harangue

*harangue

n.f. [ du frq. hring, cercle, assemblée ]
1. Discours solennel prononcé devant une assemblée, une foule.
2. Discours pompeux, ennuyeux ou moralisateur ; sermon.

harangue

('aʀɑ̃g)
nom féminin
discours solennel prononcé devant un public prononcer une harangue

HARANGUE

(ha-ran-gh') s. f.
Discours fait à une assemblée, à un prince ou à quelque autre personne élevée en dignité.
Le député vint donc et fit cette harangue : Romains, et vous, sénat, assis pour m'écouter [LA FONT., Fabl. XI, 7]
Le coadjuteur a fait la plus belle harangue qu'il est possible [SÉV., 207]
Il est des personnes qui blâment en général dans l'histoire les harangues, surtout celles qui sont directes, j'ai répondu ailleurs à cette objection [ROLLIN, Hist. anc. t. XII, liv. 25, ch. 2, art. 1, § 2e.]
Pour préférer les harangues de Démosthène à celles de Cicéron, il me semble qu'il faudrait presque avoir autant de solidité, de force et d'élévation d'esprit, qu'il en fallut à Démosthène pour les composer [ID., Trait. des Ét. IV, 1, p. 394]
Notre temps nous est cher, courte harangue aux grands [DANCOURT, Sancho Pança, II, 3]
Si vous voulez juger du caractère de l'esprit de Grotius, lisez sa harangue à la reine Anne d'Autriche sur sa grossesse ; il la compare à la juive Anne qui eut des enfants étant vieille [VOLT., Lett. Linguet, 15 mars 1767]
Les harangues sont une autre espèce de mensonge oratoire que les historiens se sont permis autrefois ; on faisait dire à ses héros ce qu'ils auraient pu dire [ID., Russie, Préface, § 7]
Par extension, un discours quelconque.
Il ne me reste que la langue Pour vous faire cette harangue [RÉGNIER, Épît. III]
Je ne vous ferai point de harangue importune [CORN., D. Sanch. I, 3]
Eh ! mon ami, tire-moi du danger ; Tu feras après ta harangue [LA FONT., Fabl. I, 19]
....Notre époux Fit cette harangue à la belle [ID., Pet. chien.]
Familièrement. Discours ennuyeux, longue remontrance. Quand aura-t-il fini sa harangue ? Voy. à DISCOURS, où la synonymie est exposée.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Et par si bel ordre, si notable arenge, l'ot dit que tous en furent esmerveilliez [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, 43]
  • XVIe s.
    Une piteuse et lamentable harangue [MAROT, I, 310]
    Ainsi pour vray, que mon cueur et ma langue Disoient d'accord si piteuse harengue [ID., III, 278]
    Le tiers estat donna charge à Versoris [leur orateur] d'ajouster quatre points à son harangue [D'AUB., Hist. III, 246]
    Son ministre l'advertit de faire un mot de harangue : à gens de bien courte harangue, dist le bon homme.... [ID., ib. I, 309]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. arengua ; espagn. et portug arenga ; ital. aringa, harangue, aringo, lieu où l'on harangue ; de l'anc. h. allem. hring, cercle, assemblée ; allem. mod. Ring, cercle, anneau. Les étymologistes rattachent hring au latin circus, au terme grec signifiant cercle, en sanscrit çakra, roue.

harangue

HARANGUE. (H est aspirée.) n. f. Discours fait à une assemblée, à un prince ou à quelque autre personne élevée en dignité. Prononcer une harangue. Harangue séditieuse. La tribune aux harangues.

Il se dit quelquefois, familièrement, d'un Discours ennuyeux, d'une longue remontrance. Il leur a fait une longue harangue là- dessus. Il s'est engagé dans une interminable harangue.

harangue

Harangue, Oratio ad populum.

L'oraison et harangue de celuy qui parle à l'assemblée, Concio.

Propos et harangues seditieuses pour inciter le peuple à tumulte, Conciones turbulentae.

La raison du parler appartenant au fait des harangues publiques, Concionale genus causarum.

Faire une harangue ou oraison, Orationem ad populum habere, Orationem agere.

Faire une harangue au peuple, sans ce toutesfois que par icelle l'on interrogue le peuple s'il veut ordonner quelque chose, Concionem habere.

Qui fait une harangue, Concionans.

Qui fait souvent harangues, Concionabundus.

harangue


HARANGUE, s. f. HARANGUER, v. act. et n. HARANGUEUR, s. m. [l'h s'aspire; la harangue, le harangueur, etc. et non pas l'arangue, l' arangueur; plus d'harangues: L'Ab. Des Font. ou son imprimeur. Il faut plus de harangues: on lit aussi dans le même Auteur l'habitude d'haranguer, pour de haranguer, etc. 2e lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Discours fait à une assemblée, à un Prince, à une persone distinguée. Il est peu usité aujourd' hui. On dit plutôt discours. = Haranguer, prononcer une harangue. Haranguer le Roi, le Peuple, les Soldats. Il se dit surtout dans les histoires anciènes. Harangueur, celui qui harangue. Il ne se dit ordinairement que par mépris et pour se moquer. "Nous ne craignons ici persone, pas même Télémaque, tout grand harangueur qu'il est. Mme Dacier, Odyssée.
   En style familier et critique, on apèle harangue un discours ennuyeux; harangueur, un grand parleur; ou un homme, qui a acoutumé de faire des remontrances sur tout. Haranguer, parler beaucoup et avec emphâse.

Synonymes et Contraires

harangue

nom féminin harangue
1.  Littéraire. Discours solennel.
2.  Familier. Discours ennuyeux.
-familier: baratin, laïus, speech, tartine, topo.
Traductions

harangue

harangue

harangue

arringa

harangue

[ˈaʀɑ̃g] nfharangue