gravure

gravure

n.f.
1. Manière, art ou action de graver ; son résultat : La gravure sur verre. La gravure d'un motif floral.
2. Image obtenue à l'aide d'une planche gravée : Des gravures de Dürer
3. Toute reproduction d'un dessin, d'un tableau ; illustration de livre : Toutes les gravures de cet ouvrage ont une légende.
4. Action de graver un CD, un cédérom, un DVD ; l'enregistrement lui-même.
Gravure de mode,
personne habillée avec une élégance recherchée.

GRAVURE

(gra-vu-r') s. f.
L'art de graver. Gravure sur acier, sur bois.
La gravure en estampes, inventée à Florence au milieu du XVe siècle, était un art nouveau qui était alors dans sa perfection [VOLT., Mœurs, 121]
Il est bien singulier et bien fâcheux que les Grecs, qui avaient la gravure en pierre fine, n'aient pas songé à la gravure en cuivre [DIDER., Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 354, dans POUGENS]
La gravure tue le peintre qui n'est que coloriste ; la traduction tue l'auteur qui n'a que du style [ID., ib. p. 356]
La gravure serrée peint mieux, donne de la douceur, la gravure lâche alourdit, ôte la souplesse et fatigue l'œil [ID., ib. p. 358]
La gravure noire consiste à couvrir toute une surface de petit points noirs qu'on adoucit, affaiblit, amatit, efface [ID., ib. p. 361]
La gravure au crayon est l'art d'imiter les dessins au crayon ; belle invention qui a sur tous les genres de gravure l'avantage de fournir des exemples à copier aux élèves [ID., ib. p. 361]
Je ne dirai de la gravure en médaille qu'une chose, c'est que la gloire des souverains est intéressée à l'encourager [ID., ib. p. 362]
Les graveurs se muitiplient à l'infini, et la gravure s'en va [ID., Salon de 1767, Œuv. t. XV, p. 135]
Gravure numismatique, gravure en taille douce d'après le relief. Gravure mate, gravure qui est produite sur verre et sur cristal et qui est un dépoli.
L'ouvrage du graveur. La gravure de ces planches est fort soignée.
Estampe. Une gravure avant la lettre. Un marchand de gravures.
Terme d'architecture. Nom donné à tout ouvrage de sculpture de peu de profondeur.
Terme de cordonnier. Rainure faite autour de la semelle, et dans laquelle on couche des points.
Terme de boucherie. Gravure ou écusson chez la vache, voy. ÉCUSSON.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Comme, après avoir avalé le bon vin d'une belle coupe, nous en considerons les graveures et l'ouvrage [MONT., IV, 129]

ÉTYMOLOGIE

  • Graver.
    Au XIVe siècle on trouve graveure avec le sens de crevasse [DU CANGE, crebadura.]

gravure

GRAVURE. n. f. L'art ou la manière de graver. S'adonner à la gravure. Gravure sur cuivre, sur acier, sur bois. Gravure en pierres fines. Gravure en taille-douce à la manière noire, etc.

Il se dit aussi de l'Ouvrage du graveur. La gravure de ces planches est fort soignée.

Il se dit encore pour désigner les Reproductions par l'imprimerie, la photographie, la photogravure, de l'ouvrage du graveur. Quand la reproduction se fait par l'impression, la gravure s'appelle ESTAMPE. Voyez ce mot. Marchande de gravures. Belle gravure. Gravure avant la lettre. Un livre orné de gravures.

gravûre


GRAVûRE, Voy. GRAVER.

Traductions

gravure

print, engraving, burning, etching, carving, lettering, pictureגילוף (ז), גלופה (נ), חקיקה (נ), חריטה (נ), חריתה (נ), כיור (ז), פיתוח (ז), תחריט (ז), חֲקִיקָה, חֲרִיטָה, חֲרִיתָה, כִּיּוּר, גִּלּוּף, גְּלוּפָה(het) graveren, afdruk, graveerkunst, prent, snijden, plaatγκραβούρα, χαρακτικήincisione, intaglio (gʀavyʀ)
nom féminin
1. action d'inscrire qqch sur une surface avec un outilpointu faire de la gravure sur bois
2. dessin accrocher des gravures aux murs

gravure

[gʀavyʀ] nf
(= technique) → engraving
(= plaque gravée) → plate
(= reproduction) → print