hautement

*hautement

adv.
1. À un haut degré : C'est hautement improbable extrêmement, fort
2. De façon franche et nette : Elle revendique hautement son appartenance à ce mouvement ouvertement ; mollement, tièdement

hautement

('otmɑ̃)
adverbe
peu à un haut niveau un technicien hautement qualifié un dessert hautement calorique

HAUTEMENT

(hô-te-man) adv.
Avec hauteur, orgueil.
Le superbe entreprend hautement les choses [BOSSUET, 2e sermon, Démons, 2]
L'homme, de sa nature, pense hautement et superbement de lui-même, et ne pense ainsi que de lui-même [LA BRUY., XI]
Avec hauteur, gloire.
Ce choix pouvait combler trois familles de gloire, Consacrer hautement leurs noms à la mémoire [CORN., Hor. II, 1]
Mais d'Assur hautement le triomphe s'apprête [VOLT., Sémiram. III, 5]
Avec hauteur, vigueur.
Pour les mettre en déroute, eux et tous leurs complices, Je n'ai qu'à déployer l'appareil des supplices, Et pour soldats choisis envoyer des bourreaux Qui portent hautement mes haches pour drapeaux [CORN., Pomp. IV, 5]
Prusias : Et que dois-je être ? - Nicomède : Roi ; Reprenez hautement ce noble caractère [ID., Nicom. IV, 3]
Ma main bientôt sur eux m'eût vengé hautement [ID., Hor. III, 5]
J'emprunte du secours et le fais hautement [ID., Nicom. III, 8]
Il [Charles XII] fit demander hautement à l'empereur d'Allemagne l'exécution du traité d'Altranstad [VOLT., Charles XII, 8]
D'une manière manifeste.
César en fut épris, et du moins j'eus la gloire De le voir hautement donner lieu de le croire [ID., Pomp. I, 3]
Et dans ce grand revers je l'ai vu hautement Digne d'être mon frère et d'être mon amant [ID., Héracl. III, 3]
Montrons-leur hautement que nous avons des yeux [ID., Nicom. IV, 6]
Hardiment, librement, résolûment.
Allons de sa réponse à votre compliment Prendre l'occasion de parler hautement [CORN., Nicom. II, 4]
Et je remercîrai qui me dit hautement Qu'il ne m'est plus permis de vaincre impunément [ID., ib. II, 3]
Notre malheureuse reine, donnons-lui hautement ce titre dont elle a fait un sujet d'actions de grâces [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Ce que vous dites vous-mêmes encore plus souvent et plus hautement que moi [BOURDAL., 14e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 414]
Il a été, parmi les hommes en place, un des premiers qui aient hautement préféré les sciences aux talents frivoles, les arts nécessaires aux arts agréables [CONDORCET, Maurepas.]
À voix haute.
Et dites hautement à quel prix votre choix Veut faire l'un de nous le plus heureux des rois [CORN., Rodog. III, 4]
J'ai voulu l'acheter, l'édit, expressément, Afin que d'Isabelle il soit lu hautement [MOL., Éc. des mar. II, 9]
Elle [à l'agonie] se conformait aux ordres de Dieu, elle lui offrait ses souffrances en expiation de ses fautes, elle professait hautement la foi catholique et la résurrection des morts [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Fig.
Deux sceptres en ma main, Albe à Rome asservie Parlent bien hautement en faveur de sa vie [CORN., Hor. V, 3]
La douleur d'une mère Parle plus hautement à ses sens oppressés Que le sang de Ninus et mes crimes passés [VOLT., Sémiram. V, 1]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Montjoie [il] escrie et haltement et clair [, Ch. de Rol. CXLV]
  • XIIe s.
    Il parla hautement, bien fist oïr sa vois [, Sax. XVIII]
    David receut haltement les messages e le mandement [, Rois, p. 130]
  • XIIIe s.
    Les cloches de la ville sonnerent hautement [, Berte, IX]
    Et li chevaliers erraument [promptement] Se chauce, que plus n'i atent ; Puis est en la sale venuz, Où hautement est receüz [, Ren. 22198]
  • XVe s.
    Et quand nous serons près, nous ferirons chevaux des esperons et crierons nos cris hautement [FROISS., I, I, 229]
  • XVIe s.
    Il s'esmerveilloit comme ilz louoient si haultement ce qui.... [AMYOT, Péric. 73]

ÉTYMOLOGIE

  • Haute, et le suffixe ment ; provenç. altament, autament ; espagn. et ital. altamente.

hautement

HAUTEMENT. (H est aspirée.) adv. D'une manière nette et franche. Il ne le dissimula point, il le dit hautement. Je vous le déclare hautement. Je lui soutins hautement que vous aviez raison. Je lui dis hautement ses vérités.

Il signifie aussi D'une manière courageuse et hardie. Il le protège hautement. Il prend hautement les intérêts d'un tel. Se déclarer hautement pour quelqu'un.

haûtement


HAûTEMENT, adv. HAUTESSE, s. f. HAUTEUR, s. f. [Aspirez l'h: Hôteman;ho-tèce, ho-teur; 1re lon. au 1er, dout. aux 2 aûtres: 2e e muet au 1er~, è moy. au 2d.] Haûtement ne se dit point au propre. Il signifie, au figuré, 1°. Hardiment, librement, résolument. "Il le dit hautement. "Je le lui ai déclaré hautement. = 2°. Avec hauteur, à force ouverte. "Protéger hautement. Se déclarer hautement pour, etc.
   HAUTESSE, est consacré pour exprimer le titre d'honeur qu'on done au Sultan des Turcs, apelé aussi Grand-Seigneur. "Sa Hautesse.
   HAUTEUR se dit, dans le propre et dans le figuré. 1°. Étendue d'un corps, en tant qu' il est haut. "La hauteur d'une montagne, d'un clocher. = 2°. Colline, éminence. * Il y avoit une hauteur, qui comandoit la place. Gagner les hauteurs. = 3°. Profondeur. "La mer avoir tant de brasses de hauteur. = 4°. Hauteur d'un bataillon, d'un escadron; la quantité de rangs dont il est composé. "Il étoit à six, à dix de hauteur. = 5°. Hauteur ou élévation du Pôle, l'arc du méridien, compris entre le pôle et l'horison du lieu où l'on est. — Prendre hauteur, observer avec un instrument l'élévation du Soleil sur l'horison à l'heure de midi. = 6°. Fermeté. "Il a agi, dans cette ocasion avec beaucoup de hauteur. = 7°. Arrogance, orgueil, fierté. "Il a parlé avec hauteur = 8°. De hauteur, adv. De haute-lutte, d'autorité. "Le Sénat se flattoit d'emporter cette afaire de hauteur. VERTOT. = Tomber de sa hauteur, étant debout; tomber tout de son long. Voy. HAUT, s. m. = On dit des figûres de hauteur, et non pas à hauteur naturelle, comme dit Rollin.

Synonymes et Contraires
Traductions

hautement

hoog

hautement

Hoch

hautement

силно

hautement

vysoce

hautement

meget

hautement

מאוד

hautement

mycket

hautement

[ˈotmɑ̃] adv
hautement qualifié → highly qualified
haute trahison nfhigh treason