gravé


Recherches associées à gravé: graver

grave

GRAVE. adj. des deux genres. Qui agit, qui parle avec un air sage, avec circonspection et dignité. Un homme grave. Un grave magistrat. Il est grave dans ses discours. Il ne se hâte point, il ne s'échauffe point, il est toujours grave.

Il se dit, dans une acception analogue, du Maintien, de l'air, du ton, etc. Contenance grave. Maintien grave. Mine grave.

Il se dit, par extension, des Choses qui excluent toute idée d'enjouement, de plaisanterie, de gaieté. Il essaya de donner un tour moins grave à la conversation. Des pensées graves. Un style grave. Une harmonie grave et solennelle. Substantivement, Passer du grave au doux.

Autorité grave, Autorité qui est d'un grand poids, d'une grande considération dans la matière dont il s'agit, notamment dans les matières de morale, de jurisprudence, de théologie, d'histoire.

Il signifie aussi Qui est important, qui est de conséquence. Matière grave. Il ne faut point badiner sur un sujet si grave. Faute grave. Injure grave. Motif grave. Circonstances graves. Le cas est grave.

Il se dit, particulièrement, de Ce qui peut avoir des conséquences fâcheuses. Maladie grave. Blessure grave. L'affaire devint très grave.

Il se dit encore des Sons, des notes basses, par opposition aux Sons, aux notes aiguës. On ne l'emploie guère qu'en termes de Musique, ou en parlant de la déclamation théâtrale. Note grave. Voix grave. La voix de ce chanteur est assez belle dans les cordes graves. On dit comme nom Passer de l'aigu au grave, du grave à l'aigu, etc.

En termes de Grammaire, Accent grave, Accent qui va en descendant de gauche à droite ( ` ), et qui se place sur e dans certains mots pour marquer que le son en est ouvert : Procès, succès; sur a dans déjà; sur a, e et u pour distinguer par l'orthographe certains homonymes : à, a; là, la; dès, des; où, ou.

Il signifiait autrefois, et signifie quelquefois encore, Qui, en vertu de sa pesanteur, tend vers le centre de la terre. Les corps graves.

grave

Grave et severe, Grauis, Tristis, Seuerus.

Se monstrer fort grave, Magnam prae se ferre grauitatem.

grâve


GRâVE, adj. GRâVEMENT, adv. [1re lon. 2e e muet: en a le son d'an: grâveman.] Grâve, 1°. En Physique, pesant. "La chûte des corps grâves. = 2°. En parlant des persones, sérieux, qui parle, qui agit avec retenue et circonspection. "Un grâve Magistrat. "Un homme grâve: "Air grâve; démarche, contenance grâve et décente. = Dans le moral, il est comme synonyme de sérieux et de prude: mais la diférence de ces trois mots, dit l' Ab. Girard, c'est que: "On est grâve par sagesse et par maturité d'esprit: on est sérieux par humeur et par tempérament: on est prude par goût et par afectation. — La légèreté est l'oposé de la gravité; l'enjouement l'est du sérieux; le badinage l'est de la pruderie. = Suivant un Encyclopédiste, le grâve est au sérieux, ce que le plaisant est à l'enjoué: il a un degré de plus, et ce degré est considérable. On peut être sérieux par humeur, et même faute d'idées. On est grâve par bienséance, ou par l'importance des idées. = On dit ordinairement, prendre une chôse au sérieux, au tragique, s'en montrer vivement afecté, et plus que la chôse ne le mérite. M. Geofroi dit, dans le même sens, prendre au grâve. "On est étoné qu'il (Emile) prenne au grâve un accident si comun, etc. Cette expression me parait un néologisme. = 3°. En parlant des chôses; important, qui est de conséquence. "Le badinage ne sied pas dans un sujet si grâve. = On le dit des Auteurs, dans un sens aprochant. "Des Auteurs grâves, qui sont de poids, de considération dans les matières dont il s'agit. On ne le dit guère que dans les matières de morale et de Théologie. = 4°. En Gramaire, accent grâve, qui va de gauche à droite, comme celui de la dern. syll. de procès, succès, etc. et de la pénult. de nièce, remède, collège, etc. Voy. ACCENT.
   GRâVEMENT, d'une manière grâve. (n°. 2°.) Afecter de parler grâvement.

Traductions

gravé

חקוק (ת), חרות (ת), מגולף (ת), מוטבע (ת), מחוטב (ת), מטובע (ת), חָקוּק, חָרוּת, מְגֻלָּף, מְחֻטָּב, מֻטְבָּע