guilleret, ette

GUILLERET, ETTE

(ghi-lle-rè, rè-t', ll mouillées, et non ghi-ye-rè ; quelques-uns disent ghil-lerè, sans mouiller ll, à tort) adj.
Qui a une pointe de gaieté. Elle est tout à fait guillerette.
Adieu, grand prince, adieu ; tenez-vous guilleret [MOL., Bouts rimés.]
Fig. Un habit guilleret, trop léger pour la saison. Ouvrage guilleret, ouvrage peu solide.
Un peu libre. Un conte guilleret.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il a l'œil triste, l'œil riant, guilleret, friant, et autres de telle marque [PASQUIER, Œuvres mêlées, p. 258, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. Guilleret est-il formé du guilleri, du chant du moineau ? ou bien faut-il voir un dérivé de guille qui se dit dans quelques localités d'une pointe ? Génevois, guilleret, sommet ; être à la guillerette ou être en guillerette, se dit à Genève d'un objet mis dans une position où il risque de tomber.