grau


Recherches associées à grau: gray

grau

n.m. [ mot languedocien, du lat. gradus, degré ] [graus].
Chenal faisant communiquer un étang côtier avec la mer, sur la côte du Languedoc.

GRAU

(grô) s. m.
On appelle graux, dans le Midi, les passes établies de la mer aux étangs salés du littoral, [E. GRANGEZ, Voies navigables de France, p. 502]
Nom donné, dans les Bouches-du-Rhône, aux canaux qui portent les eaux de la Camargue à la mer [, les Primes d'honneur, Paris, 1872, p. 493]
De Maguelone à l'embouchure du petit Rhône, la plage est coupée par une innombrable série de petits graus (on nomme ainsi, du mot latin gradus, les passages par lesquels les étangs du littoral communiquent avec la mer) qui changent trop fréquemment pour qu'il y ait utilité à les énumérer [ED. DE BARTHÉLEMY, Journ. offic. 25 fév. 1876, p. 1390, 1re col.]

REMARQUE

  • On trouve le pluriel écrit graux et graus. Il vaut mieux prendre l'x, à cause de l'uniformité avec les autres mots en au.

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. gra (gra de Magalona, dans Du Cange, gradus, 8), et grau (grau de Narbona, ib.) ; bas-lat. gradus, du lat. gradus, degré.
    Faut-il rapporter au même le grau de l'exemple suivant ? Ce bâtiment, chargé de 116 tonneaux d'orge, allait à Dunkerque ; il a fait côte sous le grau Blanc-Nez, à 200 mètres du pied de la falaise [, Journ. offic. 14 avril 1872, p. 2545, 1re col.]
    Le grau Blanc-Nez est en Normandie ; c'est un tout autre pays ; et je ne sache pas qu'en langue d'oïl gradus ait donné grau.