grillé, ée

GRILLÉ, ÉE1

(gri-llé, llée, ll mouillées) part. passé de griller 1
Cuit sur le gril. Des côtelettes grillées. Brûlé sur un gril.
Esclave comme Montézume, Grillé comme Guatimozin [LA MOTTE, Fabl. IV, 40]
Par exagération. Trop chauffé. Le feu est bien ardent, j'ai les jambes grillées.
Brûlé par le soleil. Ce raisin est tout grillé. S. m.Terme rural. Le grillé, mauvais état de la vigne causé par une trop longue et trop forte chaleur.

GRILLÉ, ÉE2

(gri-llé, llée, ll mouillées) part. passé de griller 2
Fermé avec une grille. Toutes les fenêtres sont grillées. Terme de théâtre. Loge grillée, loge fermée du côté de la scène par une grille.
Les prédicateurs venaient souvent à la comédie dans une loge grillée étudier Baron, et de là ils allaient déclamer contre la comédie [VOLT., Louis XIV, écrivains, Baron.]
Renfermé sous des grilles. Des filles grillées.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. GRILLÉ, ÉE. Ajoutez :
  • S. m.
    Dans la dentelle, le grillé est une partie dont les fils, peu serrés, se croisent en diagonales et forment un grillage de losanges plus ou moins ouverts [CH. BLANC, l'Art de la parure, p. 278]