happe

HAPPE

(ha-p') s. f.
Demi-cercle de fer qu'on met au bout des essieux de carrosses pour empêcher que la roue ne les use à force de tourner.
Crampon qui sert à lier les pièces de bois, les pierres, etc.
Anse mise à chaque côté d'une chaudière.
Outil du luthier pour tenir les pièces qu'il travaille ou assemble. Tenaille dont le fondeur se sert pour retirer le creuset du feu. Cheville placée au timon de la charrue pour arrêter la chaîne qui joint celle-ci aux roues.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li cinq cens de hapes doivent obole de rivage [, Liv. des mét. 304]
  • XVIe s.
    Les petits fagots taillés à la happe [sorte de serpe] [, Nouv. coust. gén. t. II, p. 149]

ÉTYMOLOGIE

  • Anc. haut allem. happa, faucille. Happe, au sens de serpe, vient de happa. Quant à happe, au sens de crampon, de demi-cercle, il vient probablement du même mot, à cause de la forme en croissant ; mais il peut venir aussi de happer.

happe

HAPPE. (H est aspirée.) n. f. T. d'Arts. Demi-cercle de fer dont on garnit un essieu pour le conserver.

Il se dit aussi d'une Espèce de crampon qui attache et lie deux pièces de bois, deux pierres, etc. Les pierres de ce pont sont liées avec des happes.

happe

Happe, f. penac. Est une platine de fer longue d'un demi pied, et large d'un dour, courbée en demi cercle, laquelle est clouée au bout de l'essieu de la rouë avec clous de happe, pour le conserver qu'il ne soit rongé et usé du tourner du moyeu de la rouë.

Traductions

happe

Achsenblech, Fensterriegel, Krampe, Türriegel