guéer

(Mot repris de guéerons)

GUÉER

(ghé-é) v. a.
Traverser à gué. Guéer une rivière.
Baigner, laver dans l'eau. Guéer du linge. Guéer un cheval, le faire baigner, le laver.
Se guéer, v. réfl. Être passé à gué. Ce ruisseau se guée difficilement.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La Loire ne se gueoit point si bas, et toutes les villes situées au dessus lui estoyent ennemies [LANOUE, 674]
    Ce fleuve, dès le lieu dont il sourt, s'espand et fait des marais navigables, de sorte qu'il est impossible de le gayer [AMYOT, Pélop. 29]
    L'un faisoit semblant de vouloir relier la courroie de son soulier qui estoit desliée, l'autre de vouloir guayer son cheval, l'autre boire [ID., P. Aem. 37]

ÉTYMOLOGIE

  • Gué ; wallon, wây.

guéer

GUÉER. v. tr. Passer à gué. Guéer une rivière.

Par extension, il signifie Faire baigner. Guéer un cheval.

Par analogie, il signifie aussi Laver du linge et le remuer quelque temps dans l'eau avant de le tordre.

guéer

Guéer un cheval, le faire passer le gué pour laver ses jambes.

Guéer un linge, Le laver legerement au gué ou autre eauë.