haï, ïe

HAÏ, ÏE1

(ha-i, ie) part. passé de haïr
Qui est en butte à la haine.
Qui vit haï de tous ne saurait longtemps vivre [CORN., Cinna, I, 2]
Il vaut mieux être invité avec affection à manger des herbes, qu'à manger le veau gras lorsqu'on est haï [SACI, Bib. Prov. de Sal. XV, 17]
Je l'avouerai, mon cœur ne veut rien qu'ardemment ; Je me croirais haï d'être aimé faiblement [VOLT., Zaïre, I, 2]
Ses peuples [de la Prusse] accoururent sur notre passage pour contempler nos blessures.... il fallut repaître leurs avides regards de nos misères, et, traînant notre infortune au travers de leur odieuse joie, marcher sous l'insupportable poids d'un malheur haï [SÉGUR, Hist. de Nap. XII, 5]