grisette

(Mot repris de grisettes)

grisette

n.f.
Vx Jeune ouvrière de mode coquette ; cousette, midinette.

GRISETTE

(gri-zè-t') s. f.
Vêtement d'étoffe grise de peu de valeur.
Un haut-de-chausses de grisette, Un pourpoint couleur de noisette [SCARR., Virg. VI]
De jeunes fillettes, Aimables, bien faites, Autant que vous l'êtes, Font, dans leurs grisettes, Bien plus de fracas Que de vieux appas En or de ducats [DANCOURT, Fête de vill. Divertissement.]
Terme de marine. Vice dans les bois provenant d'une fermentation de séve due au contact de l'air par suite d'une blessure.
Jeune fille de petite condition, coquette et galante, ainsi nommée parce qu'autrefois les filles de petite condition portaient de la grisette.
Il avait à quatre ou cinq milles de Londres une petite maison de campagne, toujours meublée de quelques grisettes [HAMILT., Gramm. 10]
Je suis las d'être bien battu et mal nourri ; je suis las de passer la nuit à la porte d'un lansquenet et le jour à vous détourner des grisettes [REGNARD, Attend. s. l'orme, sc. 1]
Le maréchal de Noailles était fort accusé de n'avoir pas renoncé à la grisette [SAINT-SIMON, 211, 92]
Elle est jolie, à la bonne heure ; mais y a-t-il moyen de penser qu'une grisette lui ait tourné la tête ? car il n'est question que d'une grisette, ou tout au plus de la fille de quelque petit bourgeois, qui s'était mise dans ses beaux atours [MARIV., Marianne, 4e part.]
On apprend beaucoup dans le frivole volume de Fléchier [sur les grands jours d'Auvergne] ; on y apprend même que les grisettes étaient de jeunes bourgeoises de la ville qui avaient une galanterie un peu hardie, et qui se piquaient de beaucoup de liberté [CH. LABITTE, Rev. des Deux-Mondes, 15 mars 1845, p. 1092]
Particulièrement.
Jeune fille qui a un état, couturière, brodeuse, etc. et qui se laisse facilement courtiser par les jeunes gens. Mais vive la grisette ! Je veux, Lisette, Boire à nos amours [BÉRANG., Lisette]
Nom vulgaire de la sylvie cendrée (Europe) de Latham, dite aussi oiseau à gorge blanche. Nom vulgaire de l'alaude sénégalienne.
Nom sous lequel on a désigné, dans le jeune âge, l'anas noir, dit aussi macreuse [LEGOARANT, ]
Voy. MAROUETTE.
Nom donné par Geoffroy à l'hespérie Tages (lépidoptères diurnes), qui est l'hespérie grisette de certains auteurs. Grisette à zigzag, nom donné par Geoffroy à la phalène arénée ou phalène sablée (lépidoptères nocturnes).
Nom spécifique pour certains auteurs, du charançon humble (coléoptères) [LEGOARANT, ]
Un des noms vulgaires de l'agaric élevé et de l'agaric vaginé, variété grise [ID., ]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Le faucon doit avoir les sourcilz blans et la teste grisette [, Modus, f° LXXVII, verso]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de gris ; bourguign. grisôtte ; provenç. grizeta, sorte d'étoffe ; espagn. grisela, même sens.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GRISETTE. - HIST. Ajoutez :
  • XIIe s.
    Et n'atarga pas longuement Que laiens en cape grisette Vit une vielle persounete Qui bien cent ans et plus avoit [, Perceval le Gallois, V. 40062]

grisette

GRISETTE. n. f. Il se disait d'un Vêtement d'étoffe grise de peu de valeur et aussi d'une jeune fille ou jeune femme de médiocre condition qui portait ce vêtement.

Il s'est dit aussi d'une Jeune ouvrière coquette et galante.

GRISETTE est aussi le nom vulgaire de Certaines espèces de petits oiseaux ou de papillons de couleur grise.

grisette


GRISETTE, s. fém. GRISON, ONE, adj. GRISONER, v. neut. [Grizète, zon, zone, zoné: 2eè moyen au 1er.] Grisette, étofe grise, de peu de valeur; d'où l'on a apelé grisette, une jeune fille ou femme de petite condition. "Il ne voit que des grisettes.
   GRISON, gris, en parlant du poil, ou des persones, par raport au poil. "Poil grison, barbe grisone: il devient grison. = S. m. "C'est un vieux grison. = On apèle aussi grison, un homme de livrée, qu'on fait habiller de gris, pour l'employer à des commissions secrettes. "On l'a fait suivre par des grisons. = Populairement, on apèle un âne, un grison.
   GRISONER, devenir grison. "Il comence à grisoner. "La tête, la barbe comencent à lui grisoner. — L'Acad. avertit qu'il ne se dit guère des persones. — On le dit plutôt du poil, par raport à la persone.