hallier

(Mot repris de halliers)

*hallier

n.m. [ mot d'orig. germ. ]
Buisson touffu où se réfugie le gibier.

HALLIER1

(ha-lié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les ha-lié-z aux halles) s. m.
Celui qui garde les marchandises déposées dans une halle.
Marchand qui étale aux halles.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se il se comportoit qu'il i eust estal vuit, qu'il ne fust à cens ou à louage, li halier porroient les choses au comporteeur metre à estal [, Liv. des mét. 186]

ÉTYMOLOGIE

  • Halle.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. HALLIER. Ajoutez :
    Dans une tuilerie, ouvrier qui range et garde les tuiles dans un endroit spécial.
    La fabrication des tuiles et briques dans les tuileries de Bourgogne comporte, dans ses diverses phases, l'emploi d'un certain nombre d'ouvriers, ayant tous un emploi distinct, savoir : un casseur, un marcheur, un mouleur, des porteurs et un hallier [, Gaz. des Trib. 6 mars 1876, p. 227, 2e col.]

HALLIER2

(ha-lié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des ha-lié-z épais) s. m.
Réunion de buissons fort épais.
Ils ne pourront manier leurs piques parmi des halliers et des troncs d'arbres [PERROT D'ABLANCOURT, Tacite, Ann. liv. II, dans RICHELET]
Les halliers, c'est-à-dire les lieux anciennement défrichés et qui ne sont couverts que de petites broussailles [BUFF., Ois. t. VIII, p. 297]
J'ai vu le Gaulois devenu sénateur embarrasser sa toge romaine dans les halliers de ses bois [CHATEAUB., Mart. IX]
Terme de chasse. Filet dit aussi tramail que l'on tend perpendiculairement pour que le gibier donne dedans.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    À cause des bois, halliers et grosses houssieres qui nous couvroient au sortir de la ville [CARLOIX, V, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Normand, hasier ; picard, hallo ; anc. franç. halot, branche, arbre en buisson (XIVe s. La moitié de tous les aunois, sauchois, halos, prez et rentes, DU CANGE, halotus). Ce mot a été rattaché au bas-latin hallus ou halla, branche : aut de ramis aut de hallis super cooperuerit, Lex Sal. XLI, 4 ; mais on a rejeté cette étymologie parce que hallis était une leçon douteuse, et que la plupart des manuscrits portaient callis, pierres ; ce qui a induit Diez à proposer le bas-latin hasla, branche, qui est dans la Loi des Ripuaires : in hasla hoc est ramo. Le normand hasier vient en confirmation de l'opinion de Diez.

hallier

HALLIER. (H est aspirée.) n. m. Réunion de buissons où se retire le gibier, bien couvert de broussailles. Un hallier épais.

hallier


HALLIER, s. m. [l'h s'aspire: ha-lié: 2e é fer.] Buisson fort épais. "Parmi, à travers les halliers.

Synonymes et Contraires

hallier

nom masculin hallier
Gros buisson touffu.