holà

*holà

interj.
Sert à appeler ; sert à modérer l'ardeur de qqn : Holà ! M'entendez-vous ? Holà ! Comme vous y allez !
n.m. inv.
Mettre le holà à qqch,
Fam. faire cesser une situation anormale ou dommageable : Elle a décidé de mettre le holà à ces excès y mettre fin

holà

('ɔla) , (hɔla)
interjection
sert à dire d'aller moins vite Holà ! Calmez-vous !

holà


nom masculin invariable

mettre fin à qqch Il faut mettre le holà à ces excès.

HOLÀ

(ho-la) interj.
Sert pour appeler.
Holà, laquais ! laquais [MOL., Comt. d'Esc. 4]
Holà ! gardes, qu'on vienne [RAC., Bajaz. II, 1]
Se dit aussi pour avertir de ne pas aller si vite, de ne pas s'emporter.
Holà ! ne pressez pas si fort la cadence [MOL., Préc. 13]
Eh ! messieurs, quel vertige ? Holà donc ; calmez-vous un peu [LA MOTTE, Fabl. II, 9]
Il signifie aussi : qu'on l'arrête, qu'on l'empêche.
Après l'Agésilas, Hélas ! Mais après l'Attila, Holà ! [BOILEAU, Épigr. VII]
Substantivement.
Attila est au-dessous des pièces de Danchet ; je m'en tiens au holà de Boileau [VOLT., Lett. d'Alemb. 101 (12 juill. 1762).]
Holà ho ! interjection qui sert à appeler quelqu'un.
Holà ! ho ! cocher, petit laquais [MOL., Pourc. III, 2]
Holà ! ho ! seigneur don Cléofas, debout [LESAGE, Diable boit. ch. 21]
Terme de manége. Expression du maître de manége pour avertir l'élève de finir sa reprise.
Terme de marine. Interjection de réponse aux appels.
Holà ! Ligondé, locution qui se disait autrefois pour reprendre quelqu'un qui se vante ou s'en fait accroire. Elle venait de ce que M. de Ligondé, dont le régiment, très beau, fut loué devant lui à la cour, eut la hardiesse de dire que la maison du roi n'était pas plus belle que son régiment ; tous ceux qui étaient là présents se mirent à crier : holà ! Ligondé.
S. m. Familièrement. Mettre le holà ou les holà, faire cesser des gens qui se querellent, qui se battent.
Tant l'honorable bourguemestre, Grondant ici, caressant là, Dans la ville met le holà [SCARRON, Virg. I]
La chose allait à se battre et à renverser la nacelle, si Charon n'eût mis le holà à coups d'aviron [LA FONT., Psyché, II, p. 191]
Craindre le holà, craindre d'être rappelé à l'ordre.
Un clerc pour quinze sous, sans craindre le holà, Peut aller au parterre attaquer Attila [BOILEAU, Sat. IX]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Si lui dis-je, mon cueur, holà ! Mais conte n'en tint, sur mon ame [CH. D'ORL., Chanson, 52]
  • XVIe s.
    La pluie fit le holla [entre des combattants] [D'AUB., Hist. I, 289]
    La royne mere, qui aymoit les troubles pour se rendre necessaire et estre employée à faire le hola [, Sat. Mén. Harangue de d'Aubray]
    La reyne estimant pour ce hola et taisible reconciliation toutes choses luy estre asseurées [PASQUIER, Recherch. liv. VI, p. 549. dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Ho, là.

holà

HOLÀ. (H est aspirée.) Interjection dont on se sert pour appeler. Holà ho! Holà! qui est là?

Il signifie aussi Tout beau, c'est assez. Holà, ne faites pas tant de bruit.

Il exprime aussi la surprise et la douleur physique.

Il est quelquefois nom invariable, comme dans ces phrases familières, Mettre le holà, Faire cesser des gens qui se querellent, qui se battent.

hola

Hola, hola, Heus, heus.

Hola, hola, c'est assez, Ohe, iam satis est.

Hola, hola, ne disons rien qui ne soit bon et honneste, ne disons mal de personne, Bona verba quaeso. B. ex Macrob.

hola


HOLA. [L'h s'aspire; le holà, et non pas l'holà.] Il est interjection. Hola! ho!hola! qui est là? — Tout beau! Holà! ne faites pas tant de bruit. Il exprime aussi l'étonement, l'admiration.
   J'ai vu l'Agésilas,
   Hélas!
   Mais j'ai vu l'Attila,
   Holà!
       Boileau.
Il est subst. indéclinable dans cette phrâse du st. fam. Mettre le holà, faire cesser des gens qui font du tapage, qui se querellent, qui se battent.

Traductions

holà

[ˈɔla] nm
mettre le holà à qch → to put a stop to sth