hart

(Mot repris de harts)

HART

(har ; le t ne se prononce et ne se lie jamais : la har au cou) s. f.
Lien d'osier ou d'autre bois pliant qui sert à lier les fagots.
Bourgean le promit bien et signa ; et moi, qui me fiais à cela, je m'en allai.... persuadé qu'il n'oserait couper une seule hart au delà de ce qui lui revenait [P. L. COUR., à MM. les juges de Tours.]
La corde dont on étranglait les criminels.
Je croirais mériter la hart [RÉGNIER, Mac.]
Guindé la hart au col, étranglé court et net [LA FONT., Fabl. VI, 19]
Si je suis par vos soins à l'abri de la hart, Du butin que j'ai fait vous aurez votre part [BOURSAULT, Merc. gal. II, 4]
En 1535, il fut prescrit, et sous peine de la hart, à tout bourgeois de se faire raser la barbe, parce qu'alors la longue barbe distinguait les nobles et les militaires de ceux qui ne l'étaient point [SAINT-FOIX, Ess. Paris, t. 4, p. 254]
Cheville de fer, courbée en demi-cercle et fixée à la muraille, sur laquelle le gantier et le peaussier passent et étirent les peaux.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ou [qu'] il l'en amaint [amène] pris en chaaine ou en hart [, Sax. XI]
    Si com chascuns estoit eschapez de la hart [, ib. XXIX]
    Nus nus vestirums de sacs, e vendruns devant le rei, le [la] hart el col [, Rois, p. 327]
  • XIIIe s.
    Et mesires Loeys fist crier son ban, que nus n'i fourfesist riens, sous le [la] hart [, Chr. de Rains, p. 156]
    À itant d'ilec se depart, Et va el bois faire une hart Qu'il li volt metre entor la teste [, Ren. 4448]
    De cordes de hars et de corre [coudre, coudrier], De kaïnes et de carkans [ils] Les crucefient en lor bans [GUI DE CAMBRAI, Barl. et Jos. p. 131]
    Fortune au gibet vous atent, Et, quant au gibet vous tendra [tiendra] La hart ou col, el reprendra La bele corone dorée Dont vostre teste est coronée [, la Rose, 6550]
  • XIVe s.
    Le lia fermement à quatre hars torses [, Chr. de St Denis, t. I, f° 146, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Hart, donc, est le lien d'un fagot, ou d'une bourrée à Paris ; qu'on appelle une riorte en mon benoit pays ; parquoi j'entends que quand on crie de par le roi, sur peine de la hart (hart est feminini generis) vaut autant à dire que sur peine de la corde ; je dis qu'on s'aidoit des branches des arbres pour espargner le chanvre. - Sentir la hart, vaut autant à dire que chatouilleux de la gorge [DESPER., Contes, XCVII]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, hâre ; namur. haurde ; Hainaut, hart, s. m. ; norm. hart, grosse branche, et arde, morceau de bois ; origine inconnue. On indique le celtique : bas-breton, ari, éré, lien, attache ; gaél. ar ; bas-breton aricin, et dans les anciens auteurs, heren, attacher ; mais cela ne rend pas compte du t.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • HART. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Jouaucoux, en picard, hart signifie pousse ou tige flexible de toute essence de bois propre à être tordue, et aussi baguette, jeune rameau avec lequel on peut fouetter, et vient du lat. artus, employé par Pline au sens de branche, de rameau ; diminutif une hartchel. Mais, indépendamment de la prosthèse de l'h, artus de Pline est un mot métaphorique dont il n'y a aucune trace dans la langue vulgaire au sens de rameau.

hart

HART. (H est aspirée.) n. f. Espèce de lien fait d'osier, ou d'autre bois fort pliant, dont on lie les fagots, les bourrées, etc. Délier la hart d'un fagot.

Il désigne aussi la Corde dont on étranglait les criminels. La peine de la hart. On dit encore familièrement Mériter la hart. Digne de la hart. La hart au cou.

Par extension, en termes d'Arts, il se dit d'une Chevillette de fer qui sert à étirer les peaux.

hart


HART, s. f. [l'h s'aspire: la hart.] 1°. Lien d'osier ou d'aûtre bois fort pliant, dont on lie les fagots. = 2°. La corde dont on étrangle les criminels. Style d'Ordonances. "Sous peine de la hart, d'être pendu.

Traductions