hêtre

*hêtre

n.m. [ du frq. haistr ]
1. Arbre à écorce lisse, à bois blanc, ferme et flexible, dont les fruits sont les faines.
2. Bois de cet arbre, utilisé en menuiserie.

HÊTRE

(hê-tr') s. m.
Grand arbre de la famille des amentacées, qui porte un fruit appelé faine, fagus sylvatica, L.
Et, dans mon cabinet assis au pied des hêtres, Faire dire aux échos des sottises champêtres [BOILEAU, Sat. IX]
Étendu, cher Tityre, à l'abri de ce hêtre, Tu médites des airs sur ta flûte champêtre [TISSOT, Trad. des bucol. de Virg. I]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Desous un haistre rameit [garni de rameaux], Ai un doulc cant escouteit De gentille pastorelle [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 559]
  • XVIe s.
    Les pins, sapins, hestres ou fousteaux dits aussi faux, et les charmes, sont arbres de montagne froide [O. DE SERRES, 787]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, hèse ; du flamand heester, hester, arbrisseau ; bas allem. hester, jeune hêtre ; allem. Heister, jeune arbre de bosquet.

hêtre

HÊTRE. (H est aspirée.) n. m. Grand arbre de la famille des Amentacées, dont l'écorce est lisse et qui porte une sorte de fruit appelé Faîne. Bois de hêtre. Bûches de hêtre. À l'ombre des hêtres. Sous un hêtre touffu. Le hêtre sert à divers ouvrages de menuiserie.

hêtre


HêTRE, s. m. [l'h s'aspire: le hêtre et non pas l'hêtre: 1re ê ouv. et long: 2e e muet.] Grand arbre, qui porte un fruit qu'on apèle faîne. "Bois de hêtre. "À~ l'ombre des hêtres. [Pron. dè-être, et non pas dè-zêtre.]

Traductions

hêtre

Buche, buchen, Rotbuchebeech, beech treebeuk, beuk(enboom), beukenhout, beukenboombeukfaigbukbøg, bøgetræοξιά, οξυάfagohayarâch راشpyökkibeyki, beykitréfaggiofagusbøkbukfaia, fagofagбукbokkayın, kayın ağacıشَجَرَةُ الزَّانbukvaブナ너도밤나무ต้นบีชcây sồi山毛榉Букאשור (ˈɛtʀ)
nom masculin
grand arbre des forêts

hêtre

[ˈɛtʀ] nmbeech