hérisser

(Mot repris de hérisseraient)

*hérisser

v.t. [ du lat. ericius, hérisson ]
1. En parlant d'un animal, dresser son poil ou ses plumes : Le chat, effrayé, hérisse les poils de son dos.
2. Faire dresser les cheveux, les poils, les plumes : Le vent hérisse ses cheveux ébouriffer ; aplatir, plaquer
3. Dresser des obstacles ; garnir d'objets saillants, menaçants, dangereux : Les manifestants ont hérissé des barricades. Hérisser un mur de pointes.
4. Remplir de choses difficiles, désagréables : Des embûches ont hérissé son ascension professionnelle. Un texte hérissé de difficultés.
5. Mettre de mauvaise humeur ou en colère : La moindre contradiction le hérisse exaspérer, horripiler

se *hérisser

v.pr.
1. En parlant des poils, des cheveux, des plumes, devenir droits et raides ; se dresser : Ses poils se sont hérissés sous l'effet de la peur.
2. Fig. Réagir en se crispant ; s'irriter : Elle s'est hérissée devant cette hypocrisie manifeste se cabrer, s'emporter, s'indigner

hérisser

('eʀise)
verbe transitif
1. poils, plumes mettre droit, dresser Le chat a hérissé ses poils quand je suis passée devant lui.
2. cheveux, poils faire dresser, ébouriffer Le froid hérisse ses poils.
3. figuré mettre de mauvaise humeur Ses manies me hérissent.

HÉRISSER

(hé-ri-sé) v. a.
Dresser, en parlant du poil, des plumes ou des cheveux.
J'ai donc vu ce sanglier qui, par nos gens chassé, Avait d'un air affreux tout son poil hérissé [MOL., Princ. d'Él. I, 2]
Comme un coursier indompté hérisse ses crins [J. J. ROUSS., Orig. 2]
Inventer ... Ce n'est pas sur le front d'une nymphe brillante Hérisser d'un lion la crinière sanglante [A. CHÉN., Invention.]
Par extension, il se dit de choses aiguës, saillantes, dressées, qui couvrent, qui garnissent. Des roches aiguës hérissent les flancs de la montagne.
Le chardon importun hérissa les guérets [BOILEAU, Épît. III]
Parmi les forêts Qui des monts de l'Arven hérissent les sommets [DUCIS, Oscar, II, 2]
Hérisser de garnir de choses considérées comme aiguës, pointues. Hérisser de pieux un bastion.
Il [l'hiver] hérisse les monts de hautes pyramides [ROUCHER, les Mois.]
Fig. Hérisser son style de termes nouveaux.
La prose la [la pointe] reçut aussi bien que les vers ; L'avocat au palais en hérissa son style [BOILEAU, Art p. II]
Terme de construction, voy. HÉRISSONNER.
V. n. Devenir hérissé.
Les cheveux lui hérissèrent à la tête [, Dict. de l'Acad.]
Se hérisser, v. réfl. Dresser son poil, ses plumes. Ce coq est furieux, il se hérisse.
Un mâtin qui connaît ses forces se hérisse, s'indigne, l'attaque avec courage [le loup], tâche de le mettre en fuite, et fait tous ses efforts pour se délivrer d'une présence qui lui est odieuse [BUFF., Quadrup. t. II, p, 188]
Il se dit des cheveux, du poil, des plumes qui se dressent.
Des coursiers attentifs le crin s'est hérissé [RAC., Phèdre, V, 6]
Vous baissez vos regards, vos cheveux se hérissent [VOLT., Orph. I, 5]
Fig. Se fâcher, se montrer opposé à.
Mlle de Rambouillet et Mlle Paulet s'en hérissèrent toutes et en rugirent horriblement, et proposèrent à l'heure même d'aller piller notre logis [VOIT., Œuvres, t. II, p. 225]
Chamillart en parla [du mariage de son fils] à Mme de Maintenon, qui d'abord se hérissa et qui en éloigna le roi [SAINT-SIMON, 190, 45]
Vous sentez que je veux faire de Mme d'Argenton le bouc émissaire de l'ancienne loi, et vous, vous vous en hérissez comme d'une proposition qui vous flétrirait [ID., 252, 128]
Devenir couvert de choses aiguës. Ces champs incultes se hérissent d'épines. Les troupes arrivèrent et les rues se hérissèrent de baïonnettes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    [Je] Ne vuel pas sembler le gaignon [chien] Qui se herice et se reguingne, Quant autres gaingnons le rechingne [CRESTIEN DE TROIES, Chev. au lyon, v. 644]
  • XIIIe s.
    Tuit furent en grant tenebror ; Morir cuident tuit li plusor, Quar la tourmente fu moult fort ; Et du dromont [sorte de navire] croissent [font du bruit] li bord ; Li vent herice et la mer poudre, [, Blanchandin, f° 186, dans LACURNE]
    Car nus [nul] sengler tot hericiés, Quant des chiens est bien aticiés, N'est si crueus... [, la Rose, 9825]
    Les denz a [Ysengrin] un poi plus agues Que Renart et plus esmolues ; Contre Renart moult se herice [, Ren. 1497]
    Quant j'oy parler de si lait vice. Par foi toz li cuers m'en herice De duel et d'ire, Si fort que je ne sai que dire [RUTEB., 198]
  • XIVe s.
    Quant vous fustes endormy, les cheveulx me commencerent à herisser [, Ménagier, I, 6]
  • XVIe s.
    Nous ne commandons pas à nos cheveux de se herisser [MONT., I, 97]
    Au malheur, mon courage se herisse, au lieu de s'applatir [ID., IV, 67]
    Quelque pierre espineuse et herissée qui te poinct et escorche cruellement le col de la verge [ID., IV, 271]
    On eust dit, à voir le bataillon des Lacedemoniens, que ce n'estoit qu'un corps, comme de quelque beste courageuse qui se herissoit et se preparoit pour combatre [AMYOT, Arist. 42]
    Si nous oyons crier de nuict quelque chouan, Nous herissons d'esfroy.... [RONS., 815]
    [La prètresse] herissant sa chevelure [DU BELLAY, III, 78, recto.]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. HÉRISSON ; provenç. erissar, hirissar ; espagn. erisar ; portug. erriçar ; ital. arriciare.

hérisser

HÉRISSER. (H est aspirée.) v. tr. Dresser ses cheveux, ses poils, ses plumes, en parlant de l'Homme et des animaux. D'horreur, ses cheveux se hérissèrent. Le lion hérisse sa crinière quand il est irrité. Ce coq hérisse les plumes de son cou.

Il se dit également en parlant des Cheveux, du poil, des plumes qui se dressent. Cheveux hérissés. Poil hérissé.

SE HÉRISSER signifie Dresser ses cheveux, son poil, ses plumes. Ce sanglier, ce coq est furieux, il se hérisse. Cet oiseau est irrité, les plumes de son cou se hérissent.

Figurément, il se dit d'une Personne dont la susceptibilité est facilement irritable. Il se hérisse à tout propos. Adjectivement, Quel homme hérissé! On ne sait par où le prendre.

HÉRISSER, transitif, signifie, par analogie, Garnir une surface de choses en saillie, de pointes. On hérisse ce retranchement de pieux. Un bataillon hérissé de piques. Un pays hérissé de montagnes. Fig., Hérisser son style de pointes. Une science, une affaire hérissée de difficultés. Un pédant hérissé de grec et de latin, Qui cite à tout propos du grec et du latin. En termes de Botanique, Tige hérissée, Tige recouverte de poils rudes et apparents.

Il se dit aussi des Saillants, des pointes. Les piquants qui hérissent la tige du rosier. Les épines, les buissons qui hérissent le bord d'un sentier. Les rochers qui hérissent les flancs d'une montagne.

HÉRISSER, intransitif, ou SE HÉRISSER se dit en parlant des Cheveux, du poil, des plumes. Les cheveux lui hérissent de peur. Le poil des sangliers se hérisse quand ils sont irrités.

herisser

Herisser son poil, id est, dresser.

Synonymes et Contraires

hérisser

verbe hérisser
1.  Remplir d'obstacles.
2.  Mettre de mauvaise humeur.

hérisser (se)

verbe pronominal hérisser (se)
Traductions

hérisser

סימר (פיעל), סִמֵּר

hérisser

excitar

hérisser

oprøre

hérisser

eksciti, hirtigi, kolerigi

hérisser

excitar

hérisser

ärsyttää

hérisser

rozgniewać

hérisser

excita

hérisser

uppreta

hérisser

[ˈeʀise] vt
(= excéder) → to ruffle
[animal] [+ poils] → to make stand on end; [+ plumes] → to fluff up [ˈeʀise] vpr/vi
[animal] → to bristle; [poils] → to stand on end
(= se couvrir de) se hérisser de [+ pointes, piquants] → to bristle with