grenier

grenier

n.m. [ lat. granarium, de granum, grain ]
1. Partie la plus haute d'un bâtiment, sous les combles : Nous avons monté les cartons au grenier.
2. Partie d'un bâtiment rural servant d'entrepôt : Grenier à fourrage. Grenier à foin fenil
3. Fig. Région très fertile : La Beauce est le grenier à blé de la France.

GRENIER

(gre-nié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des gre-nié-z encombrés) s. m.
Partie la plus haute d'un bâtiment, destinée à serrer les blés et les fourrages ; et aussi la partie de la grange où l'on conserve les gerbes avant le battage ; et aussi la partie des constructions où sont déposés les foins. Grenier à blé, à foin.
Pendant que le riche prépare [en une disette] ses greniers pour engloutir la nourriture du pauvre, qu'il lui fera acheter bien cher en son extrême indigence [BOSSUET, Panég. St Gorgon, 2]
Il était un grenier, vaste dépositaire Des riches trésors de Cérès [LA MOTTE, Fabl. V, 11]
Tes greniers crouleront sous tes grains entassés [DELILLE, Géorg. I]
Grenier aérateur, grenier dont les parois sont formées par une tôle criblée de petits trous très rapprochés, d'un calibre trop petit pour laisser passer le grain, mais assez gros pour livrer passage aux charançons, et dans lequel un gros conduit, également en tôle et percé d'une infinité de petits trous, amène l'air d'un ventilateur puissant ; le grain est agité et les charançons fuient par les trous. On dit d'une marchandise qui est de bonne garde et dont on a bon débit : C'est du blé en grenier. Fig. C'est un grenier à coups de poing, se dit d'un enfant qu'on ne peut corriger, quelque châtiment qu'on lui inflige, d'un polisson querelleur qui reçoit force coups, et aussi d'une affaire où il n'y a que du dommage à gagner. Fig. En général, grenier à, chose qui produit beaucoup de.
On dit que vous protégez prodigieusement une nouvelle pièce de Palissot, intitulée le Satirique ; c'est un beau grenier à tracasserie [VOLT., Lett. Richelieu, 25 juin 1770]
Terme de vétérinaire. Un cheval fait grenier ou magasin quand, après avoir mangé, il conserve des aliments mâchés entre les joues et les arcades dentaires.
Greniers publics ou greniers d'abondance, vastes magasins où l'on tient des grains en réserve pour les temps de disette.
Trois cent vingt-sept greniers immenses étaient établis à Rome ; avec cette libéralité continuelle on n'avait pas besoin d'hôpital [VOLT., Dict. phil. Charité.]
Grenier à sel, lieu où l'on débitait le sel sous la surveillance de l'autorité. Grenier à sel, ancienne juridiction ou l'on jugeait en première instance les matières regardant la gabelle, la ferme du sel. Président au grenier à sel.
Ce mince emploi, où mon beau-frère avait rétabli l'ordre, l'activité, l'exactitude, et qu'on lui avait permis de joindre à celui du grenier à sel [MARMONTEL, Mém. VII]
Par extension, dernier étage d'une maison, celui qui est immédiatement sous les toits.
Vous devriez.... M'ôter, pour faire bien, du grenier de céans, Cette longue lunette à faire peur aux gens [MOL., F. sav. II, 7]
Je suppose que vous êtes toujours à Paris dans votre palais, et non dans votre grenier de Versailles [VOLT., Lett. Richelieu, 8 mai 1772]
Le président de Thou fut persécuté ; Corneille et la Fontaine moururent dans des greniers, Molière fut enterré à grand'peine [ID., Lett. d'Argental, 3 mars 1754]
Quoi ! un écrivain dans son grenier pourra prononcer une diffamation que les juges les plus éclairés du royaume trembleraient d'écouter sur leur tribunal ! [ID., Dict. phil. Ana.]
Un chantre est au premier, Au second loge un chaudronnier, Puis un gaînier, Un rubanier, Puis au cinquième un garçon cordonnier ! Je reprends haleine et courage, Et j'arrive enfin au grenier [DÉSAUGIERS, l'Atelier du peintre.]
Bravant le monde, et les sots et les sages, Sans avenir, riche de mon printemps, Leste et joyeux je montais six étages ; Dans un grenier qu'on est bien à vingt ans ! [BÉRANG., Grenier.]
Mais, dites-vous, il avait donc des rentes ? Eh ! non, messieurs, il logeait au grenier [ID., Ém. de Braux.]
Familièrement. Chercher depuis la cave jusqu'au grenier, chercher dans tous les endroits de la maison. Fig. Aller tantôt à la cave, tantôt au grenier, descendre beaucoup, puis remonter beaucoup.
....et le vaisseau, malgré le nautonier, Va tantôt à la cave et tantôt au grenier [MOL., Dép. amour. IV, 3]
Fig. Il va du grenier à la cave, se dit d'un homme qui a des inégalités dans son humeur, ou dont les propos ne se suivent pas. Il va de la cave au grenier, se dit fréquemment de celui qui n'écrit pas droit.
Fig. Province, pays fertile dont on tire beaucoup de blé. La Sicile était le grenier des Romains. La Beauce est un des greniers de Paris.
S'emparer de Kalougha et de Toula, le grenier et l'arsenal de la Russie [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 7]
Terme de navigation fluviale et de mer. Bateau ou navire chargé à même, c'est-à-dire sans rien qui serve à contenir ou protéger. Un grenier de blé, d'avoine. Les avoines de cette province nous arrivent en grenier. Faire un grenier, placer dans le fond d'un bâtiment une couche de gravier ou un lit de fagot, afin de tenir à sec des marchandises. Charger en grenier, mettre en grenier, embarquer en grenier du blé, du sel, du charbon, etc. les mettre à fond de cale sans emballer. Terme de pêche. Sardines salées en grenier, celles qu'on sale en tas, comme la morue.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se mesureur mesure aucun grain quel qu'il soit, soit en grenier ou en nef, il aura de chascun mui quatre deniers du mesurer [, Liv. des mét. 22]
    S'on souffroit que li rice home les acetassent [les grains] por metre en grenier, et puis les retenissent sans vendre, por le tans enquierir [enchérir] ; ce ne seroit pas à soufrir [BEAUMANOIR, XLIX]
  • XIVe s.
    Il montoient amont comme chat en grenier [, Guesclin. 5250]
  • XVe s.
    Tous chevaliers bannieres et estendart Ont les pluseurs ; saiges est qui depart à tels barons le sien, et fait grenier De tel tresor ; des mauvais n'a regart ; Veuillez tousjours tel gent accompaigner [E. DESCHAMPS, Poésies mss. f° 300]
  • XVIe s.
    Grands greniers, qui sont grandes arches appliquées à mettre grains, pressoirs, cuves à faire vin ou autres choses semblables, estant en aucune maison, sont censées choses immeubles [, Coust. génér. t. II, p. 590]
    Il a esté au grenier sans chandelle, il a apporté de la vesce pour du foin [OUDIN, Curios. fr.]
    Chacun se plaint que son grenier n'est pas plein [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 269]
    Rarement et peu souvent Le vieil usurier sans argent, Ville marchande sans fin larron, Vieil grenier sans rats ou ratton [ID., ib. p. 411]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. grenei ; picard, Berry et lorrain, guernier ; provenç. granier ; cat. graner ; esp. granero ; port. granel ; ital. granaio ; du lat. granarium, de granum, grain.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    GRENIER.
    Ajoutez :
  • En grenier, par un chargement fait à même.
    La poudre qu'on embarque à bord des vaisseaux se délivrait autrefois deux tiers en grenier dans des barils, un tiers en apprêté dans les gargousses, [, Encyclopédie Roret, Artificier, p. 501]

grenier

GRENIER. n. m. Partie la plus haute d'un bâtiment rural, destinée à serrer les grains ou les fourrages. Avoir du blé dans son grenier. Grenier à blé. Grenier à foin.

Greniers publics ou Greniers d'abondance, Vastes magasins, ordinairement à plusieurs étages, où l'on tenait des grains en réserve pour les temps de disette publique.

Grenier à sel, Lieu où l'on serrait et où l'on débitait le sel par autorité publique. Grenier à sel s'est dit aussi d'une Juridiction où l'on jugeait en première instance les matières qui regardaient la gabelle, la ferme du sel. Président au grenier à sel.

Fig. et prov., C'est du blé en grenier. Voyez BLÉ.

Il désigne, par extension, l'Étage d'une maison qui est immédiatement sous le comble. Mettre de vieux meubles au grenier. Ces pauvres gens étaient logés dans un grenier. Il mourut de faim dans son grenier.

Fam., Chercher quelqu'un ou quelque chose depuis la cave jusqu'au grenier, Le chercher dans tous les endroits de la maison.

Il se dit figurément d'une Province, d'un pays fertile dont on tire beaucoup de blé. La Sicile est le grenier de l'Italie. La Beauce est un des greniers de la France.

Il se dit aussi en parlant des Grains, du sel, du charbon, etc., qu'on charge sur un navire, sur un bateau, sans les mettre dans des sacs, dans des caisses ou dans des paniers. Charger un navire, un bateau de grains en grenier. Charger en grenier du blé, du sel, du charbon, etc. Les blés, les avoines de cette province nous arrivent en grenier.

grenier

Grenier, Granarium, Pensile horreum, Solarium.

Grenier à blé, Sella penuaria.

Ordonner et dresser greniers, Horrea certis locis constituere.

grenier


GRENIER, s. m. [Gre-nié: 1ree muet, 2e é fer.] 1°. Lieu où l'on serre les grains. 2°. Le plus haut étage d'un bâtiment. = On dit, figurément, dans le 1er sens, qu'une Province est le grenier d'un Royaume, ou des autres Provinces, parce qu'on en tire beaucoup de blé. "L'Égypte étoit le grenier de Rome. "La Beauce est un des greniers de Paris. — On dit, proverbialement, dans le 2d sens, aler du grenier à la cave, avoir des inégalités dans l'humeur, dans ses discours; du haut et du bâs dans sa conduite.

Synonymes et Contraires

grenier

nom masculin grenier
Étage supérieur d'une maison.
Traductions

grenier

Getreidemagazin, Getreidespeicher, Boden, Estrich, Speicher, Dachbodengraanschuur, zolder, graanpakhuis, voorraadschuurattic, loft, granary, garret, barn, garnerאסם (ז), מאבוס (ז), מגורה (נ), מזווה (ז), ממגורה (נ), עליית גג (נ), עֲלִיַּת גַּג, מְזָוֶה, גֹּרֶן, אָסָם, מַמְּגוּרָהgrenejostrychчердак, амбар, мансарда, житницаlẫm lúa, nhà để lúa, vựa lúa, gác mái, gác xépρετιρέ, σοφίτα, υπερώοtroj, ático, buhardilla, desvánsoffitta, granaio, atticoعَلِّيَةٌ, غُرْفَةٌ تـَحْتَ سَقْفِ البَيْتpůdaloftullakkotavan屋根裏다락방loftsótãovindห้องเพดาน, ห้องใต้หลังคาtavan arası阁楼 (gʀənje)
nom masculin
partie d'une maison qui se trouve sous letoit monter au grenier

grenier

[gʀənje] nm
[maison] → attic
[ferme] → barn (where grain is stored)
grenier à blé → granary
le grenier à blé de ... (fig) → the bread basket of ...