hogner

(Mot repris de hognes)

HOGNER

(ho-gné) v. n.
Terme populaire. peu usité d'ailleurs. Gronder, murmurer entre ses dents. Gronder, en parlant des chiens.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Dist li vilein : renart, ne hoingne [, Ren. 13064]
  • XIVe s.
    Pour ce que la charrete du dit exposant pignoit, ce qui est à dire selon le langage du pays, huignoit [criait], le dit Colin lui dist qu'elle avoit bien mestier d'oindre. Icelluy Perrenot dist au suppliant : Se tu en hognes, encore seras tu battu [DU CANGE, hugnare.]
  • XVe s.
    S'il est ainsi, sur moi metez la besongne ; car, s'il hongne, je le payerai tellement qu'il ne sçaura que respondre [, Perceforest, t. IV, f° 112]
  • XVIe s.
    Elle fongna au clerc plus d'un jour et une nuit [DESPER., Contes, XVI]
    Grongnars, fongnars, hongnars je prive ; Les biens leur sont mal employez [ROGER DE COLLERYE, Œuvres, p. 127, dans LACURNE]
    Hongne qui voura [voudra] [, Devise de la maison de Mailly, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue. Normand, honer, hanter entre ses dents, houiner, higner, hinner, ouiner, crier, se plaindre.

hogner

HOGNER. v. n. Gronder, murmurer, se plaindre. Il est populaire. HOI