harper

(Mot repris de harpas)
Recherches associées à harpas: lira

HARPER1

(har-pé) v. n.
Jouer de la harpe.
Allez-moi chercher quelqu'un qui sache bien harper [VOLT., Phil. IV, 808]
Voiture n'a pas aspiré l'h :
La mort ne les peut écouter ; Car la cruelle est sans oreilles, Dès les vieux temps qu'Orphée harpa Si doucement qu'il l'attrapa [VOIT., Œuvres, t. II, p. 198]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Encanteres [enchanteur] estoit moult sages : Les bues [bœufs] faisoit en l'air voler, Et les asnes faisoit harper [, Fl. et Bl. 810]
  • XVe s.
    Encommença le menestrier de harper le ley de la complainte [, Perceforest, t. V, f° 71]

ÉTYMOLOGIE

  • Harpe 1 ; provenç. arpar.

HARPER2

(har-pé) v. a.
Prendre et serrer fortement avec les mains.
Se harper, v. réfl. Se saisir violemment l'un l'autre.
L'Olive passa une partie de la nuit à recoudre son habit qui s'était décousu.... quand il s'était harpé.... avec Ragotin [SCARR., Rom. com. II, 9]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Joinct que vous ne les desprenez pas à vostre poste quand ils se sont une fois harpez, et demeurez à la misericorde de leur combat [en parlant de chevaux fougueux] [MONT., III, 278]
    Je me harpe avecques si grande faim aux accointances qui reviennent à mon goust [ID., III, 278]
    Brissac void le petit navire Beaumont herpé avec le vice-amiral, et à chasque main abordé de cinq ou six navires ou gallions [D'AUB., II, 467]

ÉTYMOLOGIE

  • Anc. haut allem. harfan, saisir ; la forme gothique, si elle existait, serait harpjan ; comparez le mot grec traduit par croc, le lat. harpagare et aussi rapere, ravir.

HARPER3

(har-pé) v. n.
Terme de manége. Un cheval harpe lorsqu'il fléchit brusquement les jarrets dans l'allure du pas et du trot ; mouvement défectueux qui est l'unique symptôme de l'éparvin sec. Un cheval qui harpe d'une jambe est celui qui lève une jambe du train de derrière plus haut que l'autre, sans plier le jarret.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Donc, sans les mettre à mort, leur figure defait ; En houpeaux de poil roux leur blonde cheveleure Se change, assauvageant leur douillette encoleure, D'espaule et d'estomac en large se harpans, Evidez par le flanc desjà penchent rampans [BAÏF, Œuvres, p. 187, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Harpe 1, à cause d'une comparaison avec la harpe.

harper

HARPER. (H est aspirée.) v. tr. Prendre et serrer fortement avec les mains. Il l'a harpé. Ils se querellèrent et se harpèrent. Elles se sont harpées. Il est familier et vieux.

harper

HARPER. (H est aspirée.) v. tr. T. de Manège. Lever une des jambes de derrière plus haut que l'autre sans plier le jarret, en parlant d'un Cheval.

harper

Harper, jouer de la harpe, et autre instrument ayant cordes, Pulsare citharam, Canere fidibus.

harper

¶ Se harper l'un à l'autre.

harper


HARPER, v. act. [l'h s'aspire: harpé.] Prendre et serrer fortement avec les mains. "Il l'a harpé. = Se harper, se saisir, se prendre l'un l'aûtre avec les mains. (St. famil.) "Ils se harpèrent. "Elles se sont harpées.

Traductions

harper

grab