hippocrène

HIPPOCRÈNE

(i-ppo-krè-n') s. f.
Fontaine du mont Hélicon, consacrée aux Muses, que, selon la Fable, Pégase fit jaillir d'un coup de pied, et qui passait pour inspirer les poëtes.
Mais quand je lis ces vers par votre onde [les eaux de Bourbon] inspirés, Il me paraît, admirable fontaine, Que vous n'eûtes jamais la vertu d'Hippocrène [BOILEAU, Épig. XVIII]
Fig. Il a bu les eaux de l'Hippocrène, il a le génie poétique.
Je sais que Charles XII, et Gustave et Turenne N'ont point bu dans les eaux qu'épanche hippocrène ; Mais enfin ces guerriers, illustres ignorants, En étant moins polis, n'en étaient pas plus grands [VOLT., Épît. LII]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    J'appelle Melpomene en sa vive fureur, Au lieu de l'Hypocrene, esveillent cette sœur Des tombeaux rafraischis dont il faut qu'elle sorte Affreuse, eschevelée... [D'AUB., Tragiques, I]

ÉTYMOLOGIE

  • Termes grecs dont l'un est dérivé du mot cheval, et dont l'autre signifie source.