grènetier, ière

GRÈNETIER, IÈRE

(grè-ne-tié, tiè-r') s. m. et f.
Celui, celle qui vend des graines. Marchand grènetier.
Anciennement, officier au grenier à sel, qui jugeait, en première instance, des différends relatifs aux gabelles.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Si nos grenetiers [officiers des greniers à sel] ont besoing de bois pour les reparations de nos chastiaux, il ne le pourront prenre en nos forez, fors que par la main des dits mestres [, Ordonn. des rois de Fr. t. II, p. 249]
  • XVe s.
    Et voit on communement que, quand un jeune homme vient au service d'un general recepveur ou grenetier [officier de greniers à sel], jasoit ce qu'il fut de petit estat et de peu de science, en peu de temps il est fait riche, et maine grand et excessif estat, et achete grans offices et heritages à vos despens [du roi] [MONSTREL., ch. 99, p. 159, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    La grenetiere et soigneuse fourmy [, Nuits de Straparole, t. I, p. 335, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Grenette, dimin. de graine ou de grain