hoc

(Mot repris de hocs)

HOC

(hok) s. m.
Sorte de jeu de cartes. Au hoc, les quatre rois, la dame de pique, le valet de carreau, et toutes les cartes au-dessus desquelles il ne s'en trouve point d'autres, comme les six quand tous les sept sont joués, sont hoc ; et en les jouant on dit hoc, parce qu'elles sont assurées au joueur.
J'ai vu aujourd'hui Sa Majesté jouer au hoc toute l'après-dînée, et je ne suis pas plus gai [VOIT., Lett. 114]
On te tient inventeur du hoc, Ou beau jeu de trente et quarante [SCARRON, Mazarin, Œuv. t. I, p. 284]
Terme du jeu de la comète. Interruption de la suite des cartes. Si l'on n'a pas de six après avoir joué le cinq, c'est un hoc.
Fig. Ce qui est assuré à quelqu'un.
Bonne chasse, dit-il, qui l'aurait à son croc ! Ah ! que n'es-tu mouton ; car tu me serais hoc [LA FONT., Fabl. V, 8]
.... Mon congé cent fois me fût-il hoc, La poule ne doit pas chanter avant le coq [MOL., F. sav. V, 3]
Quand tu combats, la victoire t'est hoc [DESHOUL., Ballade à M. Charpentier.]
Heureux sont les esclaves inconnus à leur maître ; ce bonheur-là vous est hoc, et c'est là peut-être de quoi vous enragez [P. L. COUR., Lett. II, 20]
Ad hoc, à la chose même. C'est une réponse ad hoc.
Ab hoc et ab hac, voy. cette locution à son rang alphabétique.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. hoc, cela, c'est cela.

hoc

HOC. (H est aspirée.) n. m. Sorte de jeu de cartes.

hoc

HOC (AD). Voyez AD HOC.

hoc


HOC, s. m. [L'h s'aspire: le hoc, et non pas l'oc.] Sorte de jeu de cartes. Il a doné naissance à cette locution proverbiale? cela lui est hoc, lui est assuré.
   Un loup vit un cheval qu'on avoit mis au verd:
   Je laisse~ à penser quelle joie.
   Bonne chasse, dit-il, qui l'auroit à son croc.
   Eh! que n'es-tu mouton, car tu me serois hoc.
       La Font.