haie

*haie

[ ɛ] n.f. [ du frq. ]
1. Clôture faite d'arbustes alignés et qui marque la limite entre deux terrains.
2. Barrière que les chevaux, les athlètes doivent franchir : Course de haies (par opp. à course de plat). La championne du 100 mètres haies.
3. Rangée de personnes alignées pour créer un obstacle le long d'une voie ou pour faire honneur à qqn : Une haie de gendarmes cordon, rang

HAIE1

(hê) s. f.
Clôture faite d'arbres ou d'arbustes ou d'épines entrelacées, et destinée à protéger ou à limiter un champ, un jardin. Couper une haie.
Les haies de citronnier épaisses et tirées au cordeau, plus importantes et moins pénétrables que les clôtures de nos champs ; c'est là ce qui fait la plus grande différence de perspective, entre les campagnes de l'Amérique et celles de l'Europe [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 49]
Fig.
Si elle mit une garde de prudence sur ses lèvres pour les fermer à la médisance, elle mit aussi, selon le conseil du sage, une haie d'épines autour de ses oreilles pour arrêter et pour piquer les médisants [FLÉCHIER, Dauphine.]
Haie vive, haie formée d'arbustes épineux en pleine végétation. Haie sèche ou haie morte, haie faite avec des branches de bois mort ou des morceaux de bois fendu. Terme de sport. Course de haies, course de chevaux où il faut franchir des haies. Fig. Trouver quelqu'un entre la haie et le blé, le trouver dans un endroit peu fréquenté. Anciennement, chasse à la haie, procédé de chasse dans lequel, formant entre des haies une voie qui conduisait à des filets, on forçait le gibier à l'aide de batteurs à s'engager entre ces haies.
Fig. Ce qui fait un obstacle comparé à une haie.
L'inégalité du terrain, et la grande étendue du front de la bataille, ne permettant pas à l'ennemi de continuer partout cette haie de boucliers et de piques [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 129, dans POUGENS]
Ses frontières ne furent plus qu'une haie de places fortes [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 58]
Fig. File de personnes ou de soldats, rangés comme l'est une haie.
Entre deux haies de troupes victorieuses [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Il est en haie quand ils [les ambassadeurs] reviennent de leur audience [LA BRUY., VII]
Apparemment que mon histoire avait éclaté dans la maison ; car j'y trouvai tous les domestiques assemblés qui me reçurent en haie sur l'escalier [MARIVAUX, Pays. parv. 3e part.]
En sorte que Sémiramis éperdue et l'ombre de Ninus sortant du tombeau étaient obligées de traverser une épaisse haie de petits maîtres [MARMONTEL, Mém. IV]
Border la haie et aussi former ou faire la haie, être rangé en haie, en parlant de troupes qui forment une longue ligne d'un seul côté ou de deux côtés sur le passage d'un personnage important, d'un cortége, etc. Quand le prince passe, les troupes bordent la haie.
Corvée qui consistait à réparer les haies du seigneur.
La disposition donnée aux briques qu'on veut faire sécher.
Terme de marine. Long banc d'écueil. Une haie de rochers.

PROVERBE

    Plus la haie est basse, plus on y passe, c'est-à-dire une humeur trop facile encourage les gens malintentionnés.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    En de sa li heughes [les haies] des fossés tout entour là ù li castiaus [château] fu jadis.... [TAILLIAR, Recueil, p. 114]
    Les Sarrazins ont tant trait de leurs pyles [javelots] que il a aussi comme une grant haye qui vient ardant [brûlant] vers nostre chastel [JOINV., 223]
  • XIVe s.
    Pourra la comtesse de Roucy haier et faire haies pour la chasse desdits bois [PEIGNÉ DE LA COURT, Chasse à la haie, p. 15]
  • XVe s.
    Comme il et ses gens chevauchoient entre haies et buissons [FROISS., II, II, 235]
  • XVIe s.
    Les hayes d'Allemaigne [sorte de danse], frisques, Passe pieds, bransles, tourdions [MAROT, I, 189]
    On luy dressoit des sentiers au travers des hayes de leurs bois [MONT., I, 247]
    On est surprins entre la haie et le fossé ; il fault tenter fortune.... [ID., III, 16]
    L'esquadron ne pourra au plus renverser que quinze ou seize chevaux de la troupe qui est en haye [LANOUE, 288]
    Il n'y avoit ni haye ni buisson qui donnast empeschement [ID., 569]
    Tout le monde estoit logé à l'estoille, et campoit à la haye, à faulte de trouver villaiges [CARLOIX, IV, 25]
    Par le moien d'une haie morte faite auprès de la vifve, on preservera les aubespins de la morsure des bestes [O. DE SERRES, 743]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, hâie ; bas-lat. haia, haga, de l'anc. h. allem. haga, haie ; allem. Hag ; angl. hedge ; flamand, haeghe. Ce mot n'a pas pénétré dans les autres langues romanes.

HAIE2

(hê) s. f.
Terme de laboureur. Synonyme d'age, c'est-à-dire la pièce de bois arrondie qui reçoit l'attelage à son bout et les étançons soutenant le sep.

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. haia carrucae, haie de charrette, ainsi dit par une assimilation quelconque, dans la charrette, avec la haie d'un champ. Au mot age il a été fait sur l'étymologie une conjecture qu'il faut remplacer par celle-ci plus probable : age peut être une altération, aussi bien pour la forme que pour le sens, du bas-lat. haga, haie ; haie, ayant le sens de age, montre un rapport entre ces deux mots.

HAIE3

(ha-ye !) interj.
Exprime la douleur physique. Un enfant à qui on tire les cheveux dit haie ! haie ! Elle exprime aussi le chagrin.
Célie : Avoir ainsi traité Et la même innocence et la même bonté ! - Sganarelle : Haie ! [MOL., Sgan. 16]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    HAIE. Ajoutez :
    Terme de turf. Un des obstacles usités dans les courses d'obstacles.

haie

HAIE. (H est aspirée.) n. f. Clôture faite d'arbustes taillés, ou seulement de branchages entrelacés. Une haie fort épaisse. Le long de la haie. Au travers de la haie. Derrière la haie.

Haie vive, Haie formée d'arbustes, ordinairement épineux, qui ont pris racine et qui sont en pleine végétation, par opposition à Haie morte ou sèche, Celle qui est formée d'épines ou d'autres bois morts entrelacés.

Course de haies, Course de chevaux où il faut franchir des haies naturelles ou factices.

Il se dit figurément d'Une ou de plusieurs files de personnes qui marchent ou sont postées, rangées quelque part pour une cérémonie. Le cortège funèbre s'avançait entre deux épaisses haies de spectateurs. Former la haie. Faire la haie. Rompre la haie.

En termes d'Agriculture, il se dit d'une Pièce de bois arrondie qui règne tout le long de la charrue et qu'on nomme aussi FLÈCHE.

haïe

HAÏE. (H est aspirée.) Interj. Un des cris que font les charretiers pour animer leurs chevaux. Haïe, haïe.

haie

Haie, voyez Haye.

haie


HAIE, s. fém. [, monos. long: l'h s'aspire: la haie, et non pas l'haie.] Clotûre d'un champ, faite de ronces, d'épines, d'arbustes épineux, etc. Le long de la haie, derrière la haie. = Figurément, se mettre; se ranger; être en haie, ou des deux côtés, ou d'un seul, en ligne droite; comme font les soldats, quand quelqu'un de leurs Oficiers, quelque Prince, etc. pâsse. On dit dans le même sens, border la haie.

Synonymes et Contraires

haie

nom féminin haie
Rangée de personnes.
Traductions

haie

hedge, hurdle, hedgerowheg, haag, steg, belemmering, hindernis, kordon, rij, hordeהגדרה (נ), רף (ז)seto, 110 metros vallas, hileraφράχτης, θαμνοφράκτηςsiepe, frattaسِيَّاجٌ مِنَ الشُجَيراتِživý plothækHeckepensasaitaživica垣根생울타리hekkżywopłotcerca viva, sebeживая изгородьhäckแนวพุ่มไม้çithàng rào树篱хедж對沖 (ˈɛ)
nom féminin
1. ensemble d'arbustes alignés tailler une haie
2. rangée de personnes former une haie d'honneur

haie

[ˈɛ] nf
[arbustes] → hedge
(fig) (= rang) → line, row
(SPORT)hurdle
200 m haies → 200 m hurdles
haie d'honneur nfguard of honour (Grande-Bretagne), guard of honor (USA)
former une haie d'honneur → to form a guard of honour