandonner le gouvernail.

gouvernail


GOUVERNAIL, s. m. [Gou-vêr-nail, 2e ê ouv. mouillez l'l finale: ai n'a pas le son d'e; mais l'a et l'i y conservent leur propre son.] Pièce de bois atachée au derrière d'un vaisseau, d'un bateau, etc. qui sert à le gouverner. On dit aussi timon. = Au fig. Tenir le gouvernail ou le timon, gouverner, conduire les afaires. "Tout alla bien, tant que ce Ministre tint le gouvernail.
   Jules, qui de l'Etat tenoit le gouvernail.      Marigni.

Traductions

gouvernail

Steuer, Lenkrad, Ruder, Steuerradrudder, helm, handlebars, joystick, steering‐wheel, steering, tillerroer, stuur, stuurtoestelהגה (ז), הֶגֶהtimónrorπηδάλιοкормилоtimonekormidloror (guvɛʀnaj)
nom masculin
ce qui sert à diriger un bateau

gouvernail

[guvɛʀnaj] nm
(partie immergée)rudder
(= barre) → helm, tiller