habillé, ée

HABILLÉ, ÉE

(a-bi-llé, llée, ll mouillées) part. passé d'habiller
Qui est couvert d'un vêtement.
Une demoiselle habillée moitié ville, moitié campagne [SCARR., Rom. com. I, 1]
Hé ! laissez-moi faire ; nous ne sommes pas si sots que nous sommes mal habillés ; il me croit plus niais que je ne suis [HAUTEROCHE, Crispin médecin, I, 9]
Fig.
....la plupart des gens sont habillés en sots [RÉGNIER, Sat. IV]
Substantivement.
Cette épée sanglante avec laquelle on vous a saisi, dit l'habillé de noir, est un article fâcheux [MARIVAUX, Pays. parv. 3e part.]
Fig. et populairement. Un habillé de soie, un porc.
Familièrement. Un habit habillé, un habit de cérémonie, de grande toilette.
....il [Millin] arrive n'ayant que trois habits habillés.... M. Millin projette d'aller jusqu'en Calabre, pays où l'on n'a jamais vu d'habits habillés ; à peine y habille-t-on les hommes [P. L. COUR., Lett. II, 67]
De fort honnêtes gens ont cru honorer Hérodote, en nous le présentant sous les livrées de la cour, en habit habillé [ID., Trad. d'Hérod. Préface]
Cartes habillées, celles dont les traits sont couverts par des enluminures.
Terme de blason. Se dit des figures humaines couvertes de leurs habits. Se dit aussi d'un navire qui a ses voiles et ses agrès.