heurt

*heurt

[ œr] n.m.
1. Fait de heurter, de se heurter ; choc, coup qui en résulte : Le heurt entre les véhicules a été violent collision à-coup, secousse
2. Opposition marquée ; contraste violent : Le heurt de deux cultures antagonisme, conflit ; harmonie
3. (Souvent pl.) Opposition violente entre des personnes ; différend, désaccord, mésentente : L'exaspération a engendré des heurts entre les habitants et les policiers affrontement, conflit, friction
Remarque: Ne pas confondre avec heur ou heure.

heurt

('œʀ)
nom masculin
1. fait d'entrer brutalement en contact avec qqn, qqch le heurt des volets contre le mur
2. figuré opposition entre des personnes Leur vie de couple se passe sans heurt.

HEURT

(heur. Chifflet, Gramm. p. 217, dit que le t se prononce ; aujourd'hui il ne se prononce plus) s. m.
Coup donné en heurtant contre quelque chose.
La porte.... Et, s'ouvrant à mon heurt, je tombai sur le ventre [RÉGNIER, Sat. X]
Un heurt survient ; adieu le char [LA FONT., Fabl. VII, 11]
L'un [rat] se mit sur le dos, prit l'œuf entre ses bras ; Puis, malgré quelques heurts et quelques mauvais pas, L'autre le traîna par la queue [ID., ib. X, 1]
Fig.
Le heurt que le Génie du christianisme donna aux esprits fit sortir le XIXe siècle de l'ornière, et le jeta pour jamais hors de sa voie [CHATEAUBR., dans le Dict. de DOCHEZ.]
La marque que le coup a laissée. Ce cheval a un heurt au pied de devant.
Terme de maçonnerie. L'endroit le plus élevé d'une rue ou d'un pont de pierre, d'où l'on commence à donner de la pente des deux côtés, pour l'écoulement des eaux ; sens qui se rattache au sens d'éminence qu'a eu heurt dans l'ancienne langue.
....Qu'il sera fait un heurt dans la rue de l'Université entre celle de Poitiers et celle de Bellechasse, vis-à-vis la maison du Sr Jouvenet, de la hauteur convenable pour écouler les eaux d'un côté dans la rue de Poitiers, et de l'autre dans celle de Bellechasse, par où elles se déchargeront dans la rivière, [, Arrêt du conseil d'État, 17 mai 1701]
En quelques villes, on nomme heurts publics les endroits désignés par l'administration municipale pour aller y décharger les tombereaux de décombres, de gravats, etc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    L'exposant bouta ou heurta le dit Jehan une fois ou deux de l'espaule.... et combien que le dit hurt ou bouteure... [DU CANGE, hurtare.]
    Un premier hurt [coup de cloche] de prime [ID., ib.]
    Comme renommée puist estre acomparée à la fleur que nous appellons lis, lequel est blanc, tendre et souef flairant, mais de moult petit hurt froissé et tachié [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, 4]
    Ainsi voyla desja une des hurtes de l'adversité, et ung grant homme mué qui avoit envoyé une si grande et solennelle ambassade, n'y avoit que trois sepmaines [COMM., V, 2]
  • XVIe s.
    Ainsi la royne a sceu les grans effectz, Heurz et combatz qui au camp furent faictz [J. MAROT, V, 142]
    [Pyrrhon] attendant le heurt des charrettes [MONT., II, 234]
    Si elle [l'amitié] n'est querelleuse, si elle craint le hurt et a ses allures contrainctes [ID., IV, 37]
    Ils s'estoient avancez jusques sur un petit heurt [éminence] qui regardoit la citadelle [, Mém. d'Angoulesme, p. 103, dans LACURNE]
    Vous fustes chargez par quatre autres escadrons qui vous ramenerent plus viste que le pas jusqu'à un petit heurt [SULLY, Mém. t. I, p. 323, dans LACURNE]
    Tout a heurt [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. HEURTER ; ital. urto.

heurt

HEURT. (H est aspirée.) n. m. Coup donné en heurtant contre quelque chose. Éviter le heurt. Le heurt de deux vases, de deux carafes qui se choquent. Le heurt d'un vaisseau contre un rocher. Un heurt des charrettes.

Il se dit quelquefois de la Marque que le coup a laissée. Ce cheval a un heurt à un pied de devant.

heurt

Heurt, Tantost signifie choc et rencontre de coup, Illisio, Offensio. Tantost signifie la sommité d'un coustau, ou montagne, mesme si c'est rocher.

Sans avoir aucun heurt, Inoffenso secundarum rerum cursu. B.

Ils ont eu tant de heurts, Tot incommodis conflictati.

Le heurt et choc de la bataille, Dimicatio praelij.

heurt


HEURT, s. m. HEURTER, v. act. et n. [l'h s'aspire: le heurt, et non pas l'heurt; le heurter, et non pas l'heurter.] Heurter choquer, rencontrer rudement. "Un crocheteur l'a heurté. "Un vaisseau à heurté l'aûtre. Ils se sont heurtés. = V. n. ou avec la prép. contre: "Heurter contre une pierre, ou sans régime; fraper à la porte pour qu' on l'ouvre. "On heurte fort. Heurtez plus doucement. On a heurté trois coups, ou par trois fois. — "Se heurter les uns les aûtres.
   Ils acouraient en foule et pressés, coudoyés,
   Se serraient, se heurtaient, s'élevaient sur leurs pieds.
       Barthe.
= Heurter au figuré, c'est être contraire à. "Cela heurte la raison, le sens comun, etc. ou contredire; heurter quelqu'un de front; le heurter, heurter ses opinions, ses sentimens. = On dit, proverbialement qu'on a heurté à toutes les portes pour faire réussir une afaire; pour dire, qu'on a sollicité tout le monde, qu'on a cherché toute sorte de protections. — Et d'un homme dificile à persuader que: "C'est heurter de la tête contre la muraille, que de lui vouloir persuader quelque chôse.
   HEURT, choc, coup doné ou reçu en heurtant contre quelque chôse. "Le heurt d'un vaisseau contre un rocher; de deux vaisseaux qui se choquent.
   Un heurt survient, adieu le char.
       La Font.
Il se dit aussi en parlant des chevaux, de l'éfet du choc. "Ce cheval a un heurt à un des pieds de devant.

Synonymes et Contraires

heurt

nom masculin heurt
1.  Fait de heurter, se heurter.
2.  Opposition entre des choses.
3.  Opposition entre des personnes.
Traductions

heurt

botsing

heurt

[ˈœʀ]
nm (= choc) → collision
sans heurt → smoothly heurts
nmpl (fig)clashes