hommage


Recherches associées à hommage: rendre hommage

hommage

n.m. [ de homme ]
Témoignage d'estime, de respect ; offrande faite par estime, respect : Les pompiers ont reçu l'hommage du pays tout entier considération, égards offrir un exemplaire dédicacé ; don

hommages

n.m. pl.
Témoignages de respect adressés à qqn : Veuillez transmettre mes hommages à vos parents civilités [sout.], salutation

HOMMAGE

(o-ma-j') s. m.
Terme de féodalité. Promesse de fidélité et de devoirs faite au seigneur par le vassal ou homme. Hommage simple. Hommage de bouche et de mains.
Guillaume régnait paisiblement en Normandie, et la Bretagne lui rendait hommage [VOLT., Mœurs, 41]
Hommage plein ou lige, promesse de défendre son seigneur envers et contre tous, à la différence de l'hommage simple, qui n'emportait pas de si étroites obligations.
On attendait M. de Lorraine pour rendre au roi son hommage lige du duché de Bar [SAINT-SIMON, 72, 178]
Fig.
Comme le disait Colbert dans un de ses rapports, l'intelligence fit hommage lige au roi [CAPEFIGUE, Richelieu, Mazarin, t. VIII, p. 346]
Hommage de fief, hommage qui n'obligeait qu'à la fidélité. Remettre ou amortir l'hommage, affranchir le vassal de son engagement. Fig. Rendre hommage d'une chose, la rapporter à celui de qui on l'a reçue.
Il vient en apporter la nouvelle en ces lieux, Et par un sacrifice en rendre hommage aux dieux [CORN., Poly. I, 4]
Fig. Rendre hommage à la vérité, s'en reconnaître pour ainsi dire le vassal, la reconnaître, la dire, la déclarer.
Soumission, vénération, en parlant des personnes à qui l'hommage est rendu.
Je suis bien aise de voir que les beaux esprits lui rendent toujours l'hommage et la reconnaissance qu'ils lui doivent [VOIT., Lett. 25]
Grâces à ma victoire, on me rend des hommages [CORN., Pomp. III, 2]
Ah ! qu'il dissiperait un dangereux orage, S'il voulait à nos dieux rendre le moindre hommage ! [ID., Théod. V, 1]
Recevez, comme roi, notre premier hommage [ID., D. Sanche, IV, 2]
Beck, qui s'était flatté d'une victoire assurée, pris et blessé dans le combat, vient rendre en mourant un triste hommage à son vainqueur par son désespoir [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
Aux feux inanimés dont se parent les cieux, Il rend de profanes hommages [RAC., Esth. II, 9]
Il verra le sénat m'apporter ses hommages [ID., Bérén. I, 5]
Pour moi je suis plus fière, et fuis la gloire aisée D'arracher un hommage à mille autres offert [ID., Phèdre, II, 1]
Se dit aussi des choses qu'on vénère.
Je viens pour rendre hommage aux cendres d'un héros [CORN., Pomp. V, 2]
À mes attraits chacun rendait hommage [LA FONT., Court.]
Toujours à sa vertu vous rendiez quelque hommage [RAC., Brit. II, 6]
Respects, civilités ; dans ce sens il se dit le plus souvent au pluriel. Présenter, offrir, rendre ses hommages à quelqu'un, lui adresser de respectueuses civilités.
Je lui ai fait des hommages soumis de tous mes vœux [MOL., Am. magn. I, 2]
Je crains d'être fâcheux par l'ardeur qui m'engage à vous rendre aujourd'hui, madame, mon hommage [ID., F. sav. III, 5]
On termine souvent une lettre, surtout écrite à une dame, par : agréez, recevez mes hommages respectueux.
Don respectueux, offrande. Faire hommage à quelqu'un d'une chose.
Ses conquêtes pour moi sont des objets de haine ; L'hommage qu'il m'en fait renouvelle ma peine [CORN., Perthar. I, 1]
Il fait aux évêques un hommage respectueux de sa dignité [MASS., Panég. St Bern.]
Recevez l'hommage de mon livre. Faire hommage d'un livre, a deux sens : 1° Faire cadeau d'un exemplaire à une personne que l'on respecte ; 2° Lui en faire la dédicace.

REMARQUE

  • Dans rendre hommage, hommage, pris sans article, ne peut être représenté ensuite par un pronom ; c'est une irrégularité de ce genre qu'on trouve dans ce vers de Corneille :
    Allez lui rendre hommage et j'attendrai le sien, [CORN., Pomp. II, 3]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Ne perdez pas del conte vostre homenage [, Gerard de Ross. p. 311]
    Celle que [à qui] j'ai de cuer fait lige hommage [, Couci, XI]
    L'arcevesque respunt senz ire et senz desrei : Richars, tu es mis huem ; si me deis porter fei. - Richarz li respundi : mon humage vus rent [je dégage ma foi] ; Jo nel prestai pas... [, Th. le mart. 51]
  • XIIIe s.
    Je n'ai, ce croi, de sens demie, Ains fis grant folie et grant rage, Quant au dieu d'amors fis hommage [, la Rose, 4142]
    Et se aucun tient partie de fié, et soit en homenage [, Liv. de just. 238]
    Il firent convenance entre li et son fil en tele maniere qu'il metroit son fil es homages de toute se [sa] terre [BEAUMANOIR, XXXIV, 49]
    Et qui plus a s'est li plus chiches, Quar il a fet à son avoir Hommage, ce vous faz savoir [RUTEB., 228]
  • XVe s.
    Quand ledit duc entrera en hommage du roy de France [FROISS., I, I, 53]
    Il avoit bien envoyé paravant un secretaire pour traiter que le duc de Milan, son nepveu, fust receu à hommage à Genes par procureur [COMM., VII, 2]
  • XVIe s.
    Quiconque a hommage pour raison de aucune chose est fondé d'avoir, sur icelle, jurisdiction, si ce n'estoit hommage de devotion, comme celuy qui est donné en franche aumosne à l'eglise ; lequel hommage de devotion n'emporte fief ne jurisdiction ne autre devoir [, Coust. génér. t. II, p 579]
    Le vassal doit faire hommage simple à son seigneur nue teste, les mains jointes, et le baiser, et celui qui doit hommage lige, le doit faire mains jointes sur les evangiles, nue teste, desceint, et le baiser en faisant les sermens requis [, ib. p. 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. hômeige ; provenç. homenatge, homenage ; espagn. homenage ; portug. homenagem ; ital. omaggio ; du bas-latin hominaticum (dans un texte de l'an 1035), de homo, hominis, homme, parce que celui qui faisait hommage devenait l'homme du seigneur. Hominaticum serait d'ailleurs retrouvé par la forme ancienne qui est homenage et non homage, et par la finale age, atge, qui est l'équivalent du latin aticus.

hommage

HOMMAGE. n. m. T. de Jurisprudence féodale. Le devoir que le vassal était tenu de rendre au seigneur dont son fief relève. Rendre l'hommage. Il fut reçu à rendre la foi et hommage. Tenir à foi et hommage.

Il signifie, au figuré, Marque de soumission, de respect. Toutes les créatures doivent hommage au Créateur, doivent lui rendre hommage. Rendre hommage aux vertus de quelqu'un. Un hommage sincère. Adresser des hommages à la Divinité. Rejeter, mépriser les hommages de quelqu'un. Être entouré d'hommages. Elle reçoit les hommages de mille adorateurs.

Rendre hommage à la vérité, Dire, déclarer la vérité.

Il signifie spécialement Témoignage de respectueux dévouement. Dans cet emploi, il se prend souvent au pluriel. Daignez agréer, Madame, mes respectueux hommages. Offrir, présenter ses hommages.

Il signifie aussi Don respectueux, offrande. Faire hommage à quelqu'un d'une chose. Je lui ai fait hommage de mon livre. Daignez agréer ceci comme un hommage de ma reconnaissance.

hommagé

HOMMAGÉ, ÉE. adj. T. de Jurisprudence féodale. Qui est tenu en hommage. Terre hommagée.

hommage

Hommage, C'est la submission que le vassal fait à son seigneur, pour signe qu'il devient homme d'iceluy.

Foy et hommage, Fides clientelaris, Fides et obsequium. Bud.

Faire la foy et hommage, Authoramentum inire lege clientelarum. B.

Receu en foy et hommage, Foedere authoratus. Bud. Ad Clientelam admissus. Ad Clientelae, seu ad Clientelariae fidei ac sponsionis professionem admissus.

Tenir en foy et hommage, C'est tenir à la charge et sous l'obligation de la prestation et accomplissement des choses jurées et promises au seigneur Feodal en nous recevant par luy à la foy et hommage du fief mouvant de luy, ou moyennant la foy et hommage à luy par nous faicte dudit fief, ou bien à tiltre de foy et hommage à luy deubs et faits, Iure clientelari possidere. B.

hommage


HOMMAGE ou HOMAGE, s. m. HOMMAGER, s. m. [Omaje, : 3ee muet au 1er, é fer. au 2d.] Homage, est, au propre, le devoir que le vassal est tenu de rendre à son Seigneur de fief. Rendre homage. "Faire la foi et homage. = Figurément, soumission, vénération, respect. "Rendre à Dieu, à la Religion les homages qui lui sont dûs. = Rendre homage à, sans article. "Dieu se montre assez, pour qu'on ne puisse le méconoître, pour qu'on soit même forcé de rendre homage à la prééminence de sa natûre: mais le fond de cette natûre incompréhensible est caché pour nous. Le P. du Rivet. = On dit, en st. fam.: rendre ses homages à quelqu'un, lui rendre ses devoirs, ses respects. C'est une expression à la mode. = On dit aussi: faire homage à... de... J'espérais vous en faire homage. = Il se dit ordinairement absolument et sans épithète. Je ne crois pas qu'on doive imiter Corneille, quand il dit dans Nicomède.
   Et de toute la gloire aquise à ses travaux,
   Faire un illustre homage à ce peu que je vaux.
   HOMAGER ne se dit que dans le sens propre; celui qui doit l'homage au Seigneur du fief.

Synonymes et Contraires

hommage

nom masculin hommage
Marque de respect.
Traductions

hommage

homageeerbetoon, hulde, eerbewijs, eedvantrouw, huldebetoon, huldeblijk, eerbiedige schenkingכיבוד (ז), מחווה (נ), מֶחְוָה, כִּבּוּדEhre, Hommage, Würdigung, Huldigungomaĝoomaggio, salutoпочитhyldest공물hyllning (ɔmaʒ)
nom masculin
marque de respect, de reconnaissance envers qqn ou qqch rendre hommage à qqn prononcer un discours en hommage à qqn

hommage

[ɔmaʒ]
nm
(= manifestation de respect) → homage, tribute
en hommage à → in homage to, in tribute to
rendre hommage à → to pay homage to, to pay tribute to
en hommage de reconnaissance → as a token of gratitude
(= don) faire hommage de qch à qn → to present sb with sth
recevoir qch en hommage de qn → to be presented with sth by sb hommages
nmpl
présenter ses hommages → to pay one's respects