haineux, euse


Recherches associées à haineux, euse: aigri, fielleux, negociable

HAINEUX, EUSE

(hê-neû, neû-z') adj.
Qui est naturellement porté à la haine. Une âme haineuse.
Haineux comme un faux dévot, dès qu'on vous résiste [ST-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. IV, p. 358, dans POUGENS]
M. de Saint-Yves est un homme violent, impétueux, haineux, imprudent et inconsidéré [GENLIS, Théât. d'éduc. le Magistrat, I, 7]
Substantivement.
Et si tout au rebours nos haineux nous en piquent [RÉGNIER, Sat. V]
Voilà.... la véritable raison qui m'empêchera de jamais me retirer à Genève ; un seul haineux empoisonnerait tout le plaisir d'y trouver quelques amis [J. J. ROUSS., Lett. à Moultou, 25 avr. 1762]
Qui a le caractère de la haine.
Corinne, en lisant cette lettre, fut offensée des préjugés haineux qu'Oswald exprimait contre sa nation [STAËL, Corinne, VI, 3]

REMARQUE

  • 1. De Caillières, 1690, dit que haineux est un mot nouveau et du bel usage. C'est une erreur, quant à la nouveauté ; l'historique en fait foi.
  • 2. On lit dans Desportes, poëte du XVIe siècle : Vous serez par les dieux en astre transformée, Haineux, rouge de sang.... Sur quoi Malherbe remarque : " Que veut dire un astre haineux ? car haineux ne se dit point simplement, mais mon haineux, son haineux, etc. " Comment. sur Desportes, Œuvres, t. IV, p. 341. Malherbe se trompe et ne constate qu'un emploi très particulier ; haineux s'est dit comme adjectif dans tout le cours de la langue.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Amors ce est paix haïneuse, Amors est haïne amoreuse [, la Rose, 4307]
    Serganterie de penre [prendre] autrui biens por fere detes paier est un offices haineus [BEAUMANOIR, LIV]
    Li aucun sunt si haineux et si felon qu'il vourroient bien fere damace à eus meismes por fere damace à autrui [ID., XXXVIII, 10]
  • XIVe s.
    Une chose est haineuse à un home et delettable à un autre [ORESME, Eth. 137]
  • XVe s.
    François Acreman fut grandement blasmé, et par especial du seigneur de Harselles, et tant que François s'en courrouça au chevalier, et en prit paroles dures et haineuses [FROISS., II, II, 221]
    Petis enfans fait doubteus doctriner ; Car doctrine leur est trop haïneuse [E. DESCH., Femme et enfans.]
  • XVIe s.
    ....Qui de tous maus seul la souslagera, De ses hai neux aussi la vengera [MAROT, I, 300]
    Pour toy je suis aux libyques provinces Faite hayneuse, et aux nomades princes [DU BELLAY, IV, 15, recto.]
    D'un haineux estranger l'envieuse malice Exerce contre luy son courage odieux [ID., VI, 16, recto.]
    Puis de haineux devenus bons amis... [RONS., 648]

ÉTYMOLOGIE

  • Haine, avec le suffixe eux. On trouve dans les anciens textes haineur, celui qui hait (haine, avec le suffixe eur).