guerre


Recherches associées à guerre: guerre civile, guerre froide

guerre

n.f. [ frq. werra ]
1. Lutte armée entre États ; situation de conflit qu'elle implique : La guerre est déclarée entre ces pays voisins. Les belligérants se livrent une guerre sans merci combat, hostilités
2. Conflit non armé entre des groupes puissants : La guerre des chaînes de télévision. La guerre des polices.
3. Lutte entre personnes : Entre les deux adjoints, c'est la guerre discorde, mésentente ils s'opposent vivement
4. Action entreprise pour supprimer, détruire qqch : Faire la guerre à la pollution combattre
Remarque: Ne pas confondre avec guère.
De bonne guerre,
se dit d'un comportement, d'une réaction d'un adversaire que l'on juge habile et que l'on considère comme légitime.
De guerre lasse,
en renonçant par lassitude : De guerre lasse, j'ai accepté de l'écouter.
Faire la guerre à qqn,
lutter pour que qqn change sa conduite : Son médecin lui fait la guerre pour qu'il arrête de fumer.
Guerre nucléaire, biologique, chimique, ou guerre N.B.C.,
guerre où seraient employées les armes nucléaires, biologiques, chimiques.
Guerre des ondes,
utilisation de la radiodiffusion comme moyen de propagande, de manipulation de l'opinion.
Guerre froide,
hostilité latente, qui n'aboutit pas au conflit armé, dans les relations internationales.
Guerre sainte,
guerre menée au nom de motifs religieux.
Guerre totale,
guerre dans laquelle on utilise tous les moyens de lutte et qui vise à l'anéantissement de l'adversaire.
Homme de guerre,
dont le métier est de faire la guerre.
Nom de guerre,
nom que prenait autrefois un soldat en s'enrôlant ; pseudonyme d'un homme public : Le nom de guerre d'un romancier.
Petite guerre,
guerre de harcèlement ; simulacre de combat.

GUERRE

(ghê-r') s. f.
La voie des armes employée de peuple à peuple, de prince à prince, pour vider un différend. Avoir guerre. Avoir la guerre. La guerre, la peste et la famine sont les trois fléaux de Dieu.
Vous portâtes soudain la guerre dans la Perse [CORN., Héracl. IV, 4]
Petits princes, videz vos débats entre vous : De recourir aux rois vous seriez de grands fous ; Il ne les faut jamais engager dans vos guerres, Ni les faire entrer sur vos terres [LA FONT., Fabl. IV, 4]
La guerre est une chose si horrible que je m'étonne comment le seul nom n'en donne pas de l'horreur [BOSSUET, Pensées chrét. 36]
La guerre a ses faveurs ainsi que ses disgrâces [RAC., Mithr. III, 1]
Marchons, et dans son sein [de Rome] rejetons cette guerre Que sa fureur envoie aux deux bouts de la terre [ID., ib.]
Dans la guerre la distinction entre le héros et le grand homme est délicate [LA BRUY., II]
La guerre est un mal qui déshonore le genre humain [FÉN., Dial. des morts anc. dial. 16]
Il n'est permis de faire la guerre que malgré soi, à la dernière extrémité, pour repousser la violence de l'ennemi [ID., ib.]
Le nombre infini de maladies qui nous tuent est assez grand, et notre vie est assez courte pour qu'on puisse se passer du fléau de la guerre [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 27 fév. 1775]
Vous alliez faire la guerre aux jésuites, allons la faire pour eux [ID., Candide, 14]
Le plus déterminé des flatteurs conviendra sans peine que la guerre traîne toujours à sa suite la peste et la famine, pour peu qu'il ait vu les hôpitaux des armées d'Allemagne, et qu'il ait passé dans quelques villages où il se sera fait quelque grand exploit de guerre [ID., Dict. phil. Guerre.]
La guerre est une loi de sang et de rigueur [SAURIN, Spart. I, 2]
Obéir, à la guerre, est le premier devoir [ID., ib. III, 1]
Toutefois, dans ces moyens irréguliers, il y en avait que l'importance du but pouvait excuser ; il s'agissait de surprendre l'armée russe, ensemble ou dispersée, de faire un coup de main avec quatre cent mille hommes ; la guerre, le pire des fléaux, en eût été plus courte [SÉGUR, Hist. de Nap. III, 2]
On regardait le duc de Trévise [laissé à Moscou] comme un homme sacrifié ; les autres chefs, ses vieux compagnons de gloire, l'avaient quitté les larmes aux yeux, et l'empereur en lui disant qu'il comptait sur sa fortune, mais qu'au reste, à la guerre, il fallait bien faire une part au feu [ID., ib. IX, 6]
Guerre de mer, guerre maritime, guerre qui se fait sur mer.
Que deviendrait-elle si à la guerre de mer où elle est engagée, une guerre de terre se joignait encore ? [D'ALEMB., Lett. au roi de Pr. 15 déc. 1780]
Guerre civile, guerre intestine, guerre entre les citoyens d'un même État.
La guerre civile est le règne du crime [CORN., Sertor. I, 1]
Quelle guerre intestine avons-nous allumée ? [RAC., Esth. III, 4]
La guerre civile qui désolait alors l'Angleterre et qui fit tomber sous la hache d'un bourreau la tête de Charles 1er, avait commencé par un impôt de deux shellings par tonneau de marchandise [VOLT., Hist. parlem. ch. 55]
Les guerres civiles prennent leur esprit des causes qui les ont fait naître [RAYNAL, Hist. phil. VII, 7]
Guerre étrangère, guerre contre une nation étrangère. Guerre de religion, guerre qui se fait à cause de la religion. Les guerres de religion désolèrent la France sous François II, Charles IX et Henri III. Fig. Guerres de religion, querelles religieuses sur des points de doctrine.
Plût à Dieu que ces guerres de religion fussent aussi près de leur fin que celle qui divise les princes de l'Europe ! [MAINTENON, Lett. à Mme de St-Géran, 24 août 1696]
Guerre sainte, guerre qui se faisait autrefois contre les infidèles pour conquérir la terre sainte. Guerre sacrée, guerre que les Thébains et leurs alliés firent aux Phocéens qui s'étaient emparés d'une terre appartenant au temple de Delphes. Fig. et par plaisanterie. Guerre sacrée, querelle entre gens d'Église.
Pendant que tout conspire à la guerre sacrée [BOILEAU, Lutr. VI]
Guerre à mort, guerre dans laquelle on ne fait aucun quartier. On dit dans le même sens : guerre d'extermination, guerre à outrance. Terme de féodalité. Guerre du roi, guerre déclarée par le roi à un prince étranger ; elle suspendait toutes les guerres particulières. Obtenir les honneurs de la guerre, voy. HONNEUR. Conseil de guerre, assemblée d'officiers généraux d'une armée.
Le lion dans sa tête avait une entreprise : Il tint conseil de guerre, envoya ses prévôts.... [LA FONT., Fabl. V, 19]
Conseil de guerre, tribunal qui exerce la justice militaire. Fruit ou fruits de la guerre, les pays désolés, les gens estropiés et tout ce qui est l'effet des désastres de la guerre ; particulièrement les blessures et les maladies que fait contracter l'état militaire, et, par extension plaisante, les maux qui sont la suite d'excès en tout genre, de l'ivrognerie, de la débauche, du jeu, etc. Poétiquement, un foudre de guerre, grand homme de guerre qui a remporté de grandes victoires et qui est terrible par sa valeur.
Comment ! des animaux qui tremblent devant moi ! Je suis donc un foudre de guerre ! [LA FONT., Fabl. II, 14]
Faire la guerre à l'œil, observer attentivement les démarches de l'ennemi. M. de Turenne, très habile et qui savait faire la guerre à l'œil, n'avait pas manqué d'y jeter un corps, Mém. pour servir à l'hist. univ. de l'Europe, t. I. p. 389. Fig. Faire la guerre à l'œil, observer avec soin ce qui se fait afin de profiter des conjonctures.
Dieu sait comme ils firent la guerre, J'entends à l'œil ; car autrement Je parlerais peu nettement [SCARRON, Virg. VI]
Nous ferons guerre à l'œil [TH. CORN., Geôl. de soi-même, IV, 4]
Il n'importe, elle est amoureuse, je te réponds de tout ; tu n'as qu'à faire la guerre à l'œil et à nous seconder, Champagne et moi [DANCOURT, la Folle enchère, sc. 4]
De guerre lasse, quand on est las de la guerre.
Quand toutes les intrigues, les finesses italiennes sont épuisées et déconcertées, les partis, assez forts pour combattre et trop faibles pour vaincre, font la paix de guerre lasse [DUCLOS, Voy. Ital. Œuv. t. VII, p. 56, dans POUGENS]
Fig. Faire quelque chose de guerre lasse, le faire après avoir longtemps résisté. Je lui ai cédé de guerre lasse. Faire la guerre à ses dépens, voy. DÉPENS.
De bonne guerre, se dit de ce qui se fait selon les lois et usages de la guerre.
Le comte de Pas m'avait obligé en me renvoyant pour rien tout le bétail de Commercy qui était à lui de bonne guerre [RETZ, IV, 19]
Fig. De bonne guerre, de bonne prise, légitimement.
Persuadé qu'en amour on gagne toujours de bonne guerre ce qu'on peut obtenir par adresse, on ne voit pas qu'il ait jamais témoigné le moindre repentir de cette supercherie [HAMILT., Gramm. 4]
Faire bonne guerre, user de toute l'humanité, de tous les ménagements que les lois de la guerre permettent.
Je n'ai pour ennemis que ceux du bien commun, Je leur fais bonne guerre et n'en proscris pas un [CORN., Sertor. III, 2]
Fig. Faire bonne guerre, en user honnêtement dans une discussion d'intérêts ; prendre ses avantages sans blesser aucune des bienséances et des règles de l'honnêteté.
Ils [Luther et Carlostad] touchèrent en la main l'un de l'autre, en se promettant de se faire bonne guerre [BOSSUET, Var. 2]
On personnifie quelquefois la guerre dans le langage mythologique et poétique.
Bientôt ils défendront.... De figurer aux yeux la Guerre au front d'airain [BOILEAU, Art poét. III]
Expédition, campagne.
Dans les premières guerres, il n'avait qu'une seule vie à offrir ; maintenant il en a une autre [son fils] qui lui est plus chère que la sienne [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Suivant son usage, il se promène devant les rangs ; il sait quelles sont les guerres que chaque régiment a faites avec lui [SÉGUR, Hist. de Nap. III, 3]
Faire la guerre avec quelqu'un, servir avec lui dans le même corps. En guerre, durant le temps de guerre.
Vous devez en guerre être habillés de fer [LA BRUY., XII]
S'en aller en guerre, partir pour une expédition.
Le lion s'en allant en guerre [LA FONT., Fabl. V, 19]
Ces temps où la France s'en allait en guerre contre les mécréants et les infidèles [CHATEAUB., Génie, II, I, 5]
Ruse de guerre, stratagème employé dans la guerre. Fig. Tour de vieille guerre, ruses, adresses qui sont à la disposition d'un vieux chasseur, d'un homme expérimenté.
Nous en savons plus d'un, dit-il, en les gobant ; C'est tour de vieille guerre.... [LA FONT., Fabl. III, 18]
L'art militaire. la connaissance des moyens employés pour faire la guerre.
Non content de lui enseigner la guerre [à son fils], comme il a fait jusqu'à la fin par ses discours, le prince le mène aux leçons vivantes et à la pratique [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Il savait faire la guerre [ID., Hist. II, 2]
Quant à lui [Napoléon], sa tête est son conseil, tout part de là ; mais Alexandre, qui le conseillera ? qui opposera-t-il ? il n'a que trois généraux, Kutusof, qu'il n'aime pas parce qu'il est Russe ; Beningsen, trop vieux il y a six ans, aujourd'hui en enfance ; et Barclay ; celui-ci manœuvrera, il est brave, il sait la guerre ; mais c'est un général de retraite [SÉGUR, Hist. de Nap. IV, 5]
Homme de guerre, homme qui sait la guerre.
Je dois craindre Licine, il est homme de guerre [TRISTAN, M. de Chrispe, II, 7]
Gens de guerre, militaires, soldats.
J'ai vu des gens de guerre épandus par la ville [CORN., Rodog. III, 2]
Ensemble d'attaques, de défenses, d'opérations.
Ainsi la guerre était partout, devant, sur nos flancs, derrière nous ; l'armée s'affaiblissait ; l'ennemi devenait chaque jour plus entreprenant [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 10]
Petite guerre, celle qui se fait par détachements ou par partis, dans le dessein d'incommoder, de harceler l'ennemi dans sa marche. Petite guerre, simulacre de combat pour faire manœuvrer et exercer les troupes. Anciennement. La petite guerre, la maraude, la picorée.
Une poule et un oison, qui avaient bien la mine d'avoir été pris à la petite guerre [SCARRON, Rom. com. I, 1]
Absolument. Le département de la guerre, le ministère, les bureaux de ce département. Ministre de la guerre. Il travaille à la guerre. Chef de bureau à la guerre.
Guerre ouverte, hostilité déclarée. Le mauvais vouloir de cette puissance finit par se changer en guerre ouverte. Fig. Inimitié, agression, qui ne se cache pas.
Mais sans discrétion tu vas à guerre ouverte [RÉGNIER, Élég. II]
Quoi qu'il en soit enfin, je ne t'abuse pas ; Je fais la guerre ouverte.... [REGNARD, le Joueur, I, 2]
Nom de guerre, nom que chaque soldat prenait autrefois en s'enrôlant ; par exemple : la Tulipe, Sans-Quartier.
Louis [le dauphin fils de Louis XIV] le bien nommé, c'est Louis le Hardi ; D'un pareil nom de guerre on traitait les neuf preux [LA FONT., Poésies mêlées, LXIV (ballade sur le nom de Louis le Hardi)]
Fig. Sobriquet donné par plaisanterie.
Le Magnifique était un nom de guerre [LA FONT., Magn.]
Prendre un nom de guerre, changer son nom véritable, prendre un nom de fantaisie.
10° Il se dit en parlant des animaux qui en attaquent d'autres pour en faire leur proie. Le loup fait la guerre aux brebis.
Les lions ne font point la guerre aux lions [FÉN., Tél. XVII]
Tous les animaux sont perpétuellement en guerre ; chaque espèce est née pour en dévorer une autre [VOLT., Dict. phil. Guerre.]
État de guerre, état d'hostilité de tous contre tous.
Hobbes.... voulant prouver que les hommes naissent tous en état de guerre, et que la première loi naturelle est la guerre de tous contre tous [MONTESQ., Défense de l'Esprit des lois, I, 1]
Poétiquement. Faire la guerre aux habitants de l'air, aux habitants des forêts, chasser.
Je vais faire la guerre aux habitants de l'air [BOILEAU, Ép. VI]
11° Fig. Toute espèce de débat, de démêlé, de lutte. Cet homme est toujours en guerre avec ses voisins.
Cela [saisir l'occasion] s'entend principalement à la guerre et des actions militaires ; mais il y a de la guerre, qui le croira ? même dans les actions paisibles et désarmées ; il faut combattre partout de façon ou d'autre [BALZ., De la cour, 4e disc.]
Deux coqs vivaient en paix : une poule survint, Et voilà la guerre allumée [LA FONT., Fabl. VII, 13]
Il faut faire aux méchants guerre continuelle ; La paix est fort bonne de soi ; J'en conviens, mais de quoi sert-elle Avec des ennemis sans foi ? [ID., ib. III, 13]
Tenez entre eux divisés les méchants ; La sûreté du reste de la terre Dépend de là : semez entre eux la guerre, Ou vous n'aurez avec eux nulle paix [ID., ib. VII, 8]
Hircan et Aristobule eurent guerre pour le sacerdoce [BOSSUET, Hist. II, 5]
Cette Eglise à laquelle il avait fait une si longue guerre [ID., ib. III, 10]
Familièrement. Faire la guerre à quelqu'un, lui faire souvent des réprimandes, lui chercher querelle.
Ne lui faites point la guerre sur tout ceci [SÉV., 453]
Mme de Pontchartrain, à qui je fais la guerre sur le jansénisme, dit qu'on verrait comme vous en useriez avec son confesseur [MAINTENON, Lett. au cardin. de Noailles, 12 oct. 1695]
Elle ne cessait de lui faire la guerre sur sa méchante humeur [HAMILT., Gramm. 4]
Je lui fis la guerre de ce caprice [J. J. ROUSS., Ém. v.]
Un manque de civilité dont mon oncle ne cesse de me faire la guerre depuis ce matin [PICARD, Petite ville, III, 13]
Faire la guerre à quelque chose, s'en prendre à cette chose, l'attaquer, la détruire.
Elle fait la guerre à ses beaux cheveux [SÉV., 55]
Faire la guerre au pain, en manger beaucoup. Faire la guerre à, combattre, lutter contre.
Notre société [les jésuites] a pour but de travailler à établir les vertus, de faire la guerre aux vices, et de servir un grand nombre d'âmes [PASC., Prov. x.]
Le vice audacieux, des hommes avoué, à la triste innocence en tous lieux fit la guerre [BOILEAU, Sat. X]
Faire la guerre à ses passions, combattre, réprimer ses passions. Faire la guerre aux mots, critiquer minutieusement le style.
12° Guerre de plume, discussion, dispute par des écrits entre des hommes de différents partis.
Je m'intéresse plus à la guerre des Russes contre les Ottomans qu'à la guerre de plume du parlement [VOLT., Lett. à la marquise du Deffant, 6 janv. 1771]
À quoi bon rendre guerre pour guerre ? [BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 185, dans POUGENS]
13° Fig. Guerre se dit des choses qui combattent, qui attaquent, qui sont en lutte. Les éléments en guerre.
Dont l'air intempéré fait guerre aux animaux [RÉGNIER, Sat. XI]
Mon esprit agité fait guerre à mes pensées [ID., Élég. II]
Allez, honneurs, plaisirs, qui me livrez la guerre [CORN., Poly. IV, 2]
Si de tels souvenirs ne me faisaient la guerre [ID., Tite et Bér. II, 1]
Un mal qui répand la terreur,... La peste, puisqu'il faut l'appeler par son nom, Faisait aux animaux la guerre [LA FONT., Fabl. VII, 1]
Elle a dans la tête une philosophie Qui déclare la guerre au conjugal lien, Et vous traite l'Amour de déité de rien [MOL., Princ. d'Él. I, 2]
Où l'honneur a toujours guerre avec la fortune [BOILEAU, Sat. I]
14° Nom d'un jeu qui se joue sur un billard.

PROVERBES

  • À la guerre comme à la guerre, c'est-à-dire il faut souffrir la fatigue ou prendre du bon temps selon les occasions.
  • La guerre nourrit la guerre, une armée subsiste aux dépens du pays où elle se trouve.
  • Guerre et pitié ne s'accordent pas ensemble, à la guerre on a peu de pitié et il serait dangereux d'en avoir.
  • Qui terre a guerre a, celui qui possède de la terre est sujet à avoir des procès. Par allusion à ce proverbe Voltaire a dit (Lett. d'Argental, 4 oct. 1748) : " Je ne m'attendais pas à ce nouveau trait de calomnie ; mais qui plume a guerre a ", c'est-à-dire les gens de lettres sont exposés à être attaqués.
  • La guerre est bien forte quand les loups se mangent l'un l'autre, se dit quand on voit deux personnes de même profession avoir querelle.
  • On ne fait la guerre que pour faire enfin la paix, c'est-à-dire il faut toujours finir par s'accorder.

REMARQUE

  • La locution de guerre lasse a été trouvée par plusieurs grammaticalement inexplicable ; faire quelque chose de guerre lasse, étant faire une chose las de la guerre ; aussi des grammairiens ont-ils voulu la corriger et dire : de guerre las. D'autres ont dit qu'il fallait écrire de guerre las quand il s'agissait d'un homme, et de guerre lasse quand il s'agissait d'une femme ; et que l'erreur était née de la prononciation de l's dans las, comme plusieurs la font sentir dans hélas (hé-las'). Il nous semble qu'il n'y a rien à changer, que lasse se rapporte bien à guerre, et que la locution représente une figure hardie où la lassitude est transportée de la personne à la guerre : de guerre lasse, la guerre étant lasse, c'est-à-dire les gens qui font la guerre étant las de la faire.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Faites la guerre com vous l'avez emprise [, Ch. de Rol. XI]
    N'aurez mais guerre en tute vostre vie [, ib. XLIII]
  • XIIe s.
    À la mort [je] sui, se la guerre m'i [en cet amour] dure [, Couci, p. 126]
    Nus [nul] ne nous faisoit guerre ne ne menoit dangier [, Sax. XVI]
    As parenz saint Thomas [le roi] ad prise si grant guerre, Que tuz les fist chacier hors de tute sa terre [, Th. le mart. 63]
  • XIIIe s.
    À Pepin [ils] orent guerre qu'avez oui conter [, Berte, III]
    Nus marcheant ne vit aese : Car son cuer a mis en tel guerre, Qu'il art [brûle] tous jors de plus acquerre [, la Rose, 5090]
    S'il prent à tout le monde guerre, Il n'a pooir de vivre en terre [, ib. 8643]
  • XIVe s.
    Moult gens crient maintes fois guerre, guerre, qui ne sçaivent que guerre monte ; en son commencement est large et a si grant entrée que chascun puet entrer, et l'a puet l'en trouver legierement ; mais à grant peine puet l'en sçavoir à quel fin l'on en puet venir [LE CHEV. DE LA TOUR, Instruct. à ses filles, f° 13, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Et on dit, et voir est, qu'il n'e t si felle [cruelle] guerre que de voisins et d'amis [FROISS., I, I, 118]
    Il avoit dès sa jeunesse forfait le royaume [était banni du royaume] pour guerre d'amis et d'un homicide qu'il avoit fait à St-Omer [ID., liv. I, p. 195, dans LACURNE]
    Or faut pour la guerre civile Advocat clerc qui soit habile Pour le droit des gens demonstrer Aux juges en chascune ville [EUST. DESCH., Poés. mss. f° 79]
    Regret m'assault, et pitié me fait guerre, Pleure, gemis, et n'est homme qui l'oye [ALAIN CHART., Ball. sur la mort de sa dame]
    Messeigneurs, y [il] fault adviser, Que guerre n'est pas peu de chose [, Myst. du siége d'Orléans, p. 734]
    Item mon corps j'ordonne et laisse à nostre grandmere la terre, Les vers n'y trouveront grand graisse ; Trop luy a faict faim dure guerre [VILL., Double ball. Testam.]
  • XVIe s.
    Avoir guerre contre les Escossois [MONT., I, 15]
    Le mareschal [prisonnier] le pria de luy faire bonne guerre, et qu'il ne se souvint du passé [CARLOIX, VIII, 38]
    Les Suisses, irritez de cest outrage, demanderent à monsieur l'admiral qu'il leur permist de faire la mauvaise guerre [guerre à mort] ; mais les Espagnols ne cesserent de pratiquer jusques à ce que la bonne guerre [à merci] fut accordée [M. DU BELL., 100]
    Je veux seulement parler des fortunes qui advinrent au bon chevalier durant la guerre guerroyable qu'eurent ensemble François et Espaignols [, Vie du chev. Bayard par le loyal serviteur, chap. XVIII]
    Aussi dict-on qu'il fault faire la guerre à l'œil ; et qui la faict bien les yeux fermés, ou en absence et bien loing, est fort à louer [BRANT., Philippe II]
    La guerre engendre pauvreté, Pauvreté humilité, D'humilité revient la paix, Ainsi retournent les humains [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 366]
    Homme mort ne fait guerre [COTGRAVE, ]
    Mieux vaut en paix un œuf qu'en guerre un bœuf [ID., ]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. gare ; provenç. guerra, gerra ; espagn. portug. et ital. guerra ; bas-lat. werra, mot qu'on trouve dans des textes du temps de Charles le Chauve, mais qui est plus ancien ; du germanique : anc. h. allem. werra, querelle ; anc. angl. werre ; angl. mod. war, guerre.

guerre

GUERRE. n. f. Conflit entre deux nations, qui se vide par la voie des armes; action d'un peuple qui en attaque un autre, ou qui résiste à une agression, à une invasion, etc. Guerre offensive. Guerre défensive. Les guerres Médiques. La guerre de Cent Ans. Les guerres d'Italie. Les lois de la guerre. Gens de guerre. Ruse de guerre. Préparatifs de guerre. Déclaration de guerre. Vaisseau de guerre. Bâtiment armé en guerre. Les malheurs, les ravages, les horreurs de la guerre. Des aventures de guerre. En temps de guerre. Une guerre à feu et à sang. Avoir la guerre. Être en guerre. En guerre et en paix. Déclarer la guerre. État de guerre. Cette province devint le théâtre de la guerre.

Conseil de guerre. Voyez CONSEIL.

Il désigne aussi l'Art militaire, la connaissance des moyens que l'on doit employer pour faire la guerre avec avantage. L'art de la guerre, le métier de la guerre. La guerre de campagne, la guerre de siège. Guerre de mouvements, de tranchées, d'usure. Guerre aérienne. Guerre des gaz. Un homme de guerre. Avoir le génie de la guerre.

Guerre civile, guerre intestine, Guerre entre les citoyens d'un même État. Guerre étrangère, Guerre contre les étrangers. Le double fléau de la guerre civile et de la guerre étrangère.

Guerres de religion, Celles que les dissensions religieuses allument dans un pays. Guerre sainte se dit de la Guerre qui s'est faite autrefois contre les infidèles pour reconquérir la Terre sainte. Guerre sainte désigne aussi le Soulèvement religieux ordonné contre les chrétiens par les chefs de l'Islam. Proclamer la guerre sainte.

Guerre à mort, Guerre dans laquelle on ne fait aucun quartier. On dit à peu près de même Guerre d'extermination, guerre à outrance.

Petite guerre, Celle qui se fait par détachements ou par partis, dans le dessein d'observer les démarches de l'ennemi, de l'incommoder, de le harceler. Faire la petite guerre. Il se dit aussi d'un Simulacre de guerre, dans lequel des corps d'une même armée manoeuvrent et feignent de combattre les uns contre les autres.

Obtenir les honneurs de la guerre se dit d'une Garnison assiégée qui obtient, avant de quitter la place, de garder ses armes en totalité ou en partie.

Fig. et fam., Sortir d'un procès, d'une querelle, d'une discussion avec les honneurs de la guerre, En sortir honorablement, à son avantage.

Fig. et poétiq., Foudre de guerre. Voyez FOUDRE.

Cela est de bonne guerre, Cela est conforme aux lois et aux usages de la guerre. On le dit figurément en parlant de Toutes les actions de la vie civile où l'on prend ses avantages, sans recourir à aucun moyen déloyal. Usez hardiment de ce moyen, il est de bonne guerre. Ce procédé ne me semble pas de bonne guerre.

Faire la guerre avec quelqu'un, Servir avec lui en temps de guerre dans les armées de la même nation, du même parti. Il a fait avec moi la guerre de Crimée. Nous avons fait la guerre ensemble.

Nom de guerre, Nom que prenait autrefois un soldat en s'enrôlant, tel que La Tulipe, Sans-Quartier, Va-de-bon-coeur, et que, dans certains cas, il prend encore aujourd'hui en s'engageant. Il se dit surtout, maintenant, d'un Nom supposé que l'on prend en littérature, au théâtre, etc.

Prov. et fig., La guerre nourrit la guerre, Ce qu'on prend sur les ennemis sert à entretenir les armées.

Prov. et fig., À la guerre comme à la guerre, Il faut s'accommoder au temps, aux circonstances, quelque fâcheuses qu'elles puissent être.

Guerre à.... Ellipse pour Faites la guerre, faisons la guerre à... Guerre aux tyrans! Guerre à l'envahisseur! Il se dit, par extension, tant au propre qu'au figuré, de Toute espèce de débat, de démêlé, d'attaque, de lutte. Cet homme est toujours en guerre avec ses voisins. Déclarer, faire la guerre aux abus, aux préjugés, aux vices. Une guerre de plume. Guerre économique. Guerre de tarifs.

Prov. et fig., Qui terre a guerre a, Qui a du bien est sujet à avoir des procès.

Être en guerre ouverte avec quelqu'un, Être avec lui sur le pied d'ennemi déclaré.

Fig. et fam., Faire la guerre à quelqu'un, Lui faire constamment des réprimandes, des observations sur quelque chose. Faire la guerre à quelqu'un sur son étourderie, sur son imprudence, sur le laisser aller de ses manières, sur la négligence de sa tenue.

Fig. et fam., Faire la guerre aux mots, Critiquer minutieusement le style et les mots dans un écrit.

Fig. et fam., Faire la guerre au couteau, Employer tous les moyens pour triompher de l'adversaire.

Fig. et fam., Faire quelque chose de guerre lasse, Le faire après avoir longtemps résisté. Je lui ai cédé de guerre lasse. Il s'est longtemps refusé à cet arrangement; enfin, de guerre lasse, il y a consenti.

Il se dit aussi en parlant des Bêtes qui en attaquent d'autres pour en faire leur proie. Le loup fait la guerre aux brebis. Le renard fait la guerre aux poules.

guerre

Guerre, Bellum, Militia, gérron, idem valet quod Arma. Inde nostrum Guerre.

Guerre aspre, Acre bellum.

Guerre assopie, Bellum restinctum.

Une guerre à laquelle on s'est servi de Serfs, ou faite par les Serfs, Bellum seruile.

Une guerre en laquelle les gens de guerre se sont portez vaillans et diligens, Impigra militia.

Guerre entouillée, Bellum inuolutum.

Une guerre entre deux peuples, ou Princes, Duellum.

Guerre fort à craindre, Formidolosissimum bellum.

Guerre mortelle, Internecinum bellum, Pestiferum bellum.

Guerre necessaire et bonne pour venger et punir quelques fautes faictes, Bellum expiabile.

Une guerre obstinée qui dure et persevere tousjours, Bellum inexpiabile.

Guerre où le souldard a meilleur parti, Militia honoratior.

Guerre par laquelle les choses sacrées sont pillées, Bellum sacrilegum.

Une guerre par laquelle une partie est totalement destruicte, Internecinum bellum.

Guerre presque mise à fin, Bellum impulsum, Bellum affectum et pene confectum.

Guerre prolongée jusques à la nuict, Extractum certamen vsque ad noctem.

La guerre que font les Escumeurs de mer, Bellum piraticum.

Une guerre que noz alliez nous font: ou que les alliez font les uns contre les autres Sociale bellum.

Guerre qui donne frayeur et fait trembler de peur, Horrificum bellum.

Guerre qui dure long temps, Longinquum bellum.

Guerre sur la mer, Classicum bellum, Bellum nauale, Naumachia.

Guerre tres-difficile, Bellum difficillimum.

¶ Aller à la guerre, Ire in aciem.

Aller à la guerre au nombre des gens de pied, Merere pedibus, Facere stipendia pedibus.

Qui est long temps sans aller à la guerre, Infrequens miles.

Cette maladie m'a empesché et gardé d'aller à la guerre, Me bello subtraxit hic morbus.

Vouloir eviter d'aller à la guerre en faisant semblant d'estre fol, Militiam subterfugere simulatione insaniae.

Se tenir loing et n'aller jamais à la guerre, Abesse a bello.

Apprendre le fait de la guerre, Rem militarem discere.

Apprester et machiner la guerre, Coquere bellum.

Assopir une guerre commencée, Opprimere bellum exortum.

S'attendre d'avoir la guerre, Praesumere spe bellum.

On est en danger d'avoir la guerre par les Tarquins, Bellum imminet ab Tarquiniis.

Denoncer la guerre à aucun, Denunciare vel indicere bellum, Clarigare.

Se deporter de la guerre, Bellum deponere, Ab armis recedere, Armis abstinere.

Entreprendre la guerre et la commencer, Bellum suscipere, Capessere bellum, Bellum sumere.

Entretenir la guerre, Bellum alere.

Esmouvoir la guerre, Bellum commouere, Mouere bellum et ad bellum.

Tu as esmeu cette guerre, Huius belli tu semen fuisti.

A fin qu'on n'estime point la guerre si grand cas, Ne tanti bellum putetur.

Esteindre et appaiser une guerre, Bellum extinguere.

Qui n'est point moins à estimer en fait de guerre que son pere, Belli laude non inferior quam pater.

Estre à la guerre soubs la charge d'aucun Capitaine à la soulde d'un peuple, Roy, Empereur, ou autre, Stipendium sub aliquo facere.

Tu es cause de cette guerre, Huius belli tu semen es.

Il est ennuyé de la guerre. Cepit eum taedium belli.

Estre exempt d'aller à la guerre, Vacationem militiae habere.

Exempt d'aller à la guerre, Immunis militia.

Estre exercité à la guerre, Habere vsum belli.

Estre soy-mesme en la guerre pour garder les ennemis n'entrent, Intercludere corporibus suis aduentum inimicorum.

Faire desconfiture de gens de guerre, Cladem inferre.

Faire durer la guerre et ne vouloir point combattre à outrance, Bellum ducere.

Qui ont la charge d'aller cercher et faire eslite de gens pour mener en guerre, Conquisitores.

Faire guerre, Arma inferre, Gerere bellum, Belligerare, Moliri bellum, Conficere bellum, Capere arma, Bellare.

Faire la guerre à autruy, Cum aliquo bellum ducere, vel committere, Persequi aliquem bello, Bello cum aliquo contendere.

Faire la guerre doucement, Bellum molliter gerere.

Venir à enseignes desployées à l'encontre de son païs, et luy faire la guerre, Signa patriae inferre.

Contraindre aucun à faire la guerre, Eripere pacem alicui.

N'estre point d'opinion et d'advis de faire la guerre, Abesse a bello.

Il ne cessoit de faire la guerre, quelque hyver qu'il feist, Nec vllo tempore hyemis belli opera remittebat.

Faire chose concernant l'estat de la guerre, Praestare operam in re militari.

La guerre est finée avec les Grecs, et sont vaincuz, Debellatum est cum Graecis.

Ils eussent finé la guerre, De manibus arma cecidissent.

Quasi forger et machiner une guerre, Bellum conflare.

Lascher les gens-d'armes sur l'ennemy, In hostem emittere equites.

Commencer a lever gens de guerre, Delectum militum instituere.

Mener la guerre, Rem vel res gerere, Bellum capere, Bellum indicere, Bellare.

Cependant que Alexandre le Grand menoit la guerre en ce païs là, Alexandro magno res ibi gerente.

Qui met à fin la guerre, et gaigne l'honneur d'estre venu à chef de toute la guerre, Confector belli.

Vespasian avoit presque mis à fin la guerre avec les Juifs, Profligauerat bellum cum Iudaeis Vespasianus.

Se porter en guerre de telle sorte qu'on ne nous sçauroit reprendre, Lubrice versari in bello.

Faire laisser au Roy toutes autres choses pour penser au fait de la guerre, Auertere Regem in cogitationem belli.

La guerre desja ouverte, Bello commisso. B. ex Liuio.

Je l'ay prins en guerre, Eum bello cepi.

Prolonger la guerre, Bellum ducere.

Recommencer la guerre, et la remettre sus, Bellum instaurare, Bellum redintegrare.

Reculer ou refuser d'aller à la guerre, ou de faire autre chose, Detrectare militiam.

Renouveler la guerre, Bellum reparare.

S'accoustumer à la guerre, Assuescere bella animis.

Ils s'efforcent d'aider à cette guerre, Ex animo et opibus in id bellum incumbunt.

Se mener la guerre, et se tormenter soy-mesme, Bellum sibi indicere.

Tourner la guerre contre aucun, Bellum in aliquem intendere.

Ne se trouver point en la guerre de peur, Bello propter timiditatem deesse.

Soustenir la guerre, Praelia sustinere.

Suyvre la guerre, Militare.

Il est survenu une guerre, Obortum est bellum.

Il fut à la guerre sous la charge d'Hasdrubal, Sub Hasdrubale Imperatore meruit.

Il fut à cette guerre-la, et à la soulte, Meruit stipendia in eo bello.

Legion ayant desja suyvi la guerre huict ans, Octauo iam stipendio functa legio.

Venir à bout de la guerre, Conficere bellum.

¶ Appartenant à la guerre, Ars duellica, vel bellica.

Cheval de guerre, Bellator equus.

Compagnon de guerre, Commilito.

Compagnie de guerre, Commilitium.

Cornet de quoy mesme on usoit en la guerre, Buccina.

Une crainte de grande guerre nous menace, Impendet belli magni timor.

Deniers ordonnez pour la guerre, AErarium militare.

Veu les grands empeschemens des guerres qu'ils avoient sur les bras, Cum tantum belli in manibus esset.

Fautes et pertes qu'on reçoit en la guerre, Offensiones belli.

Les jeunes compagnons de guerre, Militaris aetas

Bande de gens de guerre, Copia, vel Copiae copiarum.

Gens de guerre ayans double portion de vivres de la munition du camp, Armaturae duplices.

Gens de guerre armez à la legiere, qui portoient fondes, pierres, et autres choses: comme aujourd'huy haquebutiers, Velites, Ferentarij.

Les gens de guerre à qui on a fait faire le serment, Sacramenta.

Homme de guerre, Bellator, Militaris homo, Miles.

Tout homme de guerre qui se part sans congé, Desertor miles.

Tout homme qui n'est point homme de guerre, Paganus.

Né aux armes et à la guerre, Bellicosus.

Qui n'est point propre à la guerre, Imbellis.

Tout instrument de guerre pour jetter loing pierres, boulets et semblables, Tormentum.

Instrument de guerre ayant forme d'un Scorpion, Scorpio.

Instrument de guerre à mettre les murs par terre, Aries, Ballista.

Un instrument de guerre ancien, pour tirer loing des dards et telles choses, Catapulta.

Instrument de guerre fait de bois, sous lequel se mettoient les gens de guerre, pour avec moins de danger approcher à rompre les murs, Vinea.

Inventeur de faire instrument de guerre, Machinator bellicorum instrumentorum.

Le lieu où sont assis les instrumens de guerre à ruer jus les murailles, Ballistarium.

Police, ou fait de guerre, Bellica disciplina.

Le soing de la guerre les fit sortir et mit aux champs, Effudit omnes studium certaminis.

A cause de la guerre il targea cinq jours, Propter rationem belli quinque dies commoratus.

Apres que par la longue guerre qu'ils avoient eu ensemble, commencerent à entendre le langage les uns des autres, Iam per longinquitatem belli, commercio sermonum facto.

Apres la guerre achevée et finée, Perpetrato bello.

Quand les gens de guerre ne se tiennent point en leur garnison, Militum vagationes.

Quand une guerre pullule, et s'espand d'un lieu en autre, au moyen du voisinage et de l'alliance, Contagio belli.

Quand les gens prins et levez pour le fait de la guerre prestoient le serment accoustumé entre les mains de leur capitaine, ou autre ayant pouvoir de le recevoir, Dicere sacramento.

Quand un homme de guerre a servi son temps, et a son congé, Emeritum stipendium.

Quand il n'est plus nulle mention de guerre, Bellum restinctum.

La guerre devient plus cruelle et plus aspre, Pugna crudescit.

Toute l'Italie est pleine de guerre. Flagrat bello tota Italia.

La guerre estant par tout allumée, Quum cuncta bello arderent.

Ce qu'un homme de guerre acquiert à l'occasion de la guerre, Castrense peculium.

Pour chasque homme de guerre, In militem.

Qui fait guerre, Belliger.

Qui ne cognoist rien au fait de la guerre, Rudis rei militaris.

Vaillant en guerre, Bellicosus.

La victoire de toute guerre est incertaine, et peut estre autant à l'un qu'a l'autre, Communis omnis belli Mars.

guerre


GUERRE, s. f. GUERRIER, IèRE, adj. et subst. [Ghê-re, ghêriè, riè-re: 1re ê ouv. et long: 2e e muet au 1er é fer. au 2d, è moy. et long au 3e, l'r se prononce fortement.] Guerre, est proprement une querelle entre deux États Souverains, qui se poursuit par la voie des armes. "Déclarer, faire, entreprendre, soutenir, allumer, entretenir la guerre, entendre la guerre, l'art de la guerre. = Il se dit, par extension des animaux. "Le loup fait la guerre aux brebis, le renard aux poules. = Fig. dans les chôses morales. "Faire la guerre à ses passions.
   Rem. On dit faire la guerre à, et avoir la guerre ou être en guerre avec. * Boileau avait dit dabord.
   L'ours fait-il dans les bois la guerre avec les ours?
Mais La Fontaine, Racine, et autres amis du Poète remarquèrent qu'on ne dit pas faire la guerre avec, mais à quelqu'un. Il côrrigea dans la suite ce vers, et mit:
   L'ours a-t'il dans les bois la guerre avec les ours?
Dans la 1re Satire, il dit avoir guerre avec, sans article.
   Quitons donc pour jamais une ville importune.
   Où l'honeur a toujours guerre avec la fortune.
L'Acad. met aussi avoir guerre, peut-être d'après Boileau. Mais je doute que cette expression soit de l'usage actuel.
   Être en guerre, se dit, au propre, des Peuples, des Puissances. "C'est un principe constant que la prescription ne peut courir entre les sujets de deux Couronnes, qui sont actuellement en guerre. Cochin. — Au fig. on le dit des particuliers. "Ils sont toujours en guerre.
   On dit porter la guerre, et non pas mettre la guerre dans, comme dit Vertot. "Pompée avoit mis (porté) la guerre dans les trois parties du monde.
   Ce mot entre dans plusieurs locutions proverbiales. On dit: à la guerre comme à la guerre, dans des ocasions, où l'on n'a pas toutes ses comodités. = Faire la guerre, ou la petite guerre à quelqu'un de.. Le plaisanter amicalement. "Il lui en fit la guerre. = Y aler de bone guerre, sérieusement. "Ne seroit-on pas tenté de croire que M. dit vrai, et qu'il y va de bone guerre? = Faire la guerre à l'oeil, épier tout ce qui se pâsse, pour en tirer avantage. "Il se dit au propre et au figuré. "M. de Turenne savoit faire ce qu'on apelle la guerre à l'oeil. D'Avr. "Je me défie de cet homme: faites la guerre à l'oeil. = Aler à la petite guerre, aler butiner chez l'énemi. — Cela est ou n'est pas de bonne guerre, est conforme ou oposé à la bonne foi, à l'honêteté, à l'équité, etc. = En guerre et en marchandise, bon, propre à tout; au poil et à la plume. "Il se vante de l'avoir vu en guerre et en marchandise. Sév. c. à. d. dans toutes sortes d'ocasions à aprécier son mérite. = Moitié guerre, moitié marchandise, moitié de gré, moitié de force.
   GUERRIER, 1°. qui apartient à la guerre. Peuple guerrier, Nation guerrière. "Exploits guerriers, actions guerrières. = 2°. Qui est propre à la guerre. "Courage guerrier, humeur guerrière; il a l'air guerrier, la mine guerrière. = Subst. "Un grand guerrier; les plus fameux guerriers. = Et en parlant des Amazones; "La vaillante guerrière.
   REM. Guerrier, au fém. peut précéder quelquefois le subst.
   Vous, chez qui la guerrière audace
   Tient lieu de toutes les vertus.
"Ces deux rivales et guerrières Nations. Hist. des Stuarts. Là, guerrière ne précède pas élégamment, et c'est un anglicisme.

Synonymes et Contraires

guerre

nom féminin guerre
1.  Lutte armée entre États.
affrontement, conflagration, conflit, conflit armé, hostilités, offensive -familier: casse-pipe -littéraire: feu.
2.  Lutte entre des personnes.
Traductions

guerre

Kriegwar, warfareoorlog, krijg, oorlogvoeringלוחמה (נ), לחימה (נ), מלחמה (נ), מערכה (נ), מִלְחָמָה, לְחִימָה, לָחְמָה, מלחמהoorlogحرب, حَرْبválkakrigπόλεμοςmilitoguerrasõdasotaháborúófriðurguerra戦争전쟁bellumkrigwojnaguerraвойнаvojnavojnakrigvitasavaş战争ratสงครามchiến tranhвойна戰爭 (gɛʀ)
nom féminin
1. lutte armée entre deux groupes être en guerre des prisonniers de guerre
lutte armée entre des personnes d'un même pays
2. lutter pour changer la conduite de qqn Elle lui fait la guerre pour qu'il arrête de fumer.

guerre

[gɛʀ] nf
(= conflit) → war
faire la guerre à → to wage war on
en guerre → at war
guerre atomique → atomic warfare no pl
guerre de tranchées → trench warfare no pl
guerre bactériologique → germ warfare
guerre chimique → chemical warfare
(autres locutions) de guerre lasse → tired of fighting, tired of resisting
de bonne guerre → fair and square
guerre civile nfcivil war
guerre d'usure nfwar of attrition
guerre froide nfcold war
guerre mondiale nfworld war
la seconde guerre mondiale → the Second World War
guerre sainte nfholy war