gronder

(Mot repris de grondassiez)

gronder

v.i. [ lat. grundire, grogner ]
1. Faire entendre un bruit sourd et menaçant : Le chien gronde à l'approche du chat grogner
2. Produire un bruit sourd, grave et prolongé : L'orage commence à gronder tonner vrombir
3. Se manifester sourdement ; être menaçant, imminent : La révolte gronde dans les cités couver
4. Litt. Exprimer son mécontentement ; protester sourdement, d'une manière indistincte : Les consommateurs grondent contre l'augmentation des taxes grommeler, maugréer [sout.], se plaindre de, récriminer
v.t.
Réprimander qqn avec qui l'on a des relations familières : Il les a grondés pour cette erreur admonester [litt.], morigéner [litt.], tancer [sout.]

gronder


Participe passé: grondé
Gérondif: grondant

Indicatif présent
je gronde
tu grondes
il/elle gronde
nous grondons
vous grondez
ils/elles grondent
Passé simple
je grondai
tu grondas
il/elle gronda
nous grondâmes
vous grondâtes
ils/elles grondèrent
Imparfait
je grondais
tu grondais
il/elle grondait
nous grondions
vous grondiez
ils/elles grondaient
Futur
je gronderai
tu gronderas
il/elle grondera
nous gronderons
vous gronderez
ils/elles gronderont
Conditionnel présent
je gronderais
tu gronderais
il/elle gronderait
nous gronderions
vous gronderiez
ils/elles gronderaient
Subjonctif imparfait
je grondasse
tu grondasses
il/elle grondât
nous grondassions
vous grondassiez
ils/elles grondassent
Subjonctif présent
je gronde
tu grondes
il/elle gronde
nous grondions
vous grondiez
ils/elles grondent
Impératif
gronde (tu)
grondons (nous)
grondez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais grondé
tu avais grondé
il/elle avait grondé
nous avions grondé
vous aviez grondé
ils/elles avaient grondé
Futur antérieur
j'aurai grondé
tu auras grondé
il/elle aura grondé
nous aurons grondé
vous aurez grondé
ils/elles auront grondé
Passé composé
j'ai grondé
tu as grondé
il/elle a grondé
nous avons grondé
vous avez grondé
ils/elles ont grondé
Conditionnel passé
j'aurais grondé
tu aurais grondé
il/elle aurait grondé
nous aurions grondé
vous auriez grondé
ils/elles auraient grondé
Passé antérieur
j'eus grondé
tu eus grondé
il/elle eut grondé
nous eûmes grondé
vous eûtes grondé
ils/elles eurent grondé
Subjonctif passé
j'aie grondé
tu aies grondé
il/elle ait grondé
nous ayons grondé
vous ayez grondé
ils/elles aient grondé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse grondé
tu eusses grondé
il/elle eût grondé
nous eussions grondé
vous eussiez grondé
ils/elles eussent grondé

GRONDER

(gron-dé) v. n.
Faire entendre une voix sourde et menaçante, en parlant des animaux. Le chien se mit à gronder.
Par extension, murmurer, se plaindre entre ses dents, en parlant des hommes.
Grondant entre mes dents, je barbote une excuse [RÉGNIER, Sat. x]
Tandis que dans un coin, en grondant je m'essuye, Souvent, pour m'achever, il survient une pluie [BOILEAU, Sat. VI]
Tant que le jour est long, il gronde entre ses dents [REGNARD, Fol. am. I, 1]
Mais le sévère satirique [Boileau] Embrassait, encore en grondant, Cet aimable et tendre lyrique [Quinault], Qui lui pardonnait en riant [VOLT., Temple du Goût.]
Activement.
Grondant quelques paroles [RÉGNIER, Sat. x.]
Souvenez-vous bien de venir avec cet air qu'on nomme le bel air, peignant votre perruque, et grondant une petite chanson entre vos dents, la, la, la, la [MOL., Impr. sc. 3]
Faire un bruit sourd, en parlant des choses.
Ce n'est pas en vain qu'il [Dieu] lance le foudre, ni qu'il fait gronder son tonnerre [BOSSUET, 2e serm. Purific. 1]
Les vents grondent, les flots se soulèvent [ID., Sermons, Église, 1]
Dieu permit aux vents et à la mer de gronder et de s'émouvoir, et la tempête s'éleva [FLÉCH., le Tellier]
La mer grondait sourdement [FÉN., Tél. VI]
Un bruit redoutable Gronde dans les airs ; Un voile effroyable Couvre l'univers [J. B. ROUSS., Cantate, Circé]
Adieu, chansons ! mon front chauve est ridé ; L'oiseau se tait ; l'aquilon a grondé [BÉRANG., Adieu chansons]
Au milieu de ces préparatifs et dans l'instant où Napoléon passait en revue, dans la première cour du Kremlin, les divisions de Ney, tout à coup le bruit se répand autour de lui que le canon gronde vers Winkowo [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 11]
Fig.
Durant ces troubles [les guerres des Hussites], des gens de métier qui commençaient à gronder dès le règne précédent, se mirent plus que jamais à parler entre eux de la réforme de l'Église [BOSSUET, Var. XI, 173]
Dès qu'on ouït gronder l'orage qui vient de fondre sur l'Empire et la Hongrie, n'ajouta-t-elle pas à ses dévotions ordinaires une heure d'oraison par jour ? [FLÉCH., Mar.-Thér.]
V. a. Réprimander avec quelque humeur dans le ton, dans les paroles.
Hé, ma fille, comme vous voilà faite ! Mme de la Fayette vous grondera comme un chien : coiffez-vous demain pour l'amour de moi [SÉV., 124]
Je repassai chez Mme de Coulanges ; on me gronde de m'en revenir [ID., 307]
Une mère qui l'observe, qui la gronde, qui croit la bien élever en ne lui pardonnant rien [FÉN., Éduc. filles, chap. 2]
Je vous ai toujours aimé, et ne vous ai jamais manqué ; je suis en droit, par mon amitié, de vous gronder vivement, de vous reprocher votre humeur avec moi [VOLT., Lett. Maupertuis, 28 mai 1741]
J'aime mieux gronder mes jardiniers que de faire ma cour aux rois [ID., Lett. Thiriot, 9 août 1756]
Absolument.
Cependant laisse ici gronder quelques censeurs [BOILEAU, Épît. VII]
Dites-leur combien il y a de petitesse d'esprit et de bassesse à gronder pour un potage mal assaisonné, pour un rideau mal plissé, pour une chaise trop haute ou trop basse [FÉN., Éduc. filles, chap. 11]
Se gronder, v. réfl. Se faire à soi-même une réprimande.
Je me gronde bien de ma paresse, mon cher et aimable ami ; mais j'ai été si indignement occupé de prose depuis un mois, que j'osais à peine vous parler de vers [VOLTAIRE, Lett. Helvétius, 20 juin 1741]
Laissez-le seul [le mécontent], il se gronde lui-même [DELILLE, Conversation, II]
Se gronder, se gronder l'un l'autre. Ils sont toujours à se quereller, à se gronder.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ne faire eissillier [ruiner] le païs, Que sans contraire as tot conquis ; Ne trouveras jà qui t'i gronde, E qui le tot ne t'i esponde [remette] [BENOIT, II, 14796]
    Isnelement font sans effroi Tout son comant li escuier, Mais sans grondre et sans enuier, De ce qu'il rueve s'entremettent [, la Charrette, 6758]
  • XIIIe s.
    Ne set li las un mot repondre, Ne contre lui nen ose groindre [, Ren. 12590]
    Chascun a la teste enchinée ; N'i ot un seul qui osast grondre, Li uns lest à l'autre respondre [, ib. 17926]
    Si que il [les maris] n'osent un tout seul mot grondir [, Hist. lilt. de la Fr. t. XXIII, p. 525]
    Une fontaine nest en mon champ ; je la met par mon champ et li done à boivre ; mi voisin desoz en grondent ; et l'en dit que ne le puis fere [, Livre de just. 142]
    Une roche est en mer seans, Contre qui la mer gronde et tance [, la Rose, 5947]
  • XIVe s.
    [Je] Ne sai comment il mort, mais bien sai qu'il scet grondre [, Girart de Ross. V. 1115]
  • XVIe s.
    Ne marmottoit-elle pas des oraisons à l'oreille de l'enfant. ....L'enfant ne disoit que ce qu'elle lui grondoit dans l'oreille [D'AUB., Faen. II, 10]
    Les chiens de garde que nous voyons souvent gronder en songeant [MONT., II, 200]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. grondir ; du lat. grundire, forme parallèle à grunnire, grogner.
    On trouve aussi dans le XIIe siècle grundiller [, Lib. psalm. p. 55]

gronder

GRONDER. v. intr. Faire entendre un bruit sourd, en parlant des Animaux, du tonnerre ou du vent. Le chien se mit à gronder. L'orage gronde. Le vent gronde dans la cheminée. Par extension, On entend gronder le canon.

Par analogie, il signifie Murmurer, se plaindre. Il s'en va en grondant.

Employé transitivement, il signifie Réprimander avec humeur, avec colère. Gronder un enfant, un domestique. Si vous ne travaillez pas bien, vous serez grondé. Gronder un élève sur sa paresse.

gronder

Gronder, Emutire, Grundire, Gannire, Mutire, Mussare.

gronder


GRONDER, v. n. et act. GRONDERIE, s. fém. GRONDEUR, EûSE, adj. et subst. [Grondé, deri-e, deur, deû-ze: 1re long. 2e é fer. au 1er, e muet au 2d, lon. au dernier.] Gronder, se plaindre entre ses dents. "Il gronde sans cesse; laissez-le gronder. "Vous grondez contre-moi: qu'ai-je fait? etc. = V. act. Gourmander de paroles. Gronder ses valets, ses enfans. "Vous serez grondé.
   GRONDERIE, réprimande qu' on fait en colère. Grondeur, qui aime à gronder. "Ce sont des gronderies continuelles. "Il a l'humeur grondeûse: "C'est un grondeur, une grondeûse.
   Rem. 1°. Grogner: grommeler, gronder, ont à peu près le même sens; mais le 1er enchérit sur le second, et le 3e sur le 1er. Outre cela, gronder est plus du style simple; gromeler et grogner apartienent davantage au style plaisant et critique.
   2°. Gronderie et grondeur ne s'emploient qu'au propre; gronder se dit aussi au fig. du tonerre et de l' orage. "La foûdre gronde dans les airs. Le Franc.
   3°. Gronder, réprimander, régit quelque-fois la prép. de devant les noms. "Ne me grondez pas de cette démarche. "Ne me grondez pas de trop écrire. SÉV. De ce que j'écris trop serait peut-être plus régulier: mais il serait moins libre et moins aisé.

Synonymes et Contraires

gronder

verbe intransitif gronder
1.  Exprimer son mécontentement.
bougonner, grogner, grommeler, maugréer, murmurer, s'indigner -familier: grognonner, maronner, râler, ronchonner, rouspéter -populaire: rouscailler -vieux: rogner, rognonner.
2.  Produire un bruit sourd.
hurler, tonner, vrombir -littéraire: mugir, rugir.

gronder

verbe transitif gronder
Traductions

gronder

(gʀɔ̃de)
verbe transitif
faire des reproches à qqn gronder un enfant

gronder

schelten, bedrohen, bevorstehen, brausen, dräuhen, drohen, sausen, vorwerfen, Vorwürfe machen, zischen, anhalten, vermahnen, zureden, ermahnen, rügen, verwarnen, verweisenscold, roar, rumble, admonish, blame, howl, rebuke, reproach, reprove, tell off, menace, threaten, chide, grumble, bellow, boom, rage, reprimand, upbraid, mutter, snarlberispen, bulderen, dreigen, aanmanen, aansporen, bedreigen, beknorren, brullen, daveren, loeien, manen, terechtwijzen, uitkafferen, verwijten, dreunen, grommen, rommelen, eenstandjegeven, vermanen, waarschuwen, brommen, mopperen, een standje geven, uitvaren tegenגער (פ'), המה (פ'), הרעים (הפעיל), התרעם (התפעל), נזף (פ'), צעק על-, רעם (פ'), רָעַם, הָמָה, גָּעַרbedreig, beknor, berispeamenaçar, bramar, mugir, renyar, reposarbebrejde, true, skælde udadmoni, riproĉiregañar, amenazar, amonestar, censurar, mugir, reprender, reprobar, reprochar, vituperarmoittia, uhataáteljasgridare, minacciare, muggire, riprendere, criticare, ringhiare, rumoreggiarebovinaribebreide, kjefte (på)ameaçar, bramir, censurar, incriminar, intimidar, mugir, repreender, rugir, ralharameninţaгрозить, бранить, ругатьförebrå, förevita, hota, råma, skälla påazarlamak呵责, 责骂يُعَنِّفُvynadatκατσαδιάζωprekoritiしかる꾸짖다złajaćดุว่าtrách mắng
verbe intransitif
produire un bruit grave etmenaçant L'orage gronde.

gronder

[gʀɔ̃de]
vi
[canon, moteur, tonnerre] → to rumble; [animal] → to growl
(fig) [révolte] → to be brewing
vt → to scold
Tu vas te faire gronder par ton père! → You're going to get a telling off from your father!