haste

HASTE1

(ha-st') s. f.
Terme d'antiquité. Longue lance.
Terme de numismatique. Javelot sans fer ou sceptre long, qui est l'attribut des divinités bienfaisantes.
Terme d'épigraphie. La barre verticale dans les F, les P, les R, etc. Les hastes de l'M, de l'N.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Entre ses poinz [il] teneit s'anste fraisnine [de frêne] [, Ch. de Rol. LV]
  • XIIe s.
    Hanste [il] ot mout fort, li fers fu acerez [, Ronc. p. 36]
    Droites les astes aus bons espiés moulus [, ib. p. 45]
  • XIVe s.
    Pourveu de espée, hate.... qui sont armes defendues [DU CANGE, hasta.]
  • XVe s.
    Adonc prit le comte par la haste la banniere [FROISS., II, II, 67]
    Durand Jarrie portant à son col une haste ou aguillade pour toucher les beufz [DU CANGE, hasta.]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. asta ; portug. aste ; du lat. hasta ; sanscr. hasta, main ; Eug. Burnouf supposait que le passage du sens de main à lance avait eu lieu à cause de la forme du fer de lance, semblable à une main allongée dont les doigts sont rapprochés. Il n'est pas sûr que haste ou aiguillade soit le latin hasta ; ce pourrait être un nom verbal de hâter.

HASTE2

(ha-st') s. f.
Anciennement, broche à faire rôtir, et, par catachrèse, pièce de viande rôtie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Levez-vos sus, dame Hersent, Fetes li un petit de haste [broche, rôti] De deus roignons et d'une rate [, Ren. 249]
    Qui me tient que je ne vous froisse Les os cum poussin en paste, à ce pestel [pilon] ou à cest haste ? [, la Rose, 9400]
  • XIVe s.
    La haste menue, c'est la rate [, Ménagier, II, 5]
    ....Pour les cuisines Fault poz, paelles, chauderons, Cramaulx, rostiers et sausserons, Broches de fer, hastes de fust [E. DESCH., Poésies mss. f° 491]

ÉTYMOLOGIE

  • Haste 1, ainsi dit par assimilation de forme. À la différence de la broche, qui était en fer, la haste paraît avoir été en bois.

haste

HASTE. (H est aspirée). n. f. T. d'Antiquité. Longue lance que portaient originairement les hastaires.

Il se dit particulièrement, en termes de Numismatique, du Javelot sans fer, ou sceptre long, qui est l'attribut des divinités bienfaisantes.

Par analogie, il se dit quelquefois des Barres de certaines lettres. Hastes de E, de F, de H.

hasté

HASTÉ, ÉE. (H est aspirée.) adj. T. de Botanique. Qui s'élargit subitement à la base en deux lobes aigus et divergents. Feuilles hastées.

haste

Une Haste, Veru, Semble qu'il vient de Hasta, Les paisans font des hastes de longs bastons de bois.

Haste, penac. Est ores masculin et signifie la broche longue de fer, platte, poinctue en l'un des bouts, et amanotée en l'autre, où lon embroche la chair et autre viande qu'on veut faire rostir au feu, Veru, Il vient de Hasta Latin, duquel mot les Languedocs et nations adjacentes usent ordinairement. Mais les François se servent communément de ce mot Broche, comme des verbes Embrocher et desembrocher pour mettre à la broche et tirer de la broche, ce que les susdits appellent Enhastar et Desenhastar, Et ores est feminin et signifie acceleration, presse, Properatio, Festinatio, Dont viennent les manieres de parler qui ensuyvent.

A la haste, Raptim, Properanter.

Il fait tout à la haste, Quicquid agit, properat omnia.

Pain fait à la haste, Panis speusticus, B. ex Plin.

Ramener à haste en Italie, Nauem aliquam ad Italiam rapere.

J'ay escrit ceci à la haste, Haec raptim scripsi.

Un decret ou ordonnance fait à la haste, Decretum tumultuarium, B.

Si tu n'as point de haste, ne moy aussi, Si tibi subiti nihil est, tantundem est mihi.